Vivre avec son temps
Écrit par Carlos Gravito   
07-01-2008

Les parodies de Jonathan JansonLe dimanche 6 janvier, on fêtait l’Epiphanie de Jésus, en même temps que l’arrivée des Rois Mages à Bethléem et, au café des Phares, une fois que Daniel Ramirez eut découpé la traditionnelle galette (philosophique), amenée cette fois par Michel : « Faut-il vivre avec son temps ? », il était question de mâcher sa part tout en se gardant d’ingurgiter la fève.

- Nous vivons la rupture et le changement d’une époque, argua l’auteur du sujet, mais, ne changeons-nous pas, à notre insu, d’identité et de civilisation ?

- Sommes-nous en train de changer, vraiment d’époque, s’étonna l’animateur, du moins, est-ce perceptible ? 

- De tout temps les gens se sont sentis en harmonie, reprit Michel, d’autres rêvaient des bons moments et s’opposaient au changement…

- Nous ne sommes pas très loin de la phrase de Spinoza, proposée aussi pour thème : « les hommes luttent pour leur servitude comme s’il s’agissait de leur liberté », commenta Daniel ; ce n’est pas mal pour un débat de début d’année. Qu’en pensez-vous ?

Les langues se délièrent, commençant par un autre Michel, qui voyait dans l’énoncé « une tautologie, du fait que l’on est obligé de vivre avec son temps, même s’il y a des communautés comme celle des Amiches qui vivent sans électricité, etc. », Irène se lamentant « qu’il faille suivre la mode vestimentaire et le formatage idéologique, voire la massification de la pensée » mais, Roscha faisant remarquer « que les Amiches ou les Mormons en ont décidé autrement », Alfred fit la différence entre « avec son temps » et « avec le temps », distinguant ainsi « le panurgisme » de « l’attitude caméléon ».

Simone intervint ensuite pour noter que « l’on peut vivre son temps, pour ou contre le courant, et qu’elle-même se dispensait de ‘portable’, malgré les problèmes que ça peut provoquer dans une société qui en use et abuse », après quoi quelqu’un a « évoqué le film ‘Volem rien foutre al pais’ entendu comme un rejet de la société de consommation », pendant qu’un autre intervenant citait « De Gaulle et son : ‘on n’est plus au temps de la marine à voile’ qui signifierait : ‘il faut vivre selon les impératifs économiques de son époque’ », ce que l’animateur rejeta, « comme n’étant pas vraiment le sujet ».

Démêlant « ‘vivre’ et ‘exister’, et estimant épouser l’esprit de Mai 68 (‘du passé faisons table rase’), alors que l’on ne peut rien faire si l’on n’est pas nostalgique du passé », Gunter rappela les « deux postures philosophiques de base, celle de Heidegger (être toujours en chemin) et celle de Nietzsche (l’Homme ancien est mort), exhortant à faire ce qui est désirable » ; « Pierre, se demanda dans quel temps sont les femmes voilées de France, quand elles ont la possibilité de résister », tandis qu’un autre participant prétendait que « ‘vivre avec son temps’, c’est aussi bien acheter, que refuser d’acheter ou ne pas pouvoir acheter ». « Ne soyons pas pessimistes », s’insurgea quelqu’un ; « avec la globalisation, tout se répercute dans la planète », et un autre encore rapporta les dires de « l’anthroposophe Rudolf Steiner : ‘c’est en s’élevant par ses efforts, sa raison et son intellect, que l’être humain a acquis sa liberté au fil des temps’».

A ce moment de la discussion, Daniel avertit « que ce type de sujet est un sujet-piège et qu’il fallait essayer d’en tirer quelque chose de philosophique ». C’est ainsi que l’intervenant suivant dit voir « trois types de temps : vivre dans le présent (mystique) ; vivre avec son environnement et vivre par rapport à l’Histoire (conformisme). Dans le domaine de l’esthétique, continua-t-il, on est obligé de créer l’art d’aujourd’hui et on oublie de regarder ailleurs ». Nadia jugea, elle, « que l’on est prisonnier de son temps, faisant référence au film de Ken Loach, ‘It’s  a Free World’, une démonstration que les gens sont dans un système duquel ils ne peuvent pas se libérer »  

- Quel temps partage-t-on ? De quoi est-on contemporain ? De quoi est-on responsable ? demanda un assistant, prétendant vouloir élever le débat.

- Essayons de l’approfondir ! répliqua l’animateur. Quelqu’un de contemporain est responsable par rapport au futur.

Prenant la parole dans la foulée, Gérard constata que « le temps actuel est une brèche entre le présent et le futur dans lequel nous produisons du sens, fidèles à nos engagements », insistant que « de ce point de vue les Iraniens ont deux siècles de retard ». Puis, Marie-Sylvie se plaignit que l’« on a tendance à ne voir qu’un aspect des choses, alors que tout participe d’un ensemble et que par exemple l’Iran a certes le voile mais aspire aussi à la puissance atomique, de même qu’Al-Qaida possède l’Internet ; tout n’est qu’imbrication de moments différents », et Pierre-Yves ajouta que « le temps est hypocrite ; il n’est pas chronologie mais émotion »     

A treize heures, Daniel a finalement mit un terme au débat, synthétisant : « le désir de résister au temps, du Moyen-Age à Mai 68, c’est encore vivre dans son temps et il y a des temps, valeurs et responsabilités différentes, même si ‘vivre avec son temps’ correspond à des temps choisis. Quel est le propre de notre temps ? La faculté la plus profonde, celle de choisir son temps et sa liberté ».

En fait, comme chantait Brassens, « Le temps ne fait rien à l’affaire…/ Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand père… », le présent n’étant que l’instant, c’est avant tout la densité du passé que l’on retient dans nos mémoires (pas ce qu’isolés nous vivons à chaque moment), et notre temps se trouve alors sous la coupe d’un vécu commun tendu vers le futur escompté ; nous traînons donc dans un temps qui n’est pas le nôtre, c'est-à-dire, un temps que nous aurions fait. Alors ? « Faut-il vivre avec son temps », malgré tout ? Mais oui, la bonne blague, à moins de s’étouffer avec la brioche aux fruits confis ou d’avaler la fève de travers ! Pas question de faire la bonne bouche ; il faut vivre avec son temps ou le temps de n’importe qui. Le tuer, ce serait se tuer soi-même, et je dirais que l’on aurait tort d’agir ainsi, spécialement lorsque l’on est à l’article de la mort ; il vaut mieux vivre avec son temps que de partir à l’asile avec des « tamaloù ». Les heures sont faites pour ça et, sans le temps, la vie serait impossible ; nous avons sans cesse à faire à lui, surtout celui qui est né assez tôt, bien sûr, et a survécu au temps des autres. Je n’arrête pas de répéter à mes amis que vivre avec son temps est seule façon de ne pas trépasser car, la dernière heure nous achève, avant que l’on puisse se donner un ultime coup de peigne sur les cheveux qui restent.

A un certain moment, j’avais posé la question intercalaire : « Est-ce notre façon de vivre qui donne le ‘tempo’ de l’existence  ou est-ce le temps qui fixe le rythme de la vie ? » Ce point n’a pas retenu l’attention du public mais, je le reprends pour conclure, avec Hector Berlioz : « Le temps est un grand maître, le malheur, c’est qu’il tue ses élèves ».

 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. Le temps ne fait rien à l'affaire
Ecrit par Georges B.. 08-01-2008
Quand ils sont tout neufs...

2. Le temps de vivre
Ecrit par Marc. 08-01-2008
Vivre avec son temps, c'est penser que le nouveau prime sur le connu, la découverte sur le déjà-vu. C'est quelque part vivre la vie la plus actuelle, la plus vivante, la plus à la page possible. C'est également vouloir entraîner ses contemporains dans cette course à la nouveauté. Ainsi, ceux qui ne vivent pas avec leur temps passent aux yeux des premiers pour des ringards, des has-been, voire des fossiles. Vivre avec son temps reviendrait dès lors à vivre une vie dite contemporaine, la vie bonne et souhaitable pour tous.

Cette vie consisterait à partager la même alimentation, utiliser les mêmes moyens de transport, avoir les mêmes distractions, parler la même langue, aller dans les mêmes endroits, se servir des mêmes outils, écouter les mêmes informations,... Mais au fond, n'est-ce pas ce que nous faisons ? Et ce, pratiquement inconsciemment. Ainsi, voulue ou non, consciente ou non, la manière de vivre que l'on nomme « vivre avec son temps » semble nous porter, nous emporter, nous déborder.

En ce sens, vivre avec son temps se réduit à mener une vie par défaut, à vivre pour ainsi dire malgré soi. Or, qui veut d'une vie inconsciente ? Personne. Que faire, alors ? Prendre un peu de recul, en regardant du côté de ceux et celles qui, au lieu de vivre avec leur temps, prennent le temps de vivre. Ne semblent-ils pas constamment en décalage ? En retard ou à contre-courant, en avance ou à contretemps, mais jamais dans le tempo. Prenons donc exemple sur ces bienheureux pour lesquels vivre avec son temps importe peu, mais prendre le temps de vivre vaut bien mieux.

3. Ce temps qui ne passe pas
Ecrit par Atalante. 08-01-2008
Je vous cite ce petit passage de J.B. Pontalis :

"La psychanalyse n'est pas, ne peut pas être, de son temps. Elle est non d'un autre temps mais d'un temps autre. Elle est anachronique ou, mieux, suivant le mot de Nietzche, intempestive. Elle est, elle devrait être indifférente à l'air du temps."
En vous souhaitant une belle année 2008 qui passerait(ou ne passerait pas) au rythme de vos pas si cela vous chante. A.

4. le temps de la difficulté...
Ecrit par Gérard. 08-01-2008
D'abord cette citation du premier auteur d'un traité du désespoir :" le chemin n'est pas difficile, c'est le difficile qui est le chemin".
Et là, je dirais que le le difficile, ce serait de faire du bon journalisme de description sur un débat.
La citation "Prenant la parole dans la foulée, Gérard constata que le temps actuel est une brèche entre le présent et le futur dans lequel nous produisons du sens, fidèles à nos engagements », insistant que « de ce point de vue les Iraniens ont deux siècles de retard » est ..comment dire ?
bon, il fallait lire et avoir entendu "Gérard constate que pour le contemporain,le présent est une brêche entre le passé et futur (par référence à l'intervention juste avant) et que son voisin à la chemise rose, propose l'idée que l'Iran (avec ses voiles) aurait deux siècles de retard sur une flêche du progrès qui nous mènerait là ou nous ( les occidentaux) nous serions déjà.
En disant cela je prends conscience que le " difficile " pour moi est de manier l'antiphrase et le second degré avec un bonne probabilité d'être compris.C'est peut être, que quand les idées fusent, le sens s'évapore ou que les notes.. .
Bravo à Daniel pour l'animation de ce débat et merci à Carlos pour son style qui, j'espère, en fait rire plus d'un.

5. Edgar Morin vit-il en dehors de son temps?
Ecrit par Carlos. 09-01-2008
L’Homme de Nehanderthal ou de Cro-magnon, Bouddha, Socrate, Augustin, Galilei, Diderot, Einstein, ont-ils vécu en dehors de leur temps ? Et pourtant, grâce à eux, l’humanité a évolué. Il n’y a qu’un énergumène, le président français du Peuple Souverain, qui, répétant le discours de ses mentors (inspirés d’Edgar Morin), prétend, à lui tout seul, créer une nouvelle civilisation dans l’année en cours. Décidément il lui manque une… femme ; n’est-ce pas, Nathalie ?

6. le temps est-il un mille-feuille
Ecrit par aliette. 09-01-2008
Au risque de déplaire à gérard qui me reproche d'être trop ego-centrée, par choix, j'évite de parler par généralités et démarre par exemples personnels, laissant aux autres de corroborer ou d'infimer mes intuitions en fonction de leur point de vue. JE ICI MAINTENANT (la déixis dit Jakobson)
Le temps présent!
Le 30 Décembre, j'étais en plein dépaysement dans un petit port du sud de l'Angleterre: Swanage, dans un décor Kitch à souhait: pubs à la Dickens, et ligne de train à vapeur de 15km animée par des bénévoles, avec buffet à l'ancienne et cuivres astiqués.

Le 7 décembre, j'étais à Grenoble dans un colloque organisé par RECIT (réseau d'éducation citoyenne)avec 400 participants, une centaine d'assos dont asphodèle qui anime des débats philo, je leur ai parlé de nous aux phares, d'ailleurs leur donnant envie de venir.

Bref passage par paris entre les deux. Il ne s'agissait pas seulement de 2 lieux différebnts et éloignés, mais de 2 rytmes bilogiques différents et de 2 rapports différents à l'histoire du monde.

Pourtant, je me sens légitimement et sincèrement membre à part entière partie prenante de ces deux mondes, 2 parmi tous ceux que j'aime cotoyer.

Ma question: peut-on parler de SON temps comme si c'était une entité, personnellement, je pense que le tempsest un peu comme un partition où l'on peut et doit se ballader.
Bonne année à tous et bon retour vers le futur


7. Eloge de la paresse et du temps des "cerises"
Ecrit par une femme pressée. 09-01-2008
Ah!!!! Vivre autrement, prendre le temps d' un vrai petit déjeuner sous un cocotier, de paresser au lit, de regarder une belle lumière pénétrer à travers les persiennes, d'aider mon fils à faire ses devoirs, de faire le tour du monde sur un rafiot etc........ On est ,malheureusement, très souvent prisonniers de situations qu'on n'a pas forcément choisi parce que la vie ne fait pas de cadeaux. Comment peut on échapper à la guerre dans certains coins du monde, au téléphone portable, à la télésurveillance, à l'internet, au clonage, à la grippe aviaire, à l'économie de marché, au matérialisme etc... dans nos sociétés occidentales" ? Point d'échappatoire ??? Pas sûr........Don Quicchotte s'est battu contre des moulins à vent. Peut être faut il faire comme notre Dom Quichotte national qui a entamé une grève de la faim. Ne dit on pas que l'union fait la force !! Nadia Bonne soirée à tous

8. Mode de vie
Ecrit par Gabriel. 10-01-2008
Nous avons tous à l'esprit l'histoire du monde, et cette connaissance, à laquelle nous ne pouvons échapper, fait que nous "sommes" nécessairement de notre temps.
C'est à partir de cette histoire et de l'état actuel du monde que nous pensons et que, rationnellement, allons, non pas vivre mais adopter un mode de vivre. Et c' est lui qui peut se situer hors de notre temps. Allumer son feu avec deux silex, ce n'est pas vivre hors de son temps, mais c' est un mode de vie hors de son temps, qui a été pensé dans son temps. Il y a donc lieu de distinguer la vie (pensée, réflexion, idée....)
et le mode de vie, comme on distingue un trajet et le mode de transport choisi.

9. Cela étant...
Ecrit par Marc. 10-01-2008
On peut adopter plusieurs modes de vie au cours d'une vie, comme on peut utiliser plusieurs moyens de transport au cours d'un trajet. Cependant, sur une période donnée, le mode de vie détermine la vie que l'on mène ; il en fait partie intégrante. Ainsi, les expressions « vivre avec son temps » ou « être de son temps » font référence à un mode de vie particulier. Pour l'illustrer, prenons un exemple : appelons de son temps le mode de vie qui consiste à allumer sa cheminée en appuyant sur un bouton, et d'un autre temps celui qui consiste à allumer son feu avec deux silex (pour faire court). Adopter un mode de vie d'un autre temps, c'est ce qui s'appelle vivre hors de son temps. Cela étant, ce n'est pas bien grave. Si comme le dit Ionesco « vouloir être de son temps, c'est déjà être dépassé », il y aurait au moins un avantage à vivre hors de son temps : on est dépassé, mais on le sait.

10. modes et vies
Ecrit par gabriel 11-01-08. 11-01-2008
Quand on parle du mode de vie de quelqu'un,on ne généralise pas à sa vie.l'énoncé"le mode de vie détermine la vie que l'on mène(passagèrement)" me semble inexact.Je dirais plutot:"la vie d'un homme détermine son mode de vie."Cela amènerait plus de tolérance pour certains modes de vie et plus de tentatives de comprendre la vie.D

11. le José Bové de service
Ecrit par un fêtard. 11-01-2008
la grève de la faim ne fait pas la force comme dit Nadia. Mais après les réveilons et les galettes des rois, c'est bon pour la ligne ! bon courage Nadia.

12. Le temps, ce n'est pas de l'argent..........c'est la Vie !
Ecrit par . 11-01-2008
Il y a d'autres moyens de résister au mode de vie qu'on nous inflige. Bové lutte, entre autres, contre les OGM. Il a choisi de faire la grève de la faim, je ne suis pas sûre qu'il ait fait le bon choix mais je m'incline devant sa ténacité et son désir d'infléchir le cours de l'histoire. Chapeau bas José ! Mais nous, que faisons-nous pour avoir du temps sans sablier et du bon temps sans compter??? Nadia

13. Vous avez dit "bizarre" ? Comme c'est bizarre
Ecrit par Candide. 12-01-2008
Il faut lire en l'espèce, les rapports nombreux qui ont été faits par des spécialistes complètement "désintéressés". J'ai peine à l'entendre .....Pour la recherche médicale??? Arrêtons de "gober" n'importe quoi. Malheureusement, il n'en est rien et les conséquences sur le long terme ne semblent pas beaucoup les préoccuper.

14. Faut-il vivre avec son temps?
Ecrit par Hamm Robert. 15-01-2008
Le propre de ce type de question est,bien sûr,de ne pas en être une....
Hors mis,de même,le piège quelle implique volontairement ou non
(c'est-à-dire la réponse qu'elle pourrait suggérer)......

il faut,semble-t-il lui accorder une attention toute particulière,cependant...

Ainsi,de quel temps parle-t-elle?

Avec l'art de l'évidence qui consiste à montrer du doigt l'affaire n'est pas règlée....

Au contraire....
Aujourd'hui, comne autre fois, on ne connaissait la substance de l'actuel....
Comment,ainsi, demain était inscrit dans l'aujourd'hui ou du caduc présenté comme du flambant neuf....Ce dernier effet par lui seul valait bien"un semblant de croyance" qui ne pouvait guère tromper....

Pourquoi faire,d'ailleurs?...

Mais les temps actuels ont quelque chose à cacher:par exemple un lien avec ce qui va suivre.....
Mais peut-être que personne ne veut le savoir,sans doute....

Chacun veut "ainsi" croire que sur la base d'un savoir commun"comment"(s'il est possible) demain sera la conséquence d'un aujourd'hui....
La vie, de ce point de vue, semble avoir une certaine logique....

Mais personne ne semble le savoir,d'autre part......

Faut-il vivre avec son temps? Peut donc devenir une impossibilité à pouvoir faire autrement....
Que ce soit un accord ou en désaccord la réponse est,ainsi, toujours caduque....

Ne S'agit-il donc que d'une question qui,forcément, ne peut s'adresser qu'à un être humain?

Comme graffiti ou inscription sur une pierre tombale elle pourrait ne pas surprendre,par exemple....

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire
 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 invité en ligne

personnes ont visité ce site.