La discrimination positive enfreint-elle le principe d'égalité ?
Écrit par Gérard Tissier   
19-06-2006

 Le concept dont on parle vient de " affirmative action" d'origine américaine, que l'on peut traduire par action positive. ll semble qu'il y ait un paradoxe en associant le mot français discrimination au qualitatif de " positive " car la discrimination est connotée négativement. Le véritable sens de l'expression en question est l' affirmation d'une volonté.Non pour favoriser une catégorie mais contre  un déficit subi par une catégorie en regard d'une certaine équité qui lui vaudrait - toutes choses égales par ailleurs - sa juste position dans la société.

On voit ici que la notion du principe d'égalité n'est qu'un repère pour apprécier des situations anormales globalement. Dans la mesure où cette égalité  n'est pas prônée individuellement pour tous les individus les uns par rapport aux autres, il y a lieu de s'interroger sur des facteurs qui feraient que tous les individus d'une catégorie donnée subiraient négativement une situation.

De quoi s'agit-il ? En gros d'une participation insuffisante à des jeux collectifs : la vie sociale locale, politique, la pratique d'un religieuse, l'entreprise, l'emploi, les positions sociales, les métiers etc…

Ce qui est jugé discriminant ce n'est pas la situation finale, observée  mais ce qui empêche: par exemple une discrimination à l'embauche. Ainsi on perçoit mieux ce qu'est l'essence de la liberté génératrice d'égalité: la notion d'accés. Pourquoi?  Parce que la liberté du sujet c'est aussi celle de ne pas vouloir, de ne pas faire l'effort et, plus avant, de ne pas chercher une distinction sociale  de par ses talents et leur utilité sociale.

Un quota où des communauté devraient disposer de fonctions selon son poids démographique indépendamment de la contribution rélle de ses membres serait difficile à accepter car il ajouterait une notion de proportionnalité qui n'est pas dans nos fondements démocratiques. Par contre dans une société reconnue et acceptée comme multi-culturelle, on conçoit que la notion de proportionnalité puisse en découler sauf à admettre que communauté est supérieure à une autre par essence.

On voit  ici que pour un républicain, le pire et l'injuste serait de concevoir des droits comme attributs identitaires. Nous ne serions plus alors égaux en droits mais dans une société  hiérarchisée par l'origine ou la naissance.

Ce cheminement de pensée ne prétend pas au statut  d'une parole de vérité. Néanmoins j'incline à affirmer que la discrimination positive est l'expression d'une volonté de certains contre une autre volonté. Celle d'autres acteurs qui ne voient pas qu'ils participent  à  l'injustice en imposant leurs intérêt ou leurs pouvoirs. N'est-on pas ici dans le coeur du politique ? Là où la valeur se joue sur le mode de l'action - positive -et non sur celui du regret...

 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. discrimination positive
Ecrit par claudine. 31-07-2006
Gérard, tu as exactement expliqué ce qui me génait, dans ces deux mots assemblés.
Discrimination est négatif, alors que positive evidemment ne l'est pas.(Pourquoi traduit-on si mal l'américain : "affirmative action".

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire
 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 2 invités et 1 membre en ligne
  • dvdgett3

personnes ont visité ce site.