Ils ont inventé l'individualisme de masse
Écrit par Marc Goldstein   
07-09-2008

Un cartable, oui, mais par n'importe lequel...Ça y est, cette fois, c’est bien la rentrée des classes ! Non seulement il y avait foule aujourd’hui au café des Phares, mais encore le sujet retenu par l’animateur, parmi les 13 propositions de la salle, fut : « Ils ont inventé l’individualisme de masse ». Le père du sujet l’introduisit en donnant un exemple orienté marketing, que je résumerais par la formulation suivante : « Un cartable pour tous, mais un cartable de marque, et pas le même pour tous ! » Aussitôt, un paradoxe se fit jour : l’individualisme et la masse font-ils bon ménage ? Dans quelle mesure la problématique de l’individu est-elle soluble dans la masse ? Le décor était posé et bien posé. À l’attaque, donc !

Eh bien non, justement, pas « à l’attaque ! » tout de suite. Et c’est une des facettes de l'animation que j’ai particulièrement appréciée aujourd’hui. Avant de se lancer tête baissée dans la joute verbale des arguments et contre-arguments, encore faut-il questionner la question posée, examiner plus avant le sujet. Que veut-il nous dire ? Qu’a-t-il dans le ventre ? C’est précisément ce que l’animateur proposa de faire. Les réactions ne se firent pas attendre : certains jugèrent le sujet particulier, trop limité, d’autres affirmèrent ne pas être intéressés parce qu’ils n’ont pas d’enfants, d’autres enfin virent un rapport avec la séduction, autre sujet proposé ce jour-là. En réaction à une intervention, l’animateur nous invita à ne pas tomber dans la pseudo-critique de la manipulation du marketing, à nous méfier de l’unanimisme anticapitaliste, en trois mots : à dépasser la bien-pensance.

Une participante évoqua l’ego-grégarité, qualifiant ainsi la motivation individualiste dans un processus de masse, ou la socialisation tournée vers soi-même. L’individualisme serait-il la seule idéologie de massification actuellement acceptée ? Pourtant, la notion de masse est historiquement liée à celle de soumission, comme semble l’attester des qualificatifs comme serf, pécheur, « chair à canon » ou encore muslim (littéralement « soumis »). L’auteur du sujet confia que, pour lui, le mot le plus important du sujet était « ils ». Mais qui sont ces « ils » ? S’agit-il des Occidentaux, des dirigeants, des publicitaires ? Ce « ils » a une connotation accusatrice voire paranoïaque, contrairement au « on » : ils bafouent les droits de l’homme, mais on a inventé la pénicilline. Méfions-nous là encore de ce jeu de miroir linguistique entre des termes accusateurs (ils) ou bienveillants (on), fit judicieusement remarquer l’animateur.

La question de l’ambiguïté et de la conciliation difficile entre l’individuel et le collectif fut au cœur du débat du jour. Comment les admettre, les concilier, les comprendre ? Le totalitarisme ne se nourrit-il pas d’individualismes exacerbés ? fit remarquer une intervenante. Heureusement, certains réagissent et ne se laissent pas embrigader par le système ! lança un participant, en prenant comme exemple le covoiturage. Le second mot important du sujet était « inventé », d’après l’auteur du sujet. La question qu’il se posa naturellement fut alors : le concept d’individualisme de masse existait-il déjà dans d’autres cultures ? L’animateur demanda alors à la salle sa définition de l’individualisme. L’étymologie viendrait de in dividere : qui ne peut être divisé. Les propositions de définition suivantes furent avancées : « Je n’est pas un autre » ; l’individualisme est un mouvement historique de revendication de la liberté individuelle (connotation positive) ; c’est faire passer l’intérêt personnel avant l’intérêt collectif (connotation neutre) ; c’est l’atomisme social, le chacun pour soi (connotation négative).

Un sujet parallèle revint à plusieurs reprises : le tango. Pourquoi le tango ? Parce qu’un participant avait proposé comme sujet : « Et si on dansait un tango ? » Il arrive assez souvent au café-philo que des personnes qui ont proposé un sujet non retenu essaient malgré tout de le raccrocher au sujet du jour. Ce fut le cas aujourd’hui avec « la séduction » et « le tango ». L’animateur perspicace veille dans ce cas à tester la pertinence de ces associations d’idées, et leur lien avec le sujet traité. C’est ce qui fut fait. Il s’avère que dans le cas du tango, deux individualités parviennent à former une harmonie, bien qu’un seul des deux soit censé mener la danse. C’est la magie du couple. Existe-t-il d’autres mariages heureux d’individualités ? Un espace partagé d’individuations existe-t-il ? demanda l’animateur. Une intervenante mit en avant ce qui, pour elle, constitue le problème fondamental de l’être, à savoir « être, tout en valorisant son être ; être à la fois pareil et différent des autres ».

La notion d’holisme fut introduite par la référence aux Essais sur l’individualisme de Louis Dumont. Si s’extraire de la société pour être soi-même et vivre en solitaire n’a jamais été l’option retenue par l’Occident, pour autant « l’individu disparaît-il derrière son jean ? » demanda un intervenant. Sommes-nous dépossédés de notre identité individuelle, de notre individuation en partageant des valeurs, des références, des habitudes alimentaires ou vestimentaires communes ? Les avis furent partagés. Après tout, sommes-nous si différents les uns des autres ? suggéra une participante. Ne sont-ce pas les mêmes choses qui nous sont agréables ou qui nous font souffrir ? Avons-nous abordé le sujet de la bonne façon ? Nous sommes partis de l’hypothèse où la socialisation viendrait en quelque sorte en surcouche de l’individu, postula une intervenante, au lieu de considérer la société, le milieu social, le collectif comme préexistant à toute individualité. La question pourrait tout aussi bien être : « Peut-on – a-t-on une légitimité à – être des individus dans une société massifiée ? » Se construire une identité qui n’aille pas à l’encontre des intérêts collectifs est peut-être l’objet de toute une vie, conclut l’animateur.

 

Écouter le débat : c'est ici.

Sujet connexe : Vivons-nous dans un totalitarisme caché ?

 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. Le tango de la philosophie avec le philosophisme...
Ecrit par Georges. 07-09-2008
>L’individualisme, qu’a-t-il dans le ventre ?

divis/divisé et dualisme

>Il s’avère que dans le cas du tango, deux individualités parviennent à former une harmonie, bien qu’un seul des deux soit censé mener la danse. C’est la magie du couple.

Le couple faux-vrai forment une harmonie,bien qu'un seul des deux soit censé mener la danse des opinions, le vrai/faux.Contraire au principe de contradiction on peut avoir du vrai/faux en même temp pendant le tango d'un couple des opinions.

L'expression consacrée est : « Le tout est plus que la somme de ses parties. »

Selon ce principe on pourra dire que l'Intelligence est plus que les cyniques, les épicuriens et autre secte sophistique.

Edgar Morin a expliqué clairement que la "pensée complexe" n'est ni holiste, ni réductionniste[35] : "(...) Il ne s'agit pas d'opposer un holisme global en creux au réductionnisme mutilant; il s'agit de rattacher les parties à la totalité.

Si on rattache les organes asexué du sens propre à la totalité du sens commun on tombe sur un paradoxe complexe ou sur une complexité paradoxale.

Selon le principe du tiers exclu toute catégorie sociale privilégiée etnon-privilégiée est vraie. Cela signifie que pour toute catégorie sociale, on doit accepter soit "pauvre/ignorant" soit "riche/demi-ignorant.

Car la philosophie est plus que la somme de ses sophistes.

par Georges de Bruxelles / Geo Brux Belg

2. Références pour la question de l'individu
Ecrit par Daniel Ramirez. 07-09-2008
Comme promis lors de ce débat, que j'ai eu le plaisir d'animer, je vous donne les références précises :
Louis Dumont, "Essais sur l'individualisme. Une perspective anthropologique sur l'idéologie moderne", Seuil 1985, repris en poche : Points Essais, 1991.
Commentaire très éclairé sur ces travaux et développement philosophique important sur la question de l'individualisme dans :
Alain Renaut : "L'ère de l'individu", Gallimard, nrf, 1989.
Ouvrage important dans la sociologie contemporaine :
Norbert Elias : "La société des individus", Paris, Fayard, 1991.
Plus actuel :
Sébastien Charles et Pierre-Henri Tavoillot (Dir.): "Qu'est-ce qu’une société des individus", avec aussi une contribution d'Alain Renaut mais aussi "de l'individualisme à l'hyperindividualisme" par Sébastien Charles, Montréal, Liber, 2007.

3. UN INDIVIDUALISME QUI PASSE PAR LES MARQUES ... DONC DE MASSE
Ecrit par BRITT (animatrice du. 08-09-2008
Bernard Stiegler l'a dit ("Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir", etc, etc....): nous sommes tous formatés - que nous le voulions ou non! - par les nouvelles techniques du marketing et le psychopouvoir. Alors on se distingue comme on peut, et les jeunes avant tout par une nouvelle paire de NIKE ou le cartable de telle marque arrachés ou prescrits aux parents. Et le mouvement NO LOGO lancé par Naomi Klein n'a pu faire des émules en masse.

4. Apprendre à philosopher
Ecrit par Clara. 11-09-2008
Excellent débat ! On a vraiment l’impression d’apprendre à philosopher. Je n'était pas là mais c'est un bonheur de disposer de l'enregistrement, avec toute sa vivacité. Kant disait qu’on ne peut pas apprendre la philosophie mais apprendre à philosopher. Daniel Ramirez nous montre cela dans la pratique. Je vous conseille vivement l’écoute de cet archive sonore. C’est vraiment regrettable qu’il n’ya pas beaucoup d’étudiants de philosophie qui viennent ici. Ils apprendraient une méthodologie puissante pour se servir de la pensée.

5. Ils’ ont’ inventé L’ individualisme de masse’
Ecrit par ROCA. 16-09-2008
Ils’ ont’ inventé L’ individualisme de masse’, Alfred’,
*
Ils, Les grands manipulateurs,
inventeurs des cons ...sots ...mateurs, individualistes ... de masse ... manipulés’,
et, formatés, fabriqués’,
Audimatraqués,
marchandisés,
médiatisés’,
Automatisés’,
utilitarisés’,
instrumentalisés’,
et, Nord-Occidentalisés,
désingularisés,
productivisés’,
efficacisés,
rentabilisés’,

égo-grégarisés, comme’...infantilisés’, Artificialisés’,
superficialisés,
comme’...une’ Aliénation,
comme’...une ... soumission, imposée,
uniformisée, d’esclaves ... cons ...sentant ...
Venir Le Vent, nous’ emportant, dépersonnalisés,
robotisés’,
et, psycho-pathologisés,
névrotisés,
psychotisés,
Autistisés’, individualisme’, exacerbé,
par Les maîtres’ ... et La masse’, Adoubé ... masse’- média,
masse’- médiocre’, et, À hue, et, À dia ...
massifiée,
individunifiée ... L’ individualisme ... de masse ... mur ... mure ...
notre société,
Anti-humanité, qui y Va, dans Le mur ...
comme’...un “ cri et chuchotement ”,
comme’...une ... balise ... détresse’,

et, comme’...union

des compagnons,

des résistants,

des combattants’, Aimants,

qui naissent, ...
Gilles * Roca, *


Cas-fée Philo des Phares, 7’ septembre’ 2008’, ces-jours de Fructidor,
______________________
individualisme phare, de masse, triviale’- poursuite’,
en nous, qui dort

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire
 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 invité en ligne

personnes ont visité ce site.