L' éthique, dépassée ?
Écrit par Gérard Tissier   
06-07-2006

 

 Les ministres  de l’agriculture de l’Union Européenne ont marqué dernièrement leurs divergences sur une question éthique par excellence : le bien-être animal s’agissant  d’. améliorer les conditions  des poules , vaches et cochons avant que ceux-ci ne  passent les portent de l’abattoir. D’un coté  il y a les pays  qui plaident pour  une  « éthique de l’élevage   et de l’autre, les plus nombreux, les productivistes sans cœur. Payer  pour le bonheur de la basse-cour, vous  n’y pensez pas ?  Avez- vous fait messieurs  les belles  mes, une étude d’impact  économique sur le mieux –disant animal ?  Ne voyez-vous pas que la poussée sans fin vers des normes de plus en plus contraignantes, constitue un désavantage dans la compétition internationale ? Leurs discours, il est vrai n’est pas sans portée. Qui verrait d’un bon œil se se déverser sur nos terres cette production  animalière qui ne s’embarrasse pas, en Amérique Latine par exemple, de si belles pudeurs ? Bien sûr,  la Commission Européenne devrait y regarder de plus près avant de monter, pleine d’allants, sur le char de la Vertu. Elle pourrait même s’intéresser à  l’effet des surplus européens  qui inondent  les marchés  africains  de pilons et autres morceaux congelés. Si elle le faisait, y verrait-elle autre chose qu’une vaste déstabilisation des filières par cette fois une vraie, une véritable, une hypocrite concurrence déloyale ? L’éthique serait dépassée, demandez-vous ?. Oui peut-être. Mais par quoi et  par qui ? Gérard juillet 2006.

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire
 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté


personnes ont visité ce site.