Charabants, charabia
Écrit par Carlos Gravito   
27-11-2006

Le 26 novembre, le thème choisi par Gérard Tissier pour le débat dominical au Café des Phares, fut : « Raconter des histoires ou y croire ». Les uns y on vu un rapport à la soif d’imaginaire, d’autres aux peurs sacralisées (Méchant Loup, Petit Poucet) qui nous trottent dans la tête depuis des millénaires, racontées aux petits enfants pour les amener à réaliser qu’il n’y a pas que la vie réelle qui compte mais que les idées font aussi vivre. Trouvant la réalité trop pesante, ils iraient vers le grand-père et la grand-mère, afin qu’ils la traduisent en images, plus suaves et ça leur ferait du bien, évitant ainsi l’essentiel.

D’autres encore, pensant exactement le contraire, se basèrent sur les masques des indiens, censés représenter des esprits, pour faire remarquer que tout cela ne revenait qu’à de simples légendes semblables à celle de notre « Père Noël », un rituel social propre à nous rouler dans la farine, prouvant la capacité de l’homme à produire ce qui n’existe pas, pour découvrir la vérité et introduire dans la société une dimension morale au moyen de fables comme celles de La Fontaine, sur lesquelles on bâtit un univers édifiant, l’animateur évoquant même une création de temps dans le psychisme.

Bien que l'on ait causé de western et de cow-boys ainsi que de leurs expériences de vitesse dans des duels singuliers qui nous fascineraient, et que l'on se soit interrogé sur les jeux vidéo et leur imprévisible devenir, je me suis ennuyé royalement (peut-être parce que c'est d'actualité), jusqu’à ce que Simone nous dît qu’il y a du rêve dans les histoires racontées. Nous confiant s’intéresser surtout aux rêves des autres, elle nous fit part du récit des merveilleux voyages de sa grand-mère avec des « charabants », et ajouta : « je viens de réaliser qu’elle me parlait de prosaïques « chars à bancs » et, si je l’avais su à l’époque, je ne me serais pas autant extasiée ».

C’était un tournant important dans la conduite du débat, quelqu’un ayant alors averti qu’il faudrait faire la différence entre l’histoire (faits) et les histoires (fiction). Puis, une autre intervenante ayant évoqué les « contes menteurs », dont le but est justement de relater des histoires invraisemblables, ce qui évinçait d’emblée l’a priori « croire », et une autre prise de parole osant rapprocher « charabant » de « charabia », l’animateur fut amené à se demander quel est le lien entre « raconter des histoires et y croire ».

Il était temps. En effet, rarement un énoncé fut, chez nous, si sémantiquement irrationnel et nous avons manqué au minimum de la rigueur que la réflexion philosophique exige. Effectivement, étant donné que le fait, historique, provient de « factum », du verbe latin « facere », la juxtaposition de faits mémorables, bien éloignés des histoires que l’on raconte qui procèdent, elles, de la fiction, étymologiquement dérivée de « fingere » signifiant en français modeler ou feindre, c'est-à-dire, une « poesis » fabriquée par les poètes, l’un se rapporte au réel et à sa vérité tandis que l’autre se réfère à une élaboration humaine.

Depuis Chaucer et ses Contes de Cantorbéry, de Perrault et ses Contes de ma mère l’Oye, de Villiers de l’Isle Adam et son Axel, Charles Dickens et ses contes de Noël, jusqu’à Andersen et ses admirables 137 récits, Offenbach et son Opéra fantastique ou Kenji Mizoguchi et les sublimes Contes de la lune vague après la pluie, combien de poètes nous ont enchantés, chacun avec sa sensibilité, et transmis avec une vérité extrême leur philosophie de la vie. Qui en douterait ?

Il ne s’agît donc pas, dans nos deux arides heures de charabia, de croire ou ne pas croire aux histoires, mais de complaisance, à la rigueur, une disposition à acquiescer aux sentiments exposés pour en retenir un enseignement moral, une délectation intellectuelle ou une ingénieuse diversion et pas un abouchement à la véracité. Il ne suffit pas de dire ce que l’on pense mais de penser ce que l’on dit.

 

Sujet connexe : Toutes les illusions sont-elles bonnes à perdre ? par Carlos ; par Marc

  

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. euh oui...
Ecrit par gtissier. 28-11-2006
Bravo Carlos pour ta plume etpour ta sagacité. En effet il ne s'agit pas de croire ou de ne pas croire mais du fond de l âme que les vraies histoire viennent réveiller.L

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire
 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 invité en ligne

personnes ont visité ce site.