"Un homme, ça s'empêche."

Sujet du 16 mai 2010 au café des Phares

___________

 

« Un homme, ça s’empêche », voilà un franc parler que l’on doit au père d’Albert Camus, dans une phrase que son fils reprit à son compte et qui est parvenue jusqu’au café des Phares pour être finalement choisie comme sujet par Sylvie Pétin.

Loin d’être hostile à l’engagement, elle illustre celui de Camus contre tous les fanatismes pendant la guerre d’Algérie. De ce fait, il fut accusé de ne pas avoir pris position.

 

Au-delà de son contexte particulier et de son aspect moralisateur, cette phrase interroge sur la liberté et la responsabilité : je ne dois pas me laisser conduire par mes pulsions et passer inconsidérément à l’acte, mais leur substituer si besoin est la parole ; penser aux conséquences de mes désirs pour l’autre. « Etre adulte, c’est savoir se retenir ». Un maître qui n’est pas maître de lui-même court à la catastrophe. Il s’agit ici de nos actions ; quant aux pensées c’est autre chose : d’après Castoriadis « qui n’a pas fantasmé de tuer une fois dans l’année n’est pas normal »...

 

Mais pourquoi ce commandement, pourquoi se donne-t-on des limites ? Question de morale, d’idéal humain ou question de circonstances ? Pour « avoir un cœur intelligent » selon Finkielkraut, mais d’après Kant ce n’est pas la morale qui produit la liberté mais l’inverse.

Question : comment sortir de la dualité ? Ici entre la vitalité (du corps, des pulsions) et la raison, entre s’autoriser et s’empêcher. L’issue serait de dire qu’« un homme, ça s’assume ». Mais cela peut donner aussi bien Antigone qu’un tortionnaire.

 

L’homme, a-t-on dit, est le seul être qui puisse s’empêcher. En réalité, les animaux s’empêchent, sauf exceptions, de se tuer entre individus de la même espèce, ce que l’homme, justement, ne sait pas faire...

Il n’est donc pas raisonnable mais seulement éduqué, et aujourd’hui en proie à la « démesure » dénoncée par ex. par Jean-François Mattéi dans Le Sens de la démesure (2009).

 

Mais, au-delà des limites dans lesquelles ce sujet tend à nous enfermer, il semble très insuffisant de définir la liberté uniquement par l’empêchement. Désirer, agir, voire transgresser sont autant d’attitudes nécessaires pour faire vivre la démocratie !

 

_______________

 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. Un débat, ça s'empêche?
Ecrit par urbaine. 26-05-2010
Merci, Alain! C'est bien gentil de mettre en valeur les doutes et les questionnement que cette maxime éveille. Ce n'était pas le cas dans le café philo. Une unanimité béate dans l'admiration pour Camus, comme s'il avait eu la science infuse du seule fait qu'il refusait le terrorisme.
J'ai relevé seulement deux tentatives de contestation de cette morale de l'empêchement. Sans suite, l'animatrice du jour était trop contente de reprendre à son compte longuement toutes ces bonnes paroles si pleines de bon sens. On aurait pu résumer tout ça plus facilement avec une seule phrase : vive le sur-moi! Les vagues allusions à Kant (les mêmes de toujours) n'on pas ajouté plus de substance.
Ca avait un goût de bien avant mai 68, une sorte de café-philo de couvent.
Qu'est-ce qui manquait à ce débat? Un peu d'esprit rebelle? Pourtant c'est aussi un thème camusien.
Un peu de jeunesse, peut-être?

2. compte rendu ou article ?
Ecrit par Alain. 27-05-2010
En effet, il y a une ambiguïté dans ces "comptes rendus" qui sont en fait des articles, même si les points de vue personnels de l'auteur restent très discrets ou absents, et qu'ils sont écrits, en bonne partie, avec ce qui a été dit malgré tout.
Le but du jeu est de dégager ce qui peut être intéressant dans un sujet, ce qui n'est pas toujours facile... et du coup cela donne parfois une fausse idée du débat réel. Marc Goldstein, lui, avait pris le parti de descendre en flèche tout ce qui ne lui plaisait pas dans les débats.
Mais qu'est-ce qui est le plus intéressant pour les internautes qui, pour la plupart, n'y étaient pas ?
En tout cas, ce forum sert à réagir et à exprimer des points de vue, comme le vôtre.

3. Café-philo ou exercise d'auto complaisance?
Ecrit par Caféphiliste. 28-05-2010
Urbaine a raison, même si elle ne le dit pas ouvertement : cette animatrice se complait à faire la morale à tout le monde, avec des trucs que tout le monde connaît. C’est terriblement faiblard niveau philo. Pérorer et faire tout un paquet avec la bienpensance c’est son spécialité, quand elle ne s’en prend pas à ses collègues animateurs pour les faire taire : arrachage de micro, pseudo réfutations et disqualifications des propos de ses collègues sans droit de réponse. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais elle n’est jamais venue en simple participant à un café-philo.
Mais Alain a raison aussi, critiquer les débat n’aurait d’intérêt que pour les rares participants au café des Phares qui sont internautes comme nous. Pourtant il n’y a pas de raison de faire le boulot à sa place et d’enjoliver le débat pour donner de grain à moudre aux internautes. S’il n’y a rien ou très peu dans un débat, ben je crois qu’il faut le dire. Même si on s’abstient de tirer sur tout ce qui bouge comme faisait Marc, un peu d’esprit critique ne fait pas de mal. Comparez quand même la richesse de débats qui fait Daniel ou Christian Godin avec la triste litanie de lieux communs philo qu’elle nous inflige. J’ai bien aimé le café-philo de couvent, trouvaille d’Urbaine. C’est bien ça qu'on a vu ce jour là !

4. Un homme, ça ose
Ecrit par Jules.LT. 28-05-2010
Je n'étais pas là ce jour là, mais j'ai du mal à croire que le contrepied de cette proposition n'ait pas été pris:
Un homme, ça ose aussi. Ca prend des risques. Ca se passionne! Ca s'emporte! Sinon, on en serait encore à l'âge de pierre ou bien nous aurions tout simplement disparu en tant qu'espèce...

Alors, qu'a-t-il été dit dans ce goût là?

5. Et pourtant.
Ecrit par Participant aussi ét. 28-05-2010
Vous avez plus que raison, Jules, c'est incroyable mais vrai. A croire que le café-philo, que certains disaient gauchiste, est devenu un repère de conservateurs, au moins sous certain animateurs ou plutôt animatrice, ici. Mais comme il a été dit, deux personnes, dont un des animateurs, ont dit exactement ce que vous dites. Le problème est que la dame en question a essayé par tous les moyens d'ignorer ce propos décalé pour s'accrocher à la moralisation ambiance. Après le café-philo couvent, c'est la maison de retraite.

6. pas étonné par l'empêchement et pas par le reste, non plus ..
Ecrit par Autofocus. 29-05-2010
Je n'étais pas là non mais j'aurais a priori pensé que le sujet choisi s'inscrit dans la ligne habituelle : la philosophie du "moi je ". Comme " le "qu'est ce qui nous "empêche" d'être nous même" d'il y a peu et bien animé par Daniel.
Que l'animatrice soit solidement ancrée dans le politiquement-correct Freudo-Roudinesque ne m'étonne pas davantage.Si Marc Sautet avait été encore là comme spectateur, il aurait lancé " qu'est ce qui nous empêche de faire la révolution ? " ou bien un " empêchement ou impeachment?".C'est vrai qu'il est bien difficile d'être léger dans le climat un tantinet plombant du style de cette animatrice.
Maintenant, si vous avez échappé à Spinoza, Descartes et Ricoeur ( le tiercé gagnant de cette dame ) nous vous plaignez pas, car l'avenir vous le confirmera : le pire n'est jamais le plus certain, il y a toujours mieux !

7. Deux textes pour un débat
Ecrit par Alain. 29-05-2010
Je ne critique pas le débat sur lequel je fais un compte rendu à cause de cette ambiguïté (en fait c'est un article sur le sujet), par contre je critique parfois le sujet, comme ici, sans insister.
La solution "idéale" serait qu'il y ait deux types de textes : un compte-rendu-article qui reprendrait le plus important de ce qui a été dit en l'enrichissant de références et de compléments, et un texte-reportage qui parlerait du débat proprement dit. On y a pensé, mais... on cherche le journaliste (ceci est un appel d'offre !).

8. Se prétendre philosophe suppose un minimum de correction
Ecrit par de passage. 30-05-2010
"Celui qui excelle ne discute pas, il maîtrise sa science et se tait" (Lao Tseu)
Celui qui est bien élevé ne critique personne, il intériorise sa déception et se tait.

Sylvie Pétin a animé ce débat bénévolement, et je trouve très incorrect de votre part de la démolir de façon aussi violente. Personne n'oblige personne à rester au café si le débat ne vous intéresse pas.

Une fois le sujet choisi, ce sont les participants qui portent la responsabilité de l'intérêt du débat. Faute d'interventions pertinentes, quelle lâcheté de tout mettre sur le dos de l'animatrice !

9. La correction n'est pas le silence
Ecrit par Jules.LT. 31-05-2010
Les critiques présentes ici sont peut-être un peu vives, mais de là à dire qu'il ne faut pas critiquer, il y a un monde!

Le sage qui se tait toujours est un lâche et un égoïste, donc clairement pas un sage. La sagesse, ça se partage.
Il faut bien entendu respecter la forme et tâcher de ne pas trop heurter les sensibilité, mais ce ne sont pas là les priorités.

10. "Bravitude" de l'animatrice
Ecrit par urbaine. 31-05-2010
Si on croit "de passage" il faudrait taire toute critique et on finirait par tout avaler. Il n'y a pas eu de démolition violente, juste l'expression du sentiment de dépit de voire tant de conformisme s'emparer des cafés-philos. Où est la violence ?
Vous dites qu'elle a animé bénévolement, mais exactement comme tous les autres animateurs! La différence est que les autres viennent aussi comme participants et s'investissent dans la café-philo, risquant leur parole. Vous allez m'expliquer qu'elle est plus occupée que les autres ? Quelle bravitude!
Et depuis quand le bénévolat excuse-t-il tout? On ne peut pas critiquer quelqu'un parce qu'il serait bénévole? La belle affaire!

11. Un' homme ... ça s'empêche' ", Albert Camus, Georges T, Sylvie Pétin
Ecrit par ROCA. 31-05-2010
Un' homme ... ça s'empêche' ", Albert Camus, Georges T, Sylvie Pétin,

un' homme ... ça s'empêche', un' homme, humain, ça s'encourage',
À L'humanité, son courage', À L'humanisation, Actée, ça se dépêche,
sans ...pécher, ça se prêche, pêcheur d'hommes, ça se pêche,
Parole' en' Acte', engagement, prendre parti, L'engagement,
Le Libre' engagement, jusqu'Au déchirement ...
" déchirant', et comblant ", chemin de La Passion, ni tout noir, ni tout blanc, Passage ...
de Passion ... À L'Acte', impact', Combat, de Franc-Tireur,
de La Résistance' À ... notre Libération, Lutte' initiale ... serviteur,
La Parole', et Le geste', et, ma chanson, de geste', un ...personnel, universel, en Liberté, responsabilité, corps - esprit, raison - Passion, " un cœur intelligent ",
Alain Finkielkraut', d'énergie, L'âme'...agit, parmi Les gens,
un' homme ... ça se crée, " créer, c'est', Aussi, donner,
une forme' À son destin ", Camus, " L'homme ... n'est pas né Libre', il est né
pour se Libérer ", Hegel, se donner,
se Livrer, c'est tout' un, qui y naît,
" Justice'...et ...Vérité, quoi qu'il doive' en coûter ", T C, La dignité, d'humanité,
un' homme ... ça ne s'empêche pas,
ça se cherche ... s'Aboutit,
s'Accomplit',
À toute L'envergure ... L'Amplitude ... de ses' Ailes ... radicales' ... ou pas,
d'Après Victor Hugo,
dit mon' Alter' Hugo :
" La forme ... [ de L'homme ... ]
c'est Le fond [ de L'homme ... ]
qui monte' À La surface " ...
de L' humanité, grâce, ... Gilles Roca,

Cas-fée-Philo des Phares, 16 mai 2010', ces-jours de Floréal,

L'homme ... Victor Hugo : " Le Vrai phare ...
c'est moi ", ça ne s'empêche ... pas !, un' indice', Au grand mât, moi, Le petit fanal, G R

12. il eut mieux valu parler le 16 mai que d'écrire méchamment 8 jours après
Ecrit par 8. 31-05-2010
Je ne vous "explique" rien Urbaine. Je me contente de vous rappeler qu'une critique n'a de justification que si elle est constructive.
Or je ne lis sur l'écran qu'un dégommage très lâche, d'autant plus lâche que l'intéret d'un débat dépend plus des participants que de l'animateur. Un homme , ça s'empêche la destruction stérile , ça essaie d'aller vers un mieux.

13. Critiques constructives, bien sur!
Ecrit par Caféphiliste. 01-06-2010
Pas la peine d sauter au plafond et nous inonder d’épithètes. Jules a raison, c’est peut-être un peu vif, mais il n'y a pas eu le moindre dégommage ni agression personnelle. Seulement des critiques bien précises que lui sont adressées depuis longtemps à cette animatrice.
Ca serait de la critique constructive si elle entendait qu'il y a un mécontentement. Pourquoi ne pas répondre aux critiques précises? Le statu de victime est ridicule ici car elle abuse toujours de sa place et de son pouvoir sur la parole, qu’elle monopolise carrément. Ce qui n’est justifié en rien par ses connaissances, pas très impressionnantes de la philosophie.
Ce reproche ne peut être adressé à aucun autre des animateurs, bien qu’on constate certains comportements de jalousie, de temps en temps. Mais ils apportent de vraies connaissances et ils s’investissent comme participants. Et, en effet, ils sont tous bénévoles, comme le dit Urbaine.
Si vous veniez aux Phares vous le constateriez aussi. Et puis, si ce forum ne sert pas à critiquer, que voulez-vous en faire? Une tribune d’autoglorification ? Comme c’est bien le café-philo ! C’est ça ?
"Correction n'est pas le silence", comme dit Jules, ni encore moins avaler tout.

14. Remède
Ecrit par Gabriel. 01-06-2010
A quelques participants pessimistes je ne peux m'empêcher de conseiller le médicament de F.Nietzsche :
"
"Tu te plains de ne rien trouver à ton goût?
Ce sont donc toujours tes vieilles lubies?
Je t'entends jurer,tapager et cracher....
J'en suis à bout,mon coeur se brise.
Ecoute, mon ami,décide-toi librement
A avaler un petit crapaud bien gras,
D'un seul coup et sans regarder.
C'est souverain contre la dyspepsie."


15. de passage s'est trompé de chemin ?
Ecrit par autofocus. 03-06-2010
Pour qu'une critique soit positive, il faut qu'elle puisse changer le comportement sans blesser la personne.Rien de tout cela ici puisque l'animatrice en question ne visite jamais ce site et n'en parle jamais.
C'est vraiment étonnant cette projection consistant à critiquer "normativement" ceux qui critiquent un fait simple mais critiquable. On se demande comment la critique peut être positive aux yeux de quelqu'un qui est "pour"quand les autres sont contre. Est-ce que que cela marche à l'envers .? je ne sais pas mais ce que je vois c'est que sa critique n'est pas constructive car je ne changerai pas d'avis!

16. Un article synthétique : ça s'empêche
Ecrit par René Guichardan. 05-06-2012
Merci pour cet article qui situe bien à chaque fois les tensions dans lesquelles sont nécessairement enferrées toute prise de position. Notre liberté se situe bien là, dans ce souci d'établir les zones de contradictions et par contraste révélé, les chemins des possibles en connaissance des causes et des conséquences envisagées. Bravo pour l'exercice.
http://cafephilos.org/

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire
 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 invité en ligne

personnes ont visité ce site.