Quel sens donner à l’indignation ?
Débat du dimanche 5/06/2011 au café des Phares,
animé par Daniel Ramirez


Ce sujet n’aurait sans doute pas été choisi par Daniel Ramirez, ni proposé par un participant, sans le mouvement des « Indignés » né en Espagne et inspiré par le livre de Stéphane Hessel « Indignez-vous ! » dont ils adoptèrent le mot d’ordre, à défaut de se définir davantage. Mais dans un débat philosophique le jeu consiste à s’extraire de l’actualité pour construire une réflexion digne de ce nom. Celle de ce dimanche 5 juin, espérons-le, a atteint son but.

L’indignation entre émotion et raison.
Contrairement aux sentiments, états affectifs complexes et disons-le assez peu valorisés par l’air du temps, les émotions sont ponctuelles, réactives, violentes, et nous bouleversent à tel point que nous sommes maintenant invités à les « gérer ». Mais la faveur particulière qu’elles connaissent à notre époque en fait oublier les excès et les dangers et les récupère in fine dans la sphère des responsabilités : il y a une « intelligence émotionnelle ».
L’indignation peut donc appartenir à l’émotionnel sans être pour autant privé de contenu raisonné. Car elle est mue premièrement par la raison ; à défaut, comment reconnaître un fait et porter un jugement sur lui ? Je suis indigné par des états, des situations, des actes que je juge inacceptables.

Scandalisés ou indignés ?
Le sens de l’indignation s’est précisé quand nous nous sommes demandés à quoi elle pouvait justement s’appliquer, et à quelle fin.
Tous les problèmes ne suscitent pas
« l’indignation ». Les producteurs de légumes ruinés par une fausse information sur la bactérie Escherichia coli, une vieille dame sans défense agressée dans la rue, un locataire qui se voit exproprié arbitrairement de son précieux logement peuvent être victimes d’une injustice sans que celle-ci, aussi scandaleuse soit-elle, ait un enjeu au-delà de leur cas particulier.
En revanche je suis indigné par les conditions d’existence de certaines catégories de population, par les traitements dégradants et criminels infligés y compris à des animaux (maltraitance, tortures, massacres, barbarie nazie), par l'asservissement de peuples entiers.
Un sentiment d’injustice est donc à la source de l'indignation, mais ne suffit pas. Celle-ci a pour objet des préjudices graves condamnés par la morale et subis à une échelle collective.

Pour être philosophique, l’indignation doit avoir, a-t-on dit, une dimension universelle. L’existence de notions comme celle de crime contre l’humanité et d’un Tribunal pénal international chargé de le qualifier, de le juger et de le sanctionner laisse penser qu’un universel en ce domaine est bel et bien possible.

Mais est-il suffisant de s’indigner ? Dans tous les cas, rien n’est pire que l’indifférence ! Prendre position sans se révolter ni passer à l’action peut contribuer à changer le cours des choses ; les opinions publiques comptent, même pour les dictateurs. C’est d’abord l’indifférence de toute une population face à la souffrance de l’autre qui est responsable de crimes comme l’esclavage, la shoah, commis par un nombre restreint d’individus.
Les questions inévitables du complot et du libre arbitre n’ont pas été reprises : mes indignations ne sont-elles pas dictées par les médias, le politiquement correct, mon éducation, mon idéologie, etc. ? Je dois choisir ce à quoi je dis radicalement non.

Qu’est-ce qui est inacceptable ? La réponse est simple : ce qui déshumanise l’homme, ce qui lui fait perdre le sens de sa dignité et qui trahit ainsi la promesse des Lumières : Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droit. Mais les victimes ayant intériorisé un sentiment d’indignité se laissent aller à la passivité et au renoncement, envahies par un sentiment individuel d’impuissance qui rend difficile une action collective.

La définition du mot indignation dans le Trésor de la langue française rassemble plusieurs thèmes abordés dans le débat : « Sentiment de colère et de révolte suscité par tout ce qui peut provoquer la réprobation et porter plus ou moins atteinte à la dignité de l'homme. » Mais, dans un monde toujours plus nouveau et imprévisible, il est parfois malaisé d’employer les mots qui sont légués par l’Histoire. Daniel conclut le débat en disant que, grâce à la « philosophie dans la cité » pratiquée dans les cafés philo, nous devrions trouver d'autres mots pour saisir le réel et continuer à le penser.



LISTE DES COMMENTAIRES...


1. je suis indigné !
Ecrit par un habitué indigné. 11-06-2011
Je suis admiratif sur la qualité de ce compte rendu ( ni trop ceci ni trop cela ) et admiratif aussi devant la dignité de Daniel Ramirez.En en sachant un peu plus sur la révolution de palais aux Phares de dimanche dernier, le fait qu'il ait accepté d'animer tout en prenant, avec panache, un sujet de l'indignation et sans jamais faire référence à ce qui venait de se passer, chapeau.
Les choses se précisent sur le projet de "l'homme au fauteuil ".Il consiste à faire venir" 20 à 25 animateurs reconnus, tos différents"."Aucun n'animera plus de 2 ou 3 fois dans l'année".Je suis indigné pour l'équipe actuelle puisque Daniel par exemple, un des animateurs- phare avec gunter n’animera plus qu’une fois d’ici la fin de l’année ! On verra si ce traitement vaudra pour Gunter et Sylvie. J'en doute . Je trouve cela totaleement ridicule, injuste et totalement incroyable comme méthode. Je suiis indigné.
Selon un document qui sera affiché et dont on m'a donné le contenu ,"un participant, jamais le même, présente l'animateur" Les participants qui subissent le quasi-départ de leurs animateurs habituels devront en plus avaler la couleuvre et présenter ( comme des stars ? )ceux que l'on va leur imposer.Qui va se prêter à ce jeu ridicule. Je suis indigné!



2. Simple et bien écrit
Ecrit par Lili la tigresse. 13-06-2011
Oui, Alain, ton admiratrice préférée t'encourage à continuer tes comptes-rendus de qualités !

3. Un nom c'est imporant
Ecrit par 2. 13-06-2011
Je sais que je me mêle de ce qui ne me regarde pas mais "l'homme au fauteuil" n'aurait-il pas un nom? Je ne suis pas une habituée des Phares, mais cette personne ne serait-elle pas Pascal Hardy ? Je suis indignée quand on présente les choses de cette façon. Sinon, pour le reste je ne suis pas dans la cuisine et du moment que tous les animateurs s'y retrouvent, et que chacun trouve sa place.

4. Un nom ça change quoi?
Ecrit par Café-philoste. 13-06-2011
Ah oui, très bien, il a un nom, mais la question est qui est Pascal Hardy pour venir s'emparer de ce lieu? Et vous n'avez peut-être pas compris que "tous les animateurs" ne se retrouveront pas, ne trouverons pas leur place et nous non plus ne nous retrouverons pas.

5. Prise de la bastille?
Ecrit par Indignée des Phares. 13-06-2011
Il y a bien des raisons de s’indigner, en effet. Je viens d’apprendre ce projet typiquement « mainstream » de faire de « l’événementiel » au lieu du café-philo. Qui plus est en évinçant les animateurs habituels au profit d’un machin qui ressemble à un appareil de recrutement. Un homme extérieur au café-philo, parce qu’il a le soutien du propriétaire, se permet de dire qui va animer et qui non. Une sorte de DRH des animateurs ?
Quelqu’un peut me dire quels sont ses compétences pour une telle tâche ? Il a fait quoi, lui, en philo ?
On peu louer, certes la qualité du compte –rendu d’Alain, et je m’associe. Ce n’est peut-être pas l’essentiel. Car un bon compte-rendu n’est valable que parce qu’on a eu un bon débat !
L’indigné qui est intervenu avant souligne le panache avec lequel ce débat a été animé, malgré la situation surréaliste. Je suis d’accord, mais j’ajouterais aussi la grande qualité ! Malgré tout, tout le monde sait que Daniel Ramirez conduit ces débats avec une méthode philosophique rigoureuse et une qualité d’attention incomparable.
Dans ce débat, pas à pas nous avons analysé les pièges de la question de l’indignation, pour comprendre ce « sentiment moral » complexe et issu de la réflexion plutôt que de l’émotion. C’est le caractère d’inacceptable et non pas simplement négatif de quelque chose qui nous met dans une posture qui appelle bien plus l’action et l’engagement que la réaction émotionnelle et subjective.
Daniel a conduit ce débat, comme d’habitude, avec respect et attention à la parole des intervenants. Il est le seul qui est capable de faire une synthèse complète et parfaitement structurée à la fin du débat ! Ca rassure, car il montre que tout a été écouté, mais pas seulement, car les redites et hors sujets sont systématiquement signalées, parfois c’est vrai, avec une pointe d’ironie qu’on lui connait bien, qui peut déranger certains. Pourtant, cet animateur philosophe utilise principalement le questionnement socratique pour donner réellement vie à ces explorations philosophiques, ce qui représente, depuis des années, la quintessence du café-philo.
Si celle-ci devrai être la dernière fois que nous comptons avec Daniel Ramirez comme animateur de ce lieu, ça aura été une très brillante sortie. L’apologie des révolutions arabes que l’on trouve dans son blog philo, et son intérêt pour les mouvements contestataires des jeunes européens, sonnaient comme une réponse par le haut à la bassesse du coup de force de ceux qui se sont emparés du café-philo pour en faire leur vitrine et leur faire valoir.
Ceci explique peut-être cela : le talent fait de l’ombre. L’envie et la jalousie on l’avait déjà vue à l’œuvre. Des irresponsables s’amusaient à évoquer la rivalité entre animateurs. Il faudra se demander, comme dans toute situation de cette sorte, à qui profite le crime, pour trouver la source de ce coup de force grotesque et totalement illégitime. On m’a dit, mais je n’arrive pas à le croire, qu’un des animateurs serait dans le coup. Je n’en sais pas quoi penser. Je suis entre le désarroi et l’indignation.

6. je suis indigné par 2.( qui ne se nomme pas mais qui ...
Ecrit par un habitué toujours. 13-06-2011
L'habitué indigné (1 moi )a le droit de ne pas savoir qui est l'"homme au fauteuil" et de n'avoir pas retenu son nom le voyant pour la première fois. Je suis sûr que sur un passeport le signe distinctif pourrait être " handicapé moteur au niveau des membres inférieurs " sans que cela soit péjoratif ou condescendant. Un peu facile.Vraiment trop facile mr ou mme 2.' (mais j'aurais dû dire l'homme en fauteuil- OK)
Dire qu'on n'est pas dans " la cuisine du moment" est condescendant. Pourquoi la " cuisine'?.Ces gens les animateurs donnent de la peine, de l'énergie, du temps (depuis plus de 10 ans pour Sylvie et Gérard, 15 ans pour Daniel et Gunter) pour des gens comme vous. Vous ne le saviez pas?

J'ai écrit " un des animateurs-phare avec Gunter (Daniel) n’animera plus qu’une fois d’ici la fin de l’année et vous dîtes " que tous les animateurs s'y retrouvent, et que chacun trouve sa place" C'est non seulement indigne mais d'une suffisance incroyable !
Vous avez le droit de vous en" badigonner le nombril avec le goupillon de l'indifférence" (Pierre DAC) mais tenir de tels propos avec la bonne conscience du redresseur de tort sur un qualificatif n'est pas élégant et dans le contexte assez moche.
J'ai bien l'impression que votre compassion est assez sélective.Peut-être même qu'elle avance masquée puisque vous connaissez ce Pascal Hardy.Dans les deux cas, ou dans un cas comme dans l'autre,ce n'est pas très digne ici de l'exprimer ( on ne tire pas sur les ambulances, vous ne saviez pas )

7. Qui ets qui?
Ecrit par une habituée. 13-06-2011
Quelqu’un qui n’a aucune légitimité ! Pascal Hardy est l’artificier de la création par Marc Sautet d’une association qui « fédérait » les cafés philo et avaient quelques activités, aux débuts du café-philo des Phares, qu’elle n’a plus aujourd’hui. Il a été le président assez longtemps mais ne l’ets plus et n’a donc aucun statut particulier dans une association qui existe toujours mais n’a plus ni rime ni raison (aucune activité, pas d’AG, pas d’appel de cotisations)
Il ets un perpétuel absent aux phares qu’on sort comme un lapin d’un chapeau et qui disparaît aussitôt, pour faire la sale besogne ? A voir.
L’argument avancé pour « rénover » serait que ça ronronne et qu’il faudrait redynamiser. Le problème est que cela est annoncé par quelqu’un qui ne vient pas aux débats et donc n’en sait rien, prend la décision arbitrairement sans demander son avis ni aux animateurs (qui ont fait partie de cette association aujourd’hui fantôme) ni au public…parfaitement arbitrairement. De quel droit ? Voilà qui est celui qui se nomme Pascal Hardy. Celui qui annonce une décision prétendument collective qui ne l’ets pas, où ni les animateurs ni participants ne se retrouvent ( je gage qu’on ne s’y retrouvera pas), coup qui permet de mettre au ban des animateurs trop dérangeants car trop talentueux, ou trop quoi ? Qui est qui, oui, c’est la question.
Il se peut que les animateurs acceptent de boucher les trous pour les dimanches où personne n’aura été trouvé, faute d’une organisation apte à gérer cette nouvelle donne acrobatique. Quelle place auront ils alors à occuper ! Indigne est le mot. S’ils ont le courage et l’abnégation de le faire, alors tant mieux pour nous et chapeau. Mais cela n’a rien d’évident.

8. Je suis indigné par ce qui colle !
Ecrit par 6. 13-06-2011
L'indignée est folle de son animateur mais il existe d'autres lieux pour exprimer ses élans, non ?

9. Bravo pour l'originalité.
Ecrit par urbaine. 13-06-2011
Toujours la même réponse: quand on défend les animateurs il y a quelqu'un qui fait la même blague macho et stupide: "elle est folle de", "c'est une groupie", etc. La manœuvre de reprise en mains qui est lancée mérite au minimum que nous exprimions notre soutien aux animateurs. Je n’ai que faire des remarques misogynes et de l’humour de caserne.
Le post 1 de l’indigné est très juste, l’éloge fait à Daniel Ramirez par l’indignée des Phares (5) est plus que mérité. Merci aussi à l’habituée (7) de nous donner des informations, moi, comme beaucoup d’autres, je ne connaissais pas Pascal Hardy. Le fait qu’il n’aille jamais au café-philo rend encore plus choquant que ce soit lui le chargé de la manœuvre. Est-ce qu’il est animateur de café-philo ailleurs au moins?
Agnès

10. même pas!
Ecrit par alicia, l'habituée d. 13-06-2011
Il ne l'est plus depuis longtemps...Il l'a été un peu du temps de Marc Sautet, vite dépassé par le talent de ce dernier.. Même combat? sauf qu'il n'anime plus.On se demande à quoi cela lui sert.

11. A quoi cela lui sert ?
Ecrit par un ancien, atterré. 13-06-2011
C’est une bonne question. Il se trouve qu’ayant été adhérent de philos pendant des années, j’ai assisté à bien des épisodes bizarres. Il y a 3 ans je crois, un conseil d’administration avait été élu sur la base d’une procédure de liste de candidats à l’initiative de Pascal Hardy (et d’autres que je ne citerais pas). Evidemment tout ceux qui ne pouvaient pas présenter une liste ne pouvaient plus être candidat ! (cas de Sylvie n et de Gérard tout deux membres du CA à renouveler).Cette procédure tout à fait anormale et inique avait pour but de prendre le contröle de l’animation des phares
Tout cela s’est terminé dans des défections ( de gens se sentant manipulés ) et avec un texte affiché aux phares disant que l’association n’avait aucun rôle dans la gestion du café des phares. Mais déjà, pour moi le but était clair : marginaliser Daniel qui était jugé trop "philo" et pas assez "café ".Il fallait le noyer sur une floppée d'invités cause d'un soi-disant conflit prétexte à l'opération)
Alors à la question pourquoi tout cela, une réponse évidente.C’est la revanche ou la pulsion de pouvoir comme on voudra. Une autre raison est sans doute que le propriétaire ou les gérants veulent faire autre chose pour la réputation du café. Après tout ils sont chez eux. Ils peuvent continuer, arrêter, faire payer etc.
La question est quand même que, dans l’histoire des cafés- philo, ont a jamais vu, un patron de café recruter une équipe d’animateurs ( 20 à 25 ) Alors qui s’en occupe et où vont-ils être trouvés ?

12. des grandes nouveautés
Ecrit par Alicia. 13-06-2011
Ce serait Pascal Hardy et Gunter qui choisiraient les nouveaux animateurs. Où? En province, en banlieue? Ou ils feront venir de prestigieux invités et ce ne sera plus un café philo mais un lieu de conférence, ce que justement, pour notre plus grand plaisir et pour la nature même de la philo, ce n'était heureusement pas. Je suis désolée.

13. Précision pour 1
Ecrit par 2. 14-06-2011
Désolée, je ne suis venue qu'une fois écouter D. Ramirez et je ne connaissais que l'histoire du café, donc PH (que je n'ai jamais rencontré. Et si j'ai parlé de "cuisine', ce n'était pas mal intentionné, et il me semblait normal de citer son nom. Et si je ne donne pas mon nom, c'est que je ne souhaite pas recevoir des coups de fil d'anonymes.

14. et la philo dans tout ça?
Ecrit par un nouveau. 15-06-2011
Merci à l'habituée (7) et à Alicia pour ces informations. Tout reste à vérifier, bien sûr. Et des effets d'annonce à la réalisation il y a une distance. Mais ça donne une idée de petite cuisine qui nous prépare sans doute de plats bien fades, et bien mainstream (bien vu par 5!)sous couvert d'événementiel: il faut amuser pour distraire, divertir pour encaisser. Et Dieu, non, pardon, et la philo dans tout ça? Pas d'inquiétude, elle sera administrée par le DRH de l'animation.

15. Qui l'aurait dit!
Ecrit par Didier. 15-06-2011
"Le pouvoir de l'argent, tellement combattu par la Résistance, n'a jamais été aussi grand, insolent, égoïste, avec ses propres serviteurs jusque dans les plus hautes sphères de l'Etat" (Stéphane HESSEL, dans "Indignez-vous", page 11). Il aurait été surpris et peut-être plus indigné encore si ou lui avait expliqué que ce n'est pas seulement dans les plus hautes sphères de l'Etat que le pouvoir de l'argent a ses serviteurs, mais aussi dans les plus petites sphères des café-philo.

16. Quel sens’ donner’ À L’ indignation ?, Daniel Ramirez
Ecrit par ROCA. 15-06-2011
Quel sens’ donner’ À L’ indignation ?, Daniel Ramirez’,

s’ indigner contre L’ injustice, faite’ À L’ humain, et, contre L’Atteinte’ À La dignité,
humaine, Le mensonge ... L’ imposture ... L’ hypocrisie,
Au fronton, Au frontispice ... de nos’ Institutions, notre repère, commun,
« Liberté, Égalité, Fraternité »,
que L’on malmène’, et, jusque dans La haine’, et Autre jalousie,
Au pays dit des « droits de L’homme » ... « droits humains »,
et du non-dit, de L’ inhumain,
indigne, de L’ homme ... de L’ humain,
saine colère, morale’, éthique de révolte,
« je porte, toujours, en moi, intacte et pure, comme Le diamant, La flamme de La révolte »,
Claude Cabanes, L’Humanité, nous’ enflammant, NON À L’ inacceptable!,
« NON À L’ intolérable ! »,
Jean Cardonnel,
J C, de L’ impuissance, de La Violence’, « Indignez-Vous ! », Stéphane’ Hessel,
« Engagez-Vous ! », « Ne Vous résignez jamais ! », Gisèle Halimi,
c’est dit,
« Combat, de Franc-tireur,
de La Résistance’ À notre Libération », dont nous sommes’ Acteurs,
créActeurs,
et, co-créActeurs,
Avérés, Attestés,
« résister, c’est créer / créer, c’est résister »,
en mouvement,
comportement,
intérieur / extérieur, personnel, individuel / et collectif, et en commun,
« Longue marche » ... comme’...un chemin, commun,
entre Le « Je », Le « Nous »,
L’Articulation ... du « Je-Nous » ...
L’épanchement ... de « Si Nos Vies ... » se donnaient’ un sens’,
de L’ inhumanité, L’ immondialisation, Vers notre’ humanité, notre’ humanisation ...
Se donner, c’est Le Sens’,
de notre’ indignation, de notre subversion, de notre’ insurrection,
suscitée,
res’- suscitée,
Vers La Résurrection ...
propre révolution, propre résurrection ...
« Mai 68’- de L’ insurrection
À La Résurrection »,
Jean Cardonnel,
J C, « Fidèle’ Rebelle’ »,

En Sous-France ... « La Voie », sens’ ... du chemin, qui Vient,
« Le Chemin de L’espérance’, Aux’ Actes ... citoyens ! »,
« Quelque part Vers L’ indicible »,
Edgar Morin, « L’étoile’ inaccessible », Gilles Roca,

Cas-fée-Philo des nés-nus-Phares, en ces-jours de Prairial, 5 juin 2011,
et d’ indignation phare, sens’ cordial, convivial, ni de bronze ni bonze, G R

17. Ronron et indignation
Ecrit par Elke. 16-06-2011
Les rumeurs vont de bon train. Est-ce une raison valable que de s'indigner parce que le ronron du fonctionnement "café philo" est perturbé par un changement de direction? En quoi, la "dignité" des uns et des autres est menacée? En quoi se pointe l'injustice sociale? Dans le compte rendu d'Alain, le lien entre indignation et injustice sociale me paraît saillant. Dans les commentaires des internautes "indignés", c'est le confort du "habituel" qui est mis en "danger" et je vois l'effet que cela fait: comment on peut perturber l'ordre établi? Pourtant, l'ordre doit se perturber régulièrement, cela fait parti des processus de vie. Globalement, dans notre société, l'ordre est perturbé et nous cherchons dans la douleur, collectivement, une sortie du paradigme "toujours plus" dont nous touchons les limites. Accepter le changement et d'en faire quelque chose de positive, voilà un défi à relever, peut-être. Le café philo vit de l'interaction qui s'établit entre tous les participants. L'animateur y joue un rôle très important, mais il ne peut rien sans notre participation active. Diversifier les animateurs, cela ouvre le champ du possible. Cela nous protège des automatismes, des répétitions stériles. Pour ma part, je refuse de m'indigner sur la base de rumeurs.

18. "Diversifier", quel joli mot!
Ecrit par Bernard Lavelle. 16-06-2011
Vous n'avez pas suivi, Elke, désolé. Mais il ne s'agit pas de perturber l'ordre établi mais de prendre le contrôle. Si vous trouvez digne que des gens qui ne sont jamais là dans les débats viennent dire ce qui ne va pas, libre à vous. Vous dites: "Le café philo vit de l'interaction qui s'établit entre tous les participants. L'animateur y joue un rôle très important, mais il ne peut rien sans notre participation active". C'est juste, mais aucune participation active ni de nous ni des animateurs a été demandé pour une réflexion ou un mise en question d'un supposé ronron. Tout a été décidé en petit comité.
"Diversifier les animateurs"?, c'est presque une blague, connaissez-vous les autres cafés-philo? Ils ont tous un ou deux animateurs tout au plus. Aux Phares on a 4 animateurs réguliers (ou 5 avec Christiane qui anime assez fréquemment)et une flopée d'invités! Cette saison seulement: Christian Godin, Yves Cusset (2 fois), Jean-Marc Levy-Leblond, Edgar Morin (excusez de peu!)... Et je ne parle pas des animateurs de café-philo venu nombreux surtout l'été (je n'ai pas la liste mais il y a eu pas mal). Et vous avez encore besoin de "diversifier les animateurs"? Pour être "protégée des automatismes"? Ne voyez-vous pas que cette "diversification" est un euphémisme pour une prise du pouvoir par des gens que vous ne connaissez pas?
Croyez-vous que tout cette organisation tous ces années n'a pas eu besoin d'un soin, d'une présence permanente des animateurs actuels qui en ont assumé la responsabilité, bénévolement d'être là pour vous? Puis que c'est le coeur léger que vous les verrez être évincés par une autre équipe par décision des propriétaires, je vous bien que vous n'avez pas de raisons de vous indigner.
Vous avez raison sur un point: on n'a pas une information précise car ça n'a pas été écrit. Mais c'est n'est pas pertinent de parler de "rumeurs" puisque l'annonce a été faite par ce monsieur qui s'est présenté comme "co-fondateur" (!?) le dimanche 5.

19. OUKASE
Ecrit par Marie-Sylvie MUGEL. 16-06-2011
A l'étranger depuis plusieurs jours, je n'ai pas pu commenter plus tôt ce qui s'est passé dimanche 5 juin aux Café des Phares. Voici donc ma contribution.
C'est en tant que très fidèle participante des débats philos du Café des Phares (depuis oct 94), en tant aussi qu'ancienne membre du bureau de l'ex-association Philos que je réagis aux annonces qui nous ont été faites par Pascal Hardy ce dimanche 5 juin 2011.
Plus que le contenu, pourtant très discutable, c'est surtout la forme qui m'a choquée !
Pascal HARDY a, certes, soutenu Marc SAUTET dans ma création de cette activité, cela lui donne-t-il pour autant la légitimité pour prendre des décisions radicales sans concertation avec l'ensemble des intéressés, c'est à dire TOUS les animateurs et LES PARTICIPANTS habituels ?
Depuis 6 ans, Pascal HARDY n'est venu à ces débats que deux fois et il prétend savoir exactement ce qu'il s'y passe et ce qu'il est "nécessaire" de faire. "C'était ça ou dès juillet cela s'arêtait" m'a -il dit. "Sur le plan "éthique" "cela peut paraître peu défendable, mais il fallait le faire, j'assume, nous assumons" a-t-il encore ajouté.
Qui est ce "NOUS" qui s'autoproclame sauveur de nos débats ?
Cette instance "dirigeante" est donc constituée de Pascal HARDY, Gunter GORHAN (absent dimanche 5 juin) Pascal RANGER (patron du Café des Phares) et des gérants actuels, dont j'ignore les noms exacts (Nadia et Laurent).
Daniel RAMIREZ,Gérard TISSIER, Sylvie PETIN (à moins que cette dernière ait participé
à une préparation, ce que j'ignore) ont été convoqués, par email, pour une réunion avant le débat de 10h 30, afin que leur soient communiquées des décisions importantes.
Voilà pour la forme, très respectueuse de l'investissement de chacun et soucieuse d'une construction en commun comme on peut le constater !!!
Passons au contenu :
"Ces débats ronronnent, désormais il y aura donc 25 animateurs qui se succèderont tout au long de l'année, soit 2 animations par an pour chacun d'eux. Le planning en sera établi par Gunter GORHAN et Pascal HARDY.
Ces formes "managériales" n'ont rien de démocratique et me paraissent signer la fin des débats du dimanche matin tels que les avait créés et voulus Marc SAUTET.
Un ou Deux animateurs supplémentaires et réguliers serait certainement une bonne chose, à condition de prendre le temps de fédérer une équipe, si c'est vingt animateurs supplémentaires, on change totalement de registre et d'engagement dans le processus.
Personnellement je ne me reconnais pas dans l'arbitraire de ces transformation et dans les orientations prises.
Le disciple n'est-il pas entrain de trahir son maître ?

PS : Je n'aime pas l'anonymat des discussions dans les forums qui permet à tout un chacun de pouvoir attaquer autrui, voire l'insulter, sans que l'on sache à qui l'on a affaire et même d'utiliser plusieurs identités pour mieux se masquer. C'est pourquoi je m'en tenais loin depuis longtemps. Là l'urgence m'amène à y prendre à nouveau la parole.

20. la vérité finira bien par accoucher d'elle même
Ecrit par René. 16-06-2011
Peut-on croire à cette déclaration de P.H faite à Marie Sylvie : "C'était ça ou dès juillet cela s'arrêtait" . "Sur le plan "éthique" "cela peut paraître peu défendable, mais il fallait le faire, j'assume, nous assumons" j'ai du mal à imaginer le propriétaire ou les gérants disant ; ben voilà on arrête car vous "ronronnez". Ou bien, comme dit Elke, ben voilà " l'ordre doit se perturber régulièrement, cela fait partie des processus de vie", et on aurait entendu ensuite "cela fait 18 ans et cela peut durer encore longtemps, eh bien on arrête car la mort c'est la vie.." Moi qui suis informé via un document délivré aux animateurs convoqués, je peux vous dire qu'il s'agit des "phares 3.0" ( par analogie avec le web 2.00 pour les initiés) dans laquelle les phares deviennent un " lieu d'innovation " Le reste vous le savez ( sauf peut être que Sylvie était aussi d'accord )Il s'agit donc d'un plan de "renouveau" avec des happenings, des présentations, des documents, etc suivi de débats." ( je cite )
Et qui a proposé cela, les gérants, le propriétaire ?( ce n'est pas Gunter qui s'est toujours opposé par principe aux innovations de Daniel et Gérard comme la disputation. Alors Zorro ?




 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 invité en ligne

personnes ont visité ce site.