Quel sens donner à l’indignation ?
21. je confirme..
Ecrit par gtissier. 17-06-2011
Je confirme les informations fournies par Marie Sylvie. Le "renouveau" des phares a bien été conçu entre Pascal Hardy, le propriétaire et les gérants qui ont accepté la " proposition".! Trois animateurs n'étaient pas au courant
Le planning des animations est assuré par Gunter et le sera officiellement conjointement avec Pascal Hardy dès le 1er juillet.

Nadia sera l'animatrice du café philo de dimanche, désignée par les nouveauxresponsables.

Que dire d'autres ? Sinon que la volonté de certains, déjà mise en acte de différentes manières dans le passé, convoquent chez moi la vanité d'une légitimité acquise par environ 150 animations.

Entre une empreinte pessimiste sur les relations humaines et le souvenir d’un engagement de longue durée, il me faudra un jour choisir, lorsque, quoiqu’on dise, le café- philo s’arrêtera..

Je me suis inscrit dans le planning des animations pour le 18 décembre.

22. Un événement !
Ecrit par linda. 17-06-2011

Je suis d'accord avec les arguments de Marie-Sylvie parce que j'ai assisté à la conversation avec Pascal Hardy.
J'ai réagi dimanche dernier avant le débat en accueillant Sylvie en donnant sur le mode de la dérision l'explication de la décision tombée brutalement le dimanche précédent et annoncée par Pascal H.
J'ai dit à Sylvie que je me réjouissais de la voir animer car, comme les autres animateurs, nous n'étions pas prêts de la revoir puisqu'elle n'aurait droit qu'à deux ou trois animations dans l'année. On allait faire de l'animation autrement !
De l'évenementiel... Une vingtaine de personnes extérieures... Les participants devraient cesser de ronronner et les "anciens",(toujours à la même place - dixit PH) devraient peut-être laisser leur place aux nouveaux !
Sylvie a tenu à me répondre en rassurant l'assistance et en affirmant qu'elle était favorable à cette décision.

23. Plan éthique
Ecrit par Elke. 18-06-2011
Une interrogation s'impose à moi qui va dans le sens du thème de la discussion: Pascal Hardy semble évoquer une dimension éthique dans la prise de décision concernant le cadre du fonctionnement du café philo. Cela mériterait une argumentation plus fouillée. Car si le nouveau fonctionnement répond à des exigences "éthiques", l'ancien fonctionnement doit avoir quelque chose de choquant du point de vue éthique. Si l'argumention est recevable, il conviendrait de s'indigner du fonctionnement ancien plus que pour le fonctionnement nouveau. Pour ce qu'il y a du fonctionnement "démocratique": il serait utile d'avoir une "constitution" claire du fonctionnement du café des Phares. Pourront interagir alors les animateurs, soumis aux mêmes règles d'animation, et les participants, dans un consentement libre et éclairé.

24. Elke est- elle un sujet d'exégèse ?
Ecrit par un ancien encore plu. 18-06-2011
Marie Sylvie rapporte des propos de Pascal Hardy « C'était ça ou dès juillet cela s'arrêtait" et "Sur le plan "éthique cela peut paraître peu défendable, mais il fallait le faire, j'assume, nous assumons" a-t-il encore ajouté.( il faisait référence au fait de n’avoir pas inclut des animateurs dans le diagnostic (cela ronronne)et dans la décision.
Elke comprend « car si le nouveau fonctionnement répond à des exigences "éthiques", l'ancien fonctionnement doit avoir quelque chose de choquant du point de vue éthique ».C‘est sérieux de dire des choses pareilles ?
Marie Sylvie indique : cette instance "dirigeante" est donc constituée de Pascal HARDY, Gunter GORHAN (absent dimanche 5 juin) Pascal RANGER (patron du Café des Phares) et des gérants actuels, dont j'ignore les noms exacts (Nadia et Laurent.
Elke écrit « Pour ce qu'il y a du fonctionnement "démocratique": il serait utile d'avoir une "constitution" claire du fonctionnement du café des Phares. » Il semble qu’elle n’a jamais compris ou su que les animateurs ( depuis les années 90 et surtout depuis son fondateur sont en principe indépendants de la direction d’un établissement (les diverses déclarations et chartes sur la question ) puisqu’il ne s’agit pas d’une activité d’animation commerciale tournée vers l’établissement.
Dans le cas où la direction et un animateur travailleraient ensemble, on se trouve alors dans le cas d’une animation commerciale (pourquoi pas ?) et alors, en tout logique, l’animateur est rémunéré car il est le vecteur d’un apport de clientèle( cas assez courant dans de petites villes )
Plutôt que de se perdre dans des considérations véritablement étranges dans le contexte assez clairement expliqué sans ce fil, pourquoi Elke ne voit-elle pas qu’il s’agit simplement d’une prise de pouvoir par un ami de la direction qui se trouve avoir été animateur il y a longtemps et ex- président (comme Gunter) d’une association ( PHILOS)qui justement,voulait,en dernier lieu, mettre au même plan « démocratique » les animateurs et les participants et qui s’est perdu dans la vaine tentative de vouloir prendre le « contrôle associatif »( dixit P.H ) de l’animation des phares».
Pour finir, comme dit ElKE, « une interrogation s’impose » : après qu’elle se soit bien dédouanée par des postures si mal justifiées, quand va t-elle animer les phares?



25. "Une interrogation s'impose", oui, sur l'intégrité des personnes
Ecrit par Agnès Grün. 18-06-2011
1) Argumenter, discuter, échanger de points de vue par rapport à l’amélioration possible du café-philo, tout cela semble très bien à Elke. Mais quand il n’y a pas de respect, quand les personnes, quel que soit leurs engagement et ce qu’ils ont donné à cette œuvre collective qui a été le café philo ne comptent pour rien. Quand la décision est prise arbitrairement par des personnes qui ne sont pas engagés avec le café-philo, il y a un problème. Les raisons des uns et des autres passent au second plan, car c’est trop clair que ce n’était pas le but, l’amélioration, mais la prise du contrôle sur l’animation. Comment croire au but de l’amélioration quand les principaux acteurs ne sont même pas consultés ?
2) Quelqu’un peut me dire pourquoi et avec quelle légitimité PH s’est présenté comme co-fondateur du café-philo ? J’ai mal chercher, sur internet ou dans des livres, je ne trouve pas trace de ce monsieur, ni du moindre co-fondateur, d’ailleurs. Tout le monde sait que LE fondateur a été Marc Sautet, qu’on l’aime ou pas. On peut reconnaître le rôle du patron du café d’avoir accueilli cette idée innovante, mais de là à commencer à distribuer des titre de co-fondateur… c’est sûr qu’on en trouverait une légion de candidats.

26. "Cofondateur", le grand n'importe quoi!
Ecrit par Observateur catastro. 19-06-2011
Agnès pose là une très bonne question. J'ai devant moi le livre "Un café pour Socrate" de Marc Sautet (Edité par Robert Laffont en 1995). Il raconte comment ça s'est passé le début du café-philo, il consacre pas mal des pages à ça, de la page 9 à la page 47. Pas la moindre trace d'un M. Pascal Hardy. Quelqu'un peut me dire comment un cofondateur aurait pu être ainsi ignoré par le fondateur? (Agnès, cofondateur s'écrit sans trait d'union :-), mais évidemment ce n'est pas le problème).
Je suis d'accord aussi avec votre point 1) quand le procédé est cavalier et cynique, ce n'est pas la peine de chercher du côté de l'éthique ou de la démocratie. D'ailleurs Mme. Elke parle d'une "constitution" et de démocratie, où "les animateurs, soumis aux mêmes règles d'animation, et les participants, dans un consentement libre et éclairé". C'est à mourir de rire: si ni les animateurs ont été consultés, vous voulez en plus que les participants le soient? Eux (vous même Elke) qui ont été qualifiés de ronronneurs ou de ronfleurs par l'autoproclamé "cofondateur"? Ceux qu'il faudrait remplacer par de nouveaux avec "l'événementiel"? Et vous osez parler d'un "consentement libre et éclairé"!!!
Elke, le jeu du monde à l'envers n'est amusant que lors une soirée entre copains.

27. Maintenant que faire ?
Ecrit par Alain. 19-06-2011
Une question se pose maintenant : comment continuer à aller aux Phares après ce qui s’est passé il y a deux semaines ? Ces nouveaux managers autoproclamés n’ont aucune légitimité et, ce qui est grave, on ne peut plus parler de café « philo » ! En effet, si tous les philosophes ne furent pas de grands amis de la démocratie, la philosophie, elle, ne peut pas se pratiquer sur fond de violence et d’arbitraire du pouvoir.
Ce café philo a été mis en état de CRISE, mais le pire serait qu'il ne soit pas perçu et que tout continue comme si de rien n’était. Ce serait la HONTE, l’effet de la dépolitisation générale, d’un nihilisme au sens négatif et destructeur (si toutefois il y en a un autre), d’une absence de sens moral, le pire est bien l’indifférence, cf. le compte rendu...
Je crois qu’on ne peut envisager, éventuellement, de continuer à aller aux Phares qu’en ayant pris position sur le terrain, c’est un minimum ! Je propose de rédiger un texte qui sera distribué au café, et dont je proposerai un brouillon dans la rubrique « Questionnements philosophiques ».
On pourrait aussi demander à rencontrer Pascal Ranger, propriétaire du café et le seul finalement à avoir une légitimité dans cette affaire. « On », ce serait quelques-uns d’entre nous, les plus fidèles et les plus impliqués. Il faudrait défendre auprès de lui Daniel et Gérard, les animateurs visés par le coup de force. S’il y a des choses à discuter (par ex. élargir l’équipe d’animateurs comme l’évoque Marie Sylvie), ce n’est pas un acte de guerre d’animateurs contre d’autres animateurs qui va nous faire avancer !

28. Commencer par qualifier l'inqualifiable!
Ecrit par Bernard Lavelle. 19-06-2011
Voilà un position intelligente! Je soutiens ce projet!
La violence, l’arrogance et le mépris que les paroles de PH reflètent sont inqualifiables. Que les anciens « toujours à la même place » devraient laisser leur place à des nouveau, corresponde, sans nuance, au mépris auquel la société du profit tiens les personnes majeures.
Que celui qui n’est jamais là vienne diagnostiquer que ça ronronne et dicter le remède, serait simplement ridicule s’il n’avait pas le soutien des patrons. Il peut donc faire ce qu’il veut, sans que la question de la légitimité soit posée?
Comment les animateurs invités pourrons justifier leur présence sur les lieux, en sachant qu’ils prennent la place des animateurs qui on assuré, par leur responsabilité et leur engagement, la vie de ce café-philo pendant plus d’une décennie ?
Mme. Nadia, qui anime aujourd'hui, à qui on a toujours entendu parler contre le pouvoir de l’argent et le patronat, comment pourra-t-elle justifier qu’elle prend le parti des patrons juste au moment ou on l’invite à cet acte d’usurpation ? Le gâteau était trop appétissant ? Et quand elle parlera à nouveau de l’éthique, de l’injustice, contre le pouvoir, notamment celui de l’argent, des patrons, comment fera-t-elle pour être crédible ?

29. En attendant Nadia
Ecrit par René. 19-06-2011
Dans un des fils de discussion de ce site, Nadia a écrit qu' il fallait changer les têtes où les renouveler ( ce qui mieux que les couper) Et je me souviens lui avoir dit en tête-à-tête sous la terrasse des phares :"mais comment imagines-tu que cela puisse se faire ? Et avec quelle légitimité ? ". Elle n'a pas eu de réponse..C'était une parole en l'air. Pas méchante.
Le paradoxe amusant c'est qu'elle sera la première à remplacer un exclu dans cette a révolution du renouveau ! Faut dire qu'elle ne pouvait pas imaginer le cofondateur mettre de l'ordre avec tant d'autorité dans le ronronnement général.. Va-t-elle réveiller le esprits? Faire mieux? Je compte sur les présents au débat d'aujourd'hui pour nous le dire.
je suis d'avis qu'une lettre ouverte à Pascal Ranger et aux gérants soit rédigée pour la rentrée en s'appuyant sur les premiers effets du renouveau conçu par le la cofondateur.

30. La révolution aux phares?
Ecrit par Un participant révei. 19-06-2011
Nadia Guenidi, la révolutionnaire ! Elle restera dans les annales du café-philo comme la première animatrice de l’équipe du patronat. Qu’elle est belle cette gauche des mots, qu’il est bon ton de parler d’éthique et de justice. A quand une Porche pour Nadia ? Allez les ronroneurs, vous n’avez qu’à bien vous tenir, Nadia arrive pour vous réveiller.

31. Quelques précisions
Ecrit par Marie-Sylvie MUGEL. 19-06-2011
Nier que Pascal Hardy ait été très proche de Marc Sautet et a contribué au fonctionnement des débats du dimanche, qu'il ait été un des fondateurs de la revue "Philos" dont il était le directeur de publication (pour ma part le plus ancien numéro que je possède est le n° 29 daté d'octobre 94 cela s'appelait "La lettre du Cabinet de Philosophie") est une absurdité qui n'a rien de constructif. Les anciens savent bien que son rôle a été incontestable.
Cela rend, à mes yeux, d'autant plus inacceptable cet OUKASE (définition du Petit Larousse :1a)Edit du Tsar, en Russie ; b)Décret rendu par l'Etat en Union soviétique ; 2) Décision autoritaire et arbitraire).
Rien donc du fonctionnement participatif et démocratique que l'on aurait été en droit d'attendre de la part de ceux qui se revendiquent de l'héritage de Marc Sautet.
La méthode employée est révélatrice d'un projet dont les bases sont viciées et malsaines. Le genre de comportement contre lesquels la plupart d'entre-nous essaie de lutter dans la vie politique ou professionnelle.

32. il y a 2 Pascal : Hardy ou Ranger ?
Ecrit par joke. 19-06-2011
Oukase ou pas ( on n'est ni chez les russes ni chez les soviétiques), heureusement qu'on n'est pas à Marseille ! Là-bas, quand les patrons de bar trouvent leurs clients trop envahissants, ils font appel à des videurs....

33. Triste démonstration de non philosophie
Ecrit par Didier. 20-06-2011
Vu de loin, toute cette choquante opération paraît aussi parfaitement incompréhensible. Je pense que beaucoup comme moi, ayant suivi à la distance l’aventure des cafés philosophiques, nous regardions le café des Phares comme un modèle, qui avait aussi une porté symbolique, Paris, la place de la Bastille et Marc Sautet, le fondateur inspiré, provocateur et audacieux. Comme je l’ai exprimé à maintes reprises, je trouvais énormément d’intérêt à ces comptes-rendus et, étant prof de philo, j’étais souvent admiratif du niveau que certains de ces « improvisations philosophiques collectives » (j’emprunte cette expression à l’un des animateurs) pouvaient atteindre.
Je sais qu’il y eu des rivalités et des différences. Certains commentateurs se plaisaient à les rappeler. Cela est plus amusant que les idées philosophiques. Mais j’avais fini par croire que la diversité des animateurs, plus le nombre important d’invités, parfois de grand niveau, suffisaient à assurer la plus ample variété de styles, chacun apportant ses propres qualités, tout le monde s’y retrouvait.
Si jamais une certaine habitude ou même lassitude venait à gagner certains, ce qui peut arriver dans toute entreprise humaine, un appel à la réflexion, une critique, une analyse écrite, un débat sur le site, ou même une étude auprès des participants auraient été du pur bon sens. Un diagnostique ou des observations critiques ne sont jamais de trop, ça se discute, on peut envisager des remises en question, des hypothèses.
Mais une manœuvre préparée en cachette pour une prise en mains brutale, qui plus est par quelqu’un que, si j’ai bien compris ne participe pas dans la vie du lieu depuis des années, quel qu’il eut été son rôle par le passé, avec pour seule autorité le soutien des propriétaires du bistrot, semble en total décalage avec ce que tout le monde croit savoir du mouvement des cafés philosophiques.
Peut-être que ce monsieur Hardy a joué un rôle important autrefois dans une association qui ne fonctionne plus et cofondé un journal qui n’existe plus (et non pas le café-philo, si j’ai bien suivi). En quoi cela lui donne la légitimité pour dicter (c’est bien le mot ?) ET le diagnostique ET le remède, sans aucune discussion ? Et qu’en plus il reçoive le soutien de l’un des anciens animateurs (ou la participation ? Il serait sympa qu’il nous éclaire ce point), ça n’a ni pieds ni tête. Cela ne serait même pas crédible si on ne prenait pas au sérieux les nombreux témoignages qu’on peu lire ici, certains très mesurés, vu le grotesque des faits.
Fallait redynamiser quelque chose ? Quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi ce monsieur qui s’est fait accorder par les patrons l’administration des animations à la place de l’équipe qui le faisait avant, n’a pas proposé d’animer lui-même le café-philo ? Il aurait pu montrer ce qu’il fallait faire pour le redynamiser, non? A moins qu’il ne compte se programmer lui-même par la suite, une fois s’étant proclamé juge, partie et manager général de l’animation, on peut imaginer qu’il décrétera que c’est mieux maintenant…
Pensez seulement : Quelle belle allure aurait-il eu son action, si, venant animer de temps en temps, il s’était imposé par son talent et son esprit de renouveau, en sorte que les gens demandent qu’il soit là plus souvent, qu’on lui donne plus de responsabilité.
Mais je sais, rêver d’un monde meilleur sera toujours qualifié d’utopie et d’immaturité.
Celui qui peut s’emparer de quelque chose le fait. Point. On verra après pour la légitimité, n’est-ce pas ? Et si elle ne vient jamais par aucun biais, ce n’est pas grave, on a le soutien du patron, on fait ce que l’on veut.

34. vu de loin, dans l'espace et dans le temps, vous n'y comprenez rien ?
Ecrit par joker 32. 20-06-2011
Quelqu'un peut m'expliquer quoi, Didier ? Lisez la "lettre aux animateurs" de 1998, écrite par Jean-Christophe Greletty, et vous saurez qui sont Pascal Hardy et Pascal Ranger. A partir de là vous comprendrez que ce ne sont pas les clients qui décident, mais les responsables. Les caféphilistes ne sont pas dans leurs salons privés, ils sont chez qq'un qui les accueillent pour le prix d'un café, et qui n'est absolument pas obligé de les garder.
En ce qui vous concerne, vous n'êtes ni un animateur, ni un participant, vous êtes celui qui a ostensiblement refusé d'aider qui que ce soit quand on vous a proposé de faire des comptes-rendus / enregistrements audio.
Votre attitude "j'en veux encore" est d'un égoisme rare : le consumérisme dans toute sa splendeur.

35. Qui ne comprend rien?
Ecrit par Bernard Lavelle. 20-06-2011
Ces "contributions" de Joker sont insignifiantes, elle ne répondent à aucun des arguments de Didier, et elles méconnaissent l'histoire et le principe des cafés-philo. Les tenants de bistrots sont chez eux, bien sûr, ils peuvent garder ou pas le café-philo. Mais jamais on a vu qu'ils se mêlent de l'animation. C'est contre la philosophie même des cafés-philo dont l'indépendance est totalement essentielle.
En quoi le fait de savoir qui sont les patrons change la question de la légitimité posée par les interventions précédentes. Marie-Sylvie, entre autres, explique très bien ce qui s'est passé.
Et je ne sais pas où peut-on trouver l'éminente littérature dont il parle... Grellety? C'est édité chez qui? C'est peut-être joker lui-même, Grellety?
D'où sort aussi l'égoïsme et le consumérisme? Joker s'est proposé, lui pour faire des comptes-rendus /enregistrement audio?
Je crois que ce qui arrive est suffisamment sérieux pour qu'on ne perde pas le temps avec des opérations de distraction.

36. Un peu de perspicacité!
Ecrit par Observateur attentif. 20-06-2011
Bernard, vous n'avez pas compris, Grelety est "cofondateur" de quelque chose. Il faut chercher mieux. Et Joker un génie qui nous apprend que les patrons sont les patrons et qui refuse "ostensiblement" d'apporter la moindre idée philosophique.

37. Nadia aux commandes ?
Ecrit par René. 21-06-2011

Je n'étais pas aux phares dimanche mais je tiens quelques échos de ce qu’on m’en a rapporté. Nadia, convoquée faute d’animateurs ( Gérard et Christiane ayant refusé par la nouvelle équipe de direction,a animé le débat du 20 juin. Après le maintien de Sylvie Petin sur le planning, il s’agit de la première animation
d’une nouvelle animatrice après le coup de barre « hardyesque »(rappelant dans son impréparation concrète manifeste un 18 brumaire resté dans les annales du genre.)

Mais que disait Nadia sur ce site dans un fil sur le grâce en aout dernier.
"Pour répondre à Alain, la plèbe et les tribuns n'ont pas quitté la sphère publique. Ce n'est pas un scoop !!!Il en va malheureusement encore ainsi partout y compris dans certains cafés philos. Que pouvons- nous contre ça ? Pour en revenir à nos moutons, je crois qu'il s'agit d'un "essoufflement" des cafés qui donne lieu à toutes sortes de manifestations morbides dont les symptômes, rassures-toi, sont bénins ,du genre "toussotements et crises de foie" . Je pense qu'il est grand temps d'essayer de renouveler le public des cafés philo mais aussi les animateurs qui, à mon sens, doivent laisser leur place, de temps en temps, à d'autres qui pour qu'ils y apportent un autre souffle. Amitiés à tous »

Qu’a-t-elle dit après son animation lors d’une discussion animée entre plusieurs personnes tenue sur le trottoir ? « Que personne ne peut refuser le changement «et que le reste lui est égal". »

Personnellement je trouve cela assez fort de la part d’une personne qui signe généralement « amitiés à tous ».Il est vrai que l’amitié est sélective et que parfois, elle penche du côté où cela penche... Mais en tout cas voilà une personne qui sait ce que « être conséquent » veut dire. Est- ce que l’absence d’état d’âme est une qualité pour animer un café-philo comme celui des phares ! Oui peut-être. Mais à condition de « renouveler le public»


38. 36 est observateur de qui et attentif à quoi ?
Ecrit par 34 le fataliste. 21-06-2011
Dans lequel des posts l'observateur lit-il des "idées philosophiques" sur le sujet du jour ? Je n'en vois aucun.
Un des seuls qui ait avancé qqchose de philosophique fut le villageois, mais son " il faut savoir que, dans la vie, tout peut toujours s'écrouler du jour au lendemain" fut vite effacé par le modérateur.
René doit apprendre que seuls les commentaires défendant l'ancien système sont laissés sur le site. Les autres sont effacés, parce qu'ils applaudissent le changement.
Inutile de prendre la défense de la courageuse Nadia, le message disparaitra vraisemblablement avant midi.

39. Peut croire à ce que l'on dit, monsieur le fataliste ?
Ecrit par René. 21-06-2011
Je trouve que tous les posts relatifs à ce qui se passe actuellement aux café des phares ressortissent bien de la question de l'indignation.Si Stéphane Hessel produit un texte sur l'indignation,le sens de son acte n'est pas d'ouvrir un débat à temps de parole égal entre les indignés et ceux qui trouvent que l'objet de l'indignation est normal, sans problème. Dirait-on à des ouvriers licenciés pour usine délocalisée que "dans la vie tout peut toujours s'écrouler du jour au lendemain".Il n'y a pas de règle, n'est ce pas ? il faut être "fataliste" et baisser l'échine..Et bien sûr ceux qui subissent l'oukase,le coup de force, devraient supporter des trucs du genre " ras le bol, le coup d'état permanent de Ramirez.Au nom de quoi ? Ce site est un espace participatif et modéré comme tous les sites.Et cela est bon et quasi obligatoire ! Pour se protéger de la diffamation ici dans l'exemple)
En l'occurrence, il n'y a pas de participation " démocratique" à avoir à une décision qui a déjà été prise et sans participation des gens concernés ( trois animateurs sur 4 et les participants) monsieur le fataliste!
Depuis que je pratique les cafés-philo, j'ai remarqué que les gens les moins sympathiques et animés de motivations toutes personnelles font référence à la démocratie.C'est très hypocrito-poujadiste mais cela ne trompe personne.Ils sont vite démasqués et leur problèmes, aussi.
Vous ne voyez aucun argument philosophique? Vous êtes juge de l'utilisation de ce fil pour un événement jugé important ici et qui est en plein dans le sujet, qui est du vécu ? Il faudrait faire comme si de rien n'était; passez son chemin monsieur le fataliste? C'est quoi l'ancien systéme ? Ou voyez- vous qu'il est défendu en tant que tel ici et en quoi le nouveau est son contraire ? vous vos le connaissez le nouveau ? Que la direction du café philo passe d'un collectifs d'animateurs ( ce qui n'est pas un sysètme mais l'esprit des café philo à la direction représenté par un P.H, c'est la vie? C'est une règle à généraliser dans tous les cafés? Que les animateurs soient sur des chaises éjectables, après X années, apres avoir reçu le baton de Marc
Sautet comme Daniel, c'est votre sens de l'éthique, ou êtes vous néo-libéral, américain peut -être ? ?
ou
Et en quoi Svp Nadia est elle courageuse ? Cela vous arrive -t-il de penser ce que vous dites ou bien avez vous besoin de vous faire remarquer dans l'opposition à une communauté de parole qui se trouve dans le consensus et dans l'indignation?
Votre intervention ne mérite pas que l'on s'en indigne car vous n'êtes détenteur d'aucune autorité ,charge ou devoir qui supposeraient que l'on puisse s'indigner de vous. Selon moi, la seule question qui mérite d'être posée pour mieux comprendre votre posture,c'est: quel est votre âge? Si vous avez 18-23 ans je comprendrais mieux. Si vous en avez plus je ne comprends plus.

40. Vous voulez des idées philosophiques?
Ecrit par Andrea Koennig. 21-06-2011
Ca fait un certain temps que je ne participais pas ici, mais je suis toujours ces débats avec intérêt. Je sais que le café-philo des Phares a été quelque chose d’important et il semble qu’une entreprise de récupération plus que douteuse est en marche. C’est pour ça qu’il me semble important de se manifester, comme dit Marie-Sylvie dans son post 19, malgré que je ne sois pas une habituée des lieux.
"Dans la vie tout peut s'écrouler du jour au lendemain", dit un intervenant. C’est un stoïcisme de bazar qui ne sert qu’au conformisme face au pouvoir. Bien sûr, tout peut s’écrouler, surtout si nous ne tenons pas compte de l'apport des uns et des autres à la préservation et au partage d'un monde humain, des actions partagées. Si tout ce qui compte est qui a le pouvoir, il est évident qu'on a perdu une bonne partie de l'humanité. On peut tout balayer, rien ne compte. Tout peut s’écrouler, après moi, le déluge.
Lissez Hannah Arendt, son analyse de la différence entre "pouvoir" et "autorité" (La crise de la culture, Folio, Essais, pages 121 à 181). L’autorité est une légitimité qui augmente l’action, elle se base sur la continuité, sur l’œuvre réalisée et surtout sur le savoir. Par contre, le pouvoir sans l’autorité, qui ne se base nullement sur la connaissance mais sur la propriété et l’argent, (« c’est moi le patron » ou « j’ai le soutien du patron », c’est la même chose) est obligé de poser des actes d’autolégitimation. C’est typique des positions de rupture (souvenez-vous de Sarko et sa "rupture") sont obligés de nier tout ce qui a été fait ("ça ronrone", etc), car dialoguer, comparer, réfléchir leur est impossible.
Le langage de « l’ancien système » versus « le renouveau » est trop facile, c’est prendre les gens pour des idiots, Mussolini aussi parlait du renouveau (ne mentionnons pas l’autre) et encore plus Pol Pot. La stratégie du coup de balai est la seule possible pour ceux qui savent très bien que les arguments, les propositions, le débat ce n’est pas tout à fait leur monde. Il leur faut sortir du monde où l’autorité, le savoir ou le savoir faire comptent. L’hypocrisie et le cynisme se relayent par la suite pour imposer le langage du « renouveau », « tout peut s’écrouler », « tout change ».
Didier (33) l'a dit d'une façon, je dirai, indépassable, en suggérant que l'artificier de cette manœuvre aurait pu très bien essayer d'acquérir l'autorité qui lui manquait, si jamais son but était vraiment l'amélioration du café-philo. Je le cite : "Quelle belle allure aurait-il eu son action, si, venant animer de temps en temps, il s’était imposé par son talent et son esprit de renouveau, en sorte que les gens demandent qu’il soit là plus souvent, qu’on lui donne plus de responsabilité".
Ca n'a pas été son choix. Pourquoi? Peut-être ne se sentait-il pas si sûr de pouvoir faire mieux que l'équipe en place? Il parait qu’il était animateur, lui aussi, dans le temps. C'était mieux que les autres? Plus dynamique, moins ronronant? Les anciens pourraient nous illustrer sur ce point ?



 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 membre en ligne
  • dvdgett3

personnes ont visité ce site.