Un lendemain de 18 juin, place de la Bastille
21. C'est ça, oui.
Ecrit par Autre cafephiliste. 02-07-2011
Mais, arrêtez de vous occuper de V. ou de l'idiot du village. C'est parfaitement superflu.

22. nouveau projet avec commentaires
Ecrit par Alain. 04-07-2011
Voici le texte du « projet pour le café philo des Phares » publié et signé par Pascal Hardy. J’y ai ajouté des commentaires, qui ne sont peut-être pas d’une grande nouveauté vu tout ce qui a été dit déjà !
Il reste à organiser un collectif de participants indépendamment d’une « concertation » proposée par des imposteurs.

• « L’objectif est de redévelopper un PROJET pour les Phares et de le mettre en œuvre. »
= Développer un projet nouveau. Mal dit ! Au tour d’un autre de faire le maître d’école.

• « La méthode de la phase initiale était certes autoritaire mais justifiée par l’urgence d’un arrêt programmé du débat, et par la difficulté à faire évoluer les choses rapidement dans le contexte actuel. Je n’ai pas vocation à garder cette posture autoritaire au-delà de la mise en œuvre effective de l’évolution, c’est-à-dire quelques mois. Je resterai néanmoins bien présent dans le nouveau dispositif. »
- MENSONGE, l’arrêt du café philo n’a jamais été envisagé par les gérants.
- « Difficulté à faire évoluer... » ? Il n’était donc pas possible de parler avec Daniel, Gérard et Sylvie pour leur soumettre ce « projet » et lancer un large débat ?

• « Voici les étapes : la phase initiale laisse maintenant place à la phase d’élaboration du projet (principes et objectifs). Elle comprend notamment la consultation des animateurs historiques, des participants (en septembre), et d’animateurs ou d’observateurs extérieurs, invités, etc. Parallèlement, seront redéfinies les modalités (avec quels moyens, avec qui, etc.). Enfin nous mettrons en place la nouvelle gouvernance des phares. Je souhaite que nous réalisions ces étapes avant fin 2011. »
- Un coup de force et après on discute ? Napoléon III est devenu libéral avec l’âge, mais on croyait avoir évolué depuis le 19è siècle. Modèle plus contemporain : une RESTRUCTURATION d’entreprise, et Gunter ne cesse de stigmatiser le nouvel ordre managérial !
- Qui « redéfinit », qui est « nous » ? Etre « consulté » ce n’est pas être acteur à part entière, un consulté reste extérieur et ne participe pas aux décisions.
Jouer le jeu de la « nouvelle gouvernance » c’est se rendre complice de ce coup de force. L’illégitimité des imposteurs crée une situation IMPOSSIBLE. Des bases très saines pour un renouveau !!

• « En l’état actuel des consultations, voici les principes sur lesquels je travaille actuellement : »
« 1 – Renforcer la spécificité et les enjeux de participation à un tel café philo pour les participants : les phares comme lieu symbolique de l’engagement de chacun dans le débat philosophique, très différent de la philo-spectacle des plateaux télé ou de la philo-consommation des conférences-débat. »
Sa spécificité, c’est d’être le café philo historique fondé par Marc Sautet, où les exigences à tous égards sont plus élevées qu’ailleurs... A part ça, on peut s’engager aussi dans d’autres cafés philo. Pourquoi ce centralisme, cette appropriation du « symbolique » ?

« 2 – Un lieu de rencontre pour les animateurs et intervenants de « philosophie dans la cité » : les Phares comme point historique et de référence sur les cafés philo »
Idem ! Historique oui, mais « de référence » ? Des imposteurs comme élite des cafés philo ??

« 3 – Un lieu d’expérimentation de formules variées de débats (a la manière de tel ou tel animateur, disputatio, débat autour d’une œuvre d’art, etc.) : les Phares comme lieu vivant de la mise en œuvre des variations de la formule du café philo. C’est selon ce principe-là qu’intervient l’idée d’ouvrir plus le planning. Cette ouverture n’est pas une fin en soi, et nous verrons bien à l’usage combien d’animateurs sont capables d’incarner des formules intéressantes. De manière transitoire, Gunter et moi organisons ce planning. »
De nombreuses formules ont déjà été expérimentées, justement avec Daniel et Gérard, sauf erreur. Pourquoi ne pas en parler ? Et comment ces expériences ont-elles évaluées ? Oui, c’est intéressant... si « on », animateurs, participants, se réunissait pour en parler ?

« 4 – La capacité à attirer et à retenir des participants variés : les Phares comme débat pouvant s’adresser à tous (âge, milieu, etc.) »
C’est-à-dire concrètement ? Faut-il faire venir des cars d’adolescents, de retraités, d’ouvriers, d’infirmières... en fait il y en a déjà. Il faudrait d’abord connaître ces participants. Pour ce qu’on voit : c’est le café philo où il y a proportionnellement le plus de jeunes.
« Retenir » les participants suppose une qualité d’animation adaptée au lieu, mûrie par le lieu, avec 25 animateurs par an dont presque tous seront parachutés, ça s’annonce mal !

« Je continue de rencontrer tous ceux qui ont des propositions à formuler et je suis donc à la disposition de chacun. »
Mais QUI lui a demandé quelque chose ???

« Bien cordialement,
Pascal Hardy »

23. Attention, escroquerie intellectuelle!
Ecrit par Didier. 05-07-2011
Une première chose, je m’adresse à ceux qui déplorent l’usage de pseudonymes sur des forums internet : cela répond à une protection parfaitement normale de l’identité et de la vie privée des gens. Moi, par exemple, prof dans un lycée de province, je ne voudrais pas m’exprimer ici en pensant que mes élèves vont lire mes opinions, je serais en permanence vigilance de mon langage, de la neutralité que je me dois en tant que prof, etc. D’autant plus que j’ai conseillé la lecture de certains articles de ce site. Idem pour des sites plus politiques où je participe dans ma région. Il est indispensable de le faire sous pseudonyme. Imaginez que je participe sur un sujet religieux ou autre. Je ne pourrais jamais dire le fond de ma pensée.
Vu de loin, cette affaire apparait encore moins crédible que celle de DSK. Elle a raison l’intervenante sur l’autre fil de discussion qui crains l’absence de réaction parce que les gens ne croirons même pas. Le texte de ce M. Hardy est une insulte à l’intelligence. Oser s’exprimer de la sorte à propos des destins d’un café philosophique est le comble du mépris.
Les objections d’Alain sont très claires, je ne les commenterai pas. Je voulais seulement dire qu’il est parfaitement absurde de penser que par l’urgence on s’empare du contrôle de quelque chose et que passée l’urgence on va lâcher ce pouvoir. Qui peu croire une chose pareille ?
D’après ce que j’ai compris, certains sont contents parce qu’ils sont « pour le changement ». Laissez-moi vous suggérer de lire John Rawls. Pour que leur attitude soit éthiquement crédible, il faudrait absolument qu’ils renoncent à prendre la moindre place dans le dispositif. Il est parfaitement illégitime de dire que l’on est « pour le changement » quand on est bénéficiaire de ce changement. La seule attitude honnête est d’avouer que l’on poursuit ses intérêts.
De la même façon, il semble qu’un animateur des 4 responsables habituels soit dans le manœuvre. Cela invalide totalement l’idée qu’une intervention extérieure était nécessaire, par exemple pour sauver un différend ou arbitrer un litige. Cet ancien animateur n’aurait jamais dû accepter d’être au centre du nouveau dispositif. Il montre au grand jour son opportunisme. Car même si apparemment il laisse faire le sale boulot à un tâcheron qui lui rend service et qui rend service aux patrons, il est compromis jusqu’à la moelle et moralement discrédité. J’espère que cela restera dans la mémoire des cafés philosophiques.
Comme le montre si bien Daniel Ramirez dans son apologie, le café-philo était une grande idée. Elle aurait dû être à l’abri de la petitesse morale si typique de notre époque. Eh oui. La philosophie sert aussi à démasquer des manipulations intellectuelles. Et ce n’est pas difficile. Nous sommes nombreux à avoir choisi de l’enseigner en grand partie grâce à cela.
Et j'ai envie de signer Didier, prof de philo, même si je sais que cela énerve...

24. les phares et l'histoire
Ecrit par gtissier. 05-07-2011
http://wtrns.fr/4GGpZ-b_7pg-_X
Attention durée de validité du lien de téléchargement dure environ 10 jours.
le copier dans la barre adresse de votre navigateur

Ce lien vous conduit à l’enregistrement d’une émission de France Culture consacrée au café- philo des phares en 1994

Tout y est : l’enjolivement médiatique, le récit la création, le témoignage du patron, l’ambiance du café, les motivations du fondateur du Marc Sautet qui ne pensait pas à l’époque qu’un véritable mouvement en découlerait.
Dans ce document d’archive, on entend Marc Sautet expliciter sa démarche, son projet ( un cabinet de philosophie) et justifiant sur le plan sociétal l’émergence du phénomène café –philo.

Plusieurs remarques de ma part :

1/ : il s’agit de philosophie et de questionnement sur l’avenir de la société et de "l’époque" que l’on vit. ( comparable à la fin des grecs ) Pas du tout quelque chose en rapport avec le moi, l’autre et ce que l’on pense en tant qu’individu. L’évolution, la demande et les attentes de certains ne sont plus dans cette ligne d’action et dans cette volonté.
2/ ; il n’est pas question d’un Pascal Hardy « co-fondateur du café-philo» Comme dit Marc, le débat lui est tombé dessus sans l’avoir cherché. Pour le tenir de sa bouche, je sais qu’à la suite d’une interview sur France Inter en septembre 1992, des auditeurs ont cru qu’il y avait un débat philosophique aux phares le dimanche matin (en fait une réunion des amis de Marc autour de son projet )
Quand ces personnes sont arrivées ( une trentaine ) il a été décidé de répartir les gens en deux groupes- pas de micro à ce moment-là ? ? L’un étant animé par Marc, l’autre par Pascal Hardy qui oeuvrait efficacement pour son projet de cabinet.Ce dispositif a duré quelques semaines et on a vite organisé le débat dans toute la salle autour de Marc Sautet.
3/ la question de la rémunération de l’animation ( par le café ) s’est vite posée. Marc à préféré l’indépendance mais a vite trouvé d’autres moyens de rémunérer se talents en dehors du café.I lest vrai que c’était aussi un pro de la philo (maitre de conférence à Science Po et directeur de collection)

Pour ma part , j’ai vécu cette histoire depuis le 7 janvier 1993. Le mouvement qui s’est déployé à partir de fin 1995 sur une initiative de Marc Sautet, à fait que la pratique du café philo a irradié Paris et les régions .D’autres animateurs sont apparus , chacun défendant sa vision et ses finalités quant à l’objet « café-philo »

Personne n’a voulu et a réussi à fédérer les animateurs dans une structure. Pas davantage Pascal Hardy devenu président de l‘association Philos après qu’elle ait changé de nom ( ex les amis du cabinet de philosophie )

Par une sorte d’histoire fonctionnant à contre-courant ce dernier voudrait faire des phares un lieu de référence et y rassembler nombre d’animateurs . Pourquoi y viendraient-ils, eux qui ne l’ont jamais fait sauf à être invités par le collectif des animateurs ? s .

Mais selon mon vécu d’acteur ( j(anime depuis 1995 – le Bullier, puis le Sélect Montparnasse) et j’ai été membre et au CA de Philos ), le changement ne se décrète pas.
Tout au plus il se construit pas à pas par compromis successifs et surtout dans la transparence des intentions finales de ceux qui en parlent. Forcer le mouvement n’a jamais fait avancer plus vite et le violenter, encore moins.


25. Didier et la consommation gratuite.
Ecrit par café-philiste. 09-07-2011
Didier dit qu'il avait besoin du café des Phares pour faire ses cours ! ! ! il va passer de mauvaises vacances si Pascal Ranger en a marre de vos histoires. Le café "El Sur" (bd St Germain) a été fermé pour moins que cela.

26. Marre des pollueurs de mauvaise foi!
Ecrit par Vrai caféphiliste. 09-07-2011
C'est n'importe quoi, d'une part le Café El Sur n'a jamais été fermé, d'autre part, Didier n'a jamais dit qu'il "avait besoin du café des Phares" pour faire ses cours, mais qu'il se servait de certains articles de ce site. Ce qui l'honore. En revanche, des interventions comme celle du 25, on peut être sûr qu'il ne s'agit pas d'un "café-philiste", mais probablement de l'idiot du village. C'est toujours sa même rengaine, ça lui plait que le café-philo va mal, qu'il soit brimé par les patrons, qu'un projet vulgaire de mise sous tutelle mette fin au principe du café-philo (voir l'article très clair de Daniel Ramirez) ça l'amuse beaucoup. Je me demande seulement pourquoi intervenir ici, s'il se fiche du café-philo?
La qualité morale des personnes se révèle de plus en plus clairement. Evidemment, si on le modère, il va crier à la censure, comme Nadia, il va peut-être menacer d'aller au commissariat, peut-être. Pas de chance, ce n'est qu'un troll anonyme.

27. le caféphiste pas vrai c'est nadia ou elke
Ecrit par philosophe du dimanc. 10-07-2011
Si on le modère il va crier à la censure : surtout si c'est Elke et V. réunis, ou bien Nadia : t'as raison, ce n'est pas "probablement" l'idiot du village, c'est SUREMENT l'idiot d village. Au café des Phares on ne se pose pas de questions, on affirme ( c'est ça la VRAI philo , la certitude sur tout et tout le monde).

28. Quo vadis?
Ecrit par Elke. 10-07-2011
Encore un dimanche. Je suis à Paris et je peux donc me rendre au café des Phares. En ai-je envie? Oui, envers et malgré tout. J'y trouverai quelques adultes prêts à échanger sur un sujet qui est en lien avec les préoccupations de l'air du temps. J'y vais en mon nom qui est toujours le même, attaché à une personne, une histoire, un rêve. J'ai fait le choix, moi, de ne pas avancer masqué, un choix de vie comme un autre. Je n'impose ce choix à personne d'autre puisque je crois dans l'autonomie de chacun de trouver ce qui est bon pour lui. Ce qui est bon pour soi n'est pas forcément "bien", c'est à dire compatible avec la progression collective. J'aimerais poser une question en regard de la lecture de ces derniers contributions: est-ce que quelqu'un a pu y trouver nourriture? Merci pour les quelques commentaires bienveillants à mon égard. Le rôle du bouc émissaire n'est pas toujours facile à endosser. La tentation de fuir est grande. Mais je pense que nous avons un devoir de résistance, nous, les boucs émissaires. Une façon de faire face aux forces morbides de notre société. Depuis longtemps, je sais que je ne suis pas réductible à ce qu'on me dit que je suis. Qui suis-je? Une envie de devenir... un humain en marche. Jankélévitch m'a accompagné cette semaine et il m'a permis de donner une forme plus nette à cette idée. Il dit aussi: ce n'est pas parce que cela a déjà été dit qu'il ne faut plus le dire. Chacun de nous cherche à dire, à "se" dire, il me semble. Malgré les querelles de basse court, le café philo permet des moments du type "parole vraie", qui touche l'espace d'un éclair à l'essentiel. Qui a tort, qui a raison? L'essentiel, c'est élan de l'humain vers plus de clarté, plus de compréhension. L'important, c'est cette quête-là. Nous avançons, chacun à son rythme. Mon ami de toujours, Victor Hugo, l'a consigné trois jours avant sa mort dans son journal: "Avancer ou mourir." C'est cette conviction-là qui me laisse retourner au café philo avec la ferme intention de contribuer au débat, quelque soit l'animateur, quelque soit le sujet.

29. remarques sur la "censure" vue par Nadia
Ecrit par les responsables du. 10-07-2011
S'il en était encore besoin nous confirmons que jamais les textes de Nadia ont fait l’objet d’une quelconque modération. Les archives de la consoles de gestion de ce site peuvent en témoigner.
Petit rappel des faits :
Dans le fil « pourquoi les hommes de pouvoir sont- ils faibles :
8. Pensée philosophique et censure par Nadia. 07-07-2011 ,je me demande pourquoi mon texte intitulé "une tempête dans un verre d'eau "a été supprimé.
Dans le fil « comment la pensée peut elle s’établir » 29.06 (39) le texte en question est présent suivi de trois réactions.
Gérard. le même jour à Nadia :"…Imagines-tu que nous puissions "modérer" un texte venant de toi alors que tu t'y es exprimée plusieurs fois ?"
Dans ce fil (14 ) le lendemain, le 8-07 Nadia continue de parler de « censure »

Nous tenons à dire ici que cet acharnement à maintenir des accusations de censure contre toute évidence est t pour le moins étrange. Ces accusations sont mensongères. Que cela soit dit.

30. Laissons le secondaire (et celles qui sont secondaires)
Ecrit par Bernard Lavelle. 10-07-2011
Et si nous oubliions Nadia, la première animatrice de l'équipe des patrons et ses envies de commissariat de police ( ce qui est parfaitement cohérent, après tout), et si nous laissions aussi Elke, qui s'octroi le rôle de représentante de "nous les boucs émissaires" (une des démonstrations d'égocentrisme les plus comiques que j'ai vu depuis longtemps!). Ces personnes veulent exister (Elke nous informe qu'elle est à Paris et qu'elle lit Jankélévitch, bravo!) mais elles ne sont pas importantes.
Le problème c'est pas elles, le vrai problème du café-philo problème a un nom et un prénom, c'est Pascal Hardy. et aussi Günter Gorhan, n'oublions pas que mystérieusement, dans le coup de force de P. Hardy, c'est cet animateur qui figure comme responsable du planning avec le mentionné Hardy. Pourtant, s'il y avait un problème (des habitués qui ronronnent, apparemment), il était bien placé pour essayer d'y remédier, en commençant par ses propres animations, puis, en soumettant le problème à ses collègues co-responsables du café-philo. Mais, de deux choses l'une: Soit il ne s'était pas aperçu lui-même que "ça ronronnait", et il aurait dû être choqué de la procédure de Pascal Hardy qui a diagnostiqué ça en ayant été absent du café-philo pendant 8 ans (!!!), et dans ce cas, comment justifier moralement s'être plié à cette opération totalement illégitime. Soit, il est à l'origine avec Hardy de l'opération avec le seul but d'avoir l'emprise sur le planning des animations, c'est à dire se mettre au centre d'un réseau d'animateurs auxquels il va distribuer de prébendes, position centrale qu'il n'a pas gagné par ses qualités comme animateur ni comme philosophe (on ne l'a jamais vu publier le moindre opuscule ni article philosophique, son monde a lui, c'est le café-philo, il aurait dû être au moins un peu plus scrupuleux).
Cette deuxième hypothèse est plus explicative et plus cohérente même si elle est plus choquante moralement. Et beaucoup plus triste pour ceux qui trouvions quand même que Günter avait quelque chose à donner au café-philo. Faut-il parler au passé maintenant? Comme l'explique si bien Alain, même si certains animateurs pourraient être bons, la question de la faute totale d'éthique reste la même et envoie une ombre d'insignifiance sur le café-philo, qui pourrait, après avoir été une aventure si digne et si intelligente (voir l'article de Daniel) devenir le symbole d'une lieu où un coup de force est fait dans l'indifférence générale.

31. Revenons à nos moutons
Ecrit par Café-philiste. 11-07-2011
28 est de retour avec des blagues "Moi, femme bouc émissaire et résistante ". Que doivent penser les boucs émissaires et les résistants de part le monde ? Un jour elle reviendra "Moi, femme complice d'une dictature par aveuglement et carence spirituelle" ?
Oui, les personnes silencieuses depuis le début se frottent les mains : Ah moi les petits plannings ! On fait ce qu'on peut !

32. ...Y compris les moutons noirs
Ecrit par Funès le mémorieux. 13-07-2011
Vous avez raison, mais l'égocentrisme est tellement sournois, que quand on le signale on répond que c'est une attaque, qu'on veut me faire jouer le rôle du bouc émissaire. Mais regardez ce qu'écrivait Elke dans le commentaire 32 du sujet "Dieu est-il soluble dans l'univers?" :
"Il y a quelque chose entre Nietzsche, Daniel et moi qui se joue presque à couteau tiré suite à mon discours un peu provoquant..."
(Cette dame avait chargé violemment contre le simple fait que Daniel citait Nietzsche à cause du machisme du philosophe)
C'est le but de l'opération pour tout narcissique, il s'agit de se mettre au centre. Une écoute très vague et une attention presque nulle aux arguments des autres es caractéristique. C'est moi, moi et moi qui compte, moi et Nietzsche, moi et l'animateur... "quelque chose qui se passe entre Nietzsche, Daniel et moi"... Au moins elle est en bonne compagnie! Elle oubliait qu'une café-philo ne se passe pas entre un philosophe, l'animateur et elle, mais entre nous tous.
Je crois que c'est cet oublie que préside l'opération que tant de personnes dénoncent ici. Le café-philiste la résume bien: mais ils aurait pu changer un petit mot: "à moi les petits plannings", dixit P. Hardy et son complice en se frottant les mains. Tout les autres ne comptent pour rien.

33. Ego et mépris
Ecrit par 31. 13-07-2011
Merci à 32 (Funès) pour sa référence à Borgès et d'avoir changé le mot pour moi, c'est exactement ce que je voulais dire.
Ces individus égocentriques comptent sur la faible mémoire de leurs contemporains et c'est donc avec mépris et cynisme qu'ils entreprennent ce fameux renouveau pour régénérer (quel mot terrible !). Et entreprendre ainsi sur du mépris ne donnera rien de bon (dans tous les sens du terme). En tous cas moi et quelques uns n'ont pas la mémoire courte et pourront témoigner. C'est ça la résistance.

34. On est où?
Ecrit par Une participante. 09-09-2011
Quelqu'un sait où en est le projet d'une pétition ou de faire signer un texte au café-philo, qui avait été lancé par Alain? Ou on va laisser faire, tout simplement?

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire


 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté


personnes ont visité ce site.