Des participants réagissent

Dimanche 25 septembre, un groupe de participants a pris l’initiative de distribuer aux phares un texte  appelant  à s’exprimer sur ce qui se produit dans l’histoire du café-philo des phares. Nous le publions ici in extenso.

Dans la sphère numérique, il y a possibilité d’exprimer un regard critique ( ou approbateur) sur le projet qui se met en place à l’intiative de Pascal Hardy et Gunter Gorhan. Les liens  pour ce faire sont indiqués en fin de texte. Merci de votre attention et de votre intérêt. Les responsables du site        


LES FAITS ONT LA VIE DURE
ET IL EST IMPORTANT QUE LES CHOSES SOIENT DITES.

Depuis 12 ans, la gestion du café-philo des Phares a été assurée par quatre animateurs dont deux, Daniel Ramirez et Gunter Gorhan, qui se situent dans la transmission directe du fondateur Marc Sautet, décédé en 1998. Cela avait été aussi le cas de Pascal Hardy, mais ce dernier s’était retiré du collectif il y a 8 ans déjà.

Le 5 juin 2011, ces animateurs ont été convoqués par Pascal Hardy à une courte réunion. Le but de celle-ci était de les informer d’un plan d’action préparé en amont avec la participation du propriétaire du café des Phares et de la nouvelle gérance.  

Trois des animateurs dits « historiques » sur quatre n’en avaient pas été informés auparavant : seul Gunter Gorhan  s’y était rallié avant le 5 juin. Il est aujourd’hui chargé avec Pascal Hardy d’inviter des personnes à animer.
Chacun peut juger des choix opérés, mais il est de fait qu’au moins deux animateurs, Daniel et Gérard, sont tenus dans l’ignorance du planning des animations, y compris pour celles qui les concernent.  

Ce même jour, Pascal Hardy a fait part de son plan aux participants présents. Il a précisé que l’animation allait être « ouverte » sans signaler que les animateurs historiques verraient leur présence ramenée à deux interventions par an au maximum.

Sa légitimité dans l’initiative en question étant sans doute problématique, il a ensuite déclaré et écrit que son intervention avait certes un caractère autoritaire, mais qu’elle était justifiée par un « arrêt programmé du café philo» – arrêt dont la cause n’a pas été explicitée officiellement sauf à parler, sur un mode informel, d’un « ronronnement » de la part des participants ainsi que du poids des  habitués qui seraient trop installés dans leurs habitudes, voire, nous citons,  « à la même place dans le café .

« Bien entendu, les responsables du lieu quels qu’ils soient ont entière liberté de ne plus vouloir d’un café-philo ou d’imposer des horaires et autres contraintes matérielles puisque c’est un lieu commercial. En revanche, à partir du moment où ils acceptent un café-philo, ils acceptent de ce fait son autonomie radicale et même un esprit de farouche indépendance. Toute intervention d’un pouvoir quelconque autre que celui décrit plus haut et toute mise sous tutelle dénatureraient le café-philo dans son essence même.

L’innovation, l’invention et la créativité ne se décrètent pas ni ne se commandent. Elles ne peuvent pas non plus, sans contradiction, être prétexte à des emprises. Elles se prouvent dans la pratique, lorsque le reste – légitimité, reconnaissance, responsabilité – est assuré ».( Daniel Ramirez )

De quoi ces faits sont-ils porteurs pour l’avenir ? Devons-nous  les laisser se dérouler devant nous ? Vous pouvez vous exprimer sur cette situation de trois manières :

    • En commentant un article de Daniel (« Apologie du café philo ») consulté par  plus de  4000  personnes sur le site www.café-philo-des-phares.info
    • En déposant votre avis sur le blog http://projetphares.blogspot.com/ comme Pascal Hardy vous y invite sur  http://philo-paris.com/
    • En signant ce texte pour exprimer votre sensibilité à ce qui se passe.
 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. En rire ou en pleurer ?
Ecrit par ami des phares. 04-10-2011
je suis allé voir sur le blog http://projetphares.blogspot. Il y aurait un "projet des phares" avec une "réflexion actuelle".
Il n'y a aucune explication sur l'origine, le pourquoi du projet. Celui qui a cogité tout celà ( je sais le role joué par lui dans le passé), il ne pouvait t pas se présenter ? Nous dire comme celà lui est venu ce projet, nous parler de la légitimité de sa démarche ?
Je lis par exemple dans le chapitre " l'animation devient multiple" :" pas d'animateur récurrent + des invités ponctuels". Quelle différence entre eux si tout le monde est ponctuel? Est-ce qu'ils vont être 52 dans l'année ? C'est sérieux?
Ensuite je lis que "les phares seront organisés par un collectif". Avec des animateurs ( lesquels parmi les 52?) + des figures de la philo dans la cité ( c'est quoi cette catégorie de gens ?) + un participant régulier .

Ce "collectif" va décider de quoi ? A part le planning, je ne vois pas. Donc du choix des animateurs et des invités? ( comme le collectif d'avant). Mais là, Il y aurait donc des animateurs ponctuels qui décideraient de la venue d'autres animateurs ponctuels? Tout cela pour chacun, avoir le droit d'animer les phares une fois par an! On y pense vraiment ?
Mais "qui" a décidé de cela ?

Je suis un ancien participant du temps de Marc Sautet (j'ai participé à ses séminaires en 94-95. J'a été alerté par un copain. En voyant tout cela, je suis effondré de la suffisance d'un individu à vouloir bouleverser toute la logique de ce lieu et celle d'un café philo dans la foulée.. Existe-t-il quelque part des cafés- philo avec des animateurs non récurrents, organisés par des figures de la philo dans la cité ?
Tout ceci est délirant et mortifère. En tout cas, contraire à la pratique du fondateur et à ce à quoi il invitait les meilleurs : ouvrir des cafés partout, des cafés "indépendants", comme l'était le sien, chacun trouvant sa voie, son style et ses motivations.

En plus, j'espére que les participants de maintenant seront contents d'apprendre que la "réflexion actuelle" à intégré leur existence démocratique et qu'un siège leur est réservé (1 sur 10) dans le "collectif " pensé par le porteur de la "reflexion actuelle". Merci pour eux.


2. Un débat pour rien
Ecrit par Un habitant du quart. 08-10-2011
En attendant "la réflexion actuelle", qui tarde à venir, le nouveau administrateur de l'animation nous a infligé ce M. Bruno, du café d'en face. Si c'est ça le renouveau, on n'a qu'à aller en face. C'était nulle! On n'a pas d'autre mots pour qualifier ce débat sur la peine de mort, parfaitement inutile, comme le dit pertinemment Carlos dans un blog, la question a été réglée depuis trente ans. Aucune idée philosophique n'est venu justifier de rouvrir le dossier. Par rapport à la "variété" d'animateurs qu'on nous inflige, ce dimanche, place de la bastille il n'y avait pas beaucoup de choix, si on veut avoir Bruno an va au Bastille, mais s'il est aussi aux Phares, où est le choix?

3. Et la réciproque?
Ecrit par un connaisseur. 09-10-2011
A propos d'animateur du Bastille, quand est-ce que Gunter Gohran, Daniel Ramirez, Sylvie Petin ou Gérard Tissier vont aller animer Le Bastille? Car cela ferait beaucoup de bien à ce café-philo. Beaucoup de café-philo ont vraiment besoin d'un "renouveau". Le seul qui n'avait pas besoin était le café philo des Phares.
Je continue, quand est-ce que Daniel, Gunter ou les autres vont aller animer le café-philo d'Alexandra, porte de Saint Cloud? Ou celui de Claudine? Ou ceux de J-L Berlet?
Il n'y a pas comme un petit problème pour ces animateurs (sans parler de leur niveau) d'accepter prendre une place unilatéralement?

4. Le grand professeur!
Ecrit par urbaine. 13-10-2011
Peut-on savoir a expliqué au monsieur qui est venu animer dimanche dernier qu’il était invité « en tant que philosophe » pour « répondre » aux participants? Il n’arrêtait pas de dire « bon, pour répondre à ça… » ou « c’est difficile de répondre, mais… », « je vais avant répondre ».
Se rendant compte qu’il parlait beaucoup, il commença à s’excuser : « je prends un temps précieux des intervenants, je le sais, mais… » et c’était reparti. « Ah, je sent que je vais frustrer tant de demandes de parole, mais … » et c’était encore repartie, pour des anecdotes, commentaires, soi disant drôles, des blagues qui ne faisaient sourire qu'à quelques dévoués. Incapable de s’auto-limiter, c’était visiblement son grand jour. Son petit quart d'heure de gloire.
Pour faire illusion, beaucoup de noms de grands philosophes cités. Mais personne n'est dupe.

5. Lamentable
Ecrit par un participant. 14-10-2011
C'était assez inutile en effet toutes ces gesticulations pour paraître drôle, même si ce monsieur n'est pas totalement antipathique. Mais quand il n'a pas voulu donner la parole à Daniel Ramirez, qu'on ne voyait pas depuis plusieurs mois, alors qu'il n'arrêtait pas de l'annoncer, il s'est couvert de ridicule. On n'a pas envie non plus de passer l'éponge sur le fait qu'il a pris le sujet de sa collaboratrice. Comme si on pouvait croire qu'il ne connaissait pas d'avance ce sujet ! Il y en a qui n'osent pas animer un débat sans potasser avant. Triste.

6. Cours de sophismes
Ecrit par Didier. 18-10-2011
Je crois que je vais encore une fois utiliser des éléments de ce site dans me cours. Car enseigner la philosophie c’est aussi une question de logique et de cohérence. Notre devoir est aussi de préparer l’élève à moins se faire avoir dans son futur très proche de citoyen. En l’occurrence, pour montrer ce qu’est incohérent, c’est un trésor.
Si j’ai bien compris, un monsieur éloigné depuis des années du café-philo, fait un diagnostic: « les participants ronronnent ». Comment a-t-il fait ce diagnostic ? Une étude, une enquête ? Nous ne saurons rien. Probablement de la divination. Et il a décrété le remède : changer les animateurs ! Avec 4 animateurs en alternance + 10 invités dans l’année (si j’ai bien suivi) les participants n’avaient toujours pas assez de variété et s’endormaient dans leurs habitudes, c’est bien ça ?
Mais non content avec cette prise de pouvoir à peine croyable, le nouveau administrateur se donne le droit de dire comment faire : « l’esprit de Phares demeure : animation modeste ».
Mais je consulte le texte du nouveau faiseur de rois, sur la forme très philosophique d’un power point (je vous conseille : Frank Frommer : « La pensée power point. Enquête sur ce logiciel qui rend stupide ») le phrase suivante : « le moderateur se "mouille" et ne reste pas dans les références ni dans la simple distribution de parole ».
Il se mouille modestement, donc.
Je croyais que les anciens animateurs se mouillaient, justement. Et que justement ils savaient garder cet équilibre difficile. Mais s’il faut une telle quadrature du cercle, il faut se demander alors si le fait d’amener des personnes presque sans aucune expérience ou avec une très « modeste » expérience d’animation de petits cafés-philos entre amis, était la meilleure chose à faire. Aux participants d’en juger de la réussite. Sont-ils réveillés maintenant ?
Le power point de l’administrateur commence par un « Etat de lieux de la philosophie dans la cité ». Il est dit que « l’offre philo a explosé » : conférences, Universités populaires, etc. Et que de ce fait, certains cafés-philo avaient du mal à suivre. Mais nous savons que le Café des Phares non, qu’il n’avait aucun mal à suivre, justement parce qu’il incarnait, dans cette « offre » variée, la café-philo. Faut-il faire comme les autres ? Variété, événementiel. Du cirque, quoi. Croyez-vous que c’est de ça dont on a besoin ?

7. Cours de sophismes 2
Ecrit par Didier. 18-10-2011
Il y est dit aussi que les participants restent souvent aux citations, qui « ont plus cours que les synthèses personnelles ». Et que « beaucoup de participants sont prisonniers d’un discours qui n’est pas le leur ».
Je suis admiratif de la précision d’un diagnostic fait par quelqu’un qui ne venait pas depuis des années !
Mais la question est : Est-il vrai, cela ? Qu’en pensent les participants ? Venez-vous pour répéter des citations, prisonniers d’un discours qui n’est pas le vôtre ?
Si c’est le cas, puisque vous ronronnez, vous avez sacrément besoin d’une cure philosophique, faite par un vrai philosophe. Comme par exemple réfléchir à ce paradoxe profond qu’on trouve un peu plus bas : « l’animation devient multiple », c’est-à-dire (sic) : « pas d’animateur récurent + des invités ponctuels ». Vous voyez ? C’est métaphysique ça : si les animateurs ne sont pas récurrents, c’est qu’ils sont ponctuels, mais si les invités son ponctuels, comment distinguer les « animateurs non récurrents » des « invités ponctuels » ?
Ceci est peut-être révélateur de la vraie nature de ce « projet ». Il s ‘agit de diviser pour mieux régner, personne n’est ni récurent ni non ponctuel. Sauf les administrateurs de l’animation. Même Machiavel n’y avait pas songé. Au fait, les seuls non ponctuels ont un nom et un prénom : Pascal Hardy et Gunter Gohran, n’est-ce pas ? Ce n’est pas un secret tout ça.
Mais, comment tout ce monde ainsi « ponctuelisé » pourra s’impliquer, non seulement se « mouiller modestement », mais assumer la responsabilité du café-philo, cela nous ne le saurons pas.
Ah oui, peut-être, une piste : ils seront obligés d’intégrer un groupe de réflexion à l’Unesco : philocité. La belle affaire ! Là la lumière viendra, sans doute. (Comme s’il n’y avait pas eu déjà depuis des années des tas de réunions sur la fameuse philosophie dans la cité ; j’en ai connu dans le sud-ouest !). Vous pouvez avoir une petite idée de qui sera le chef dans ce groupe. Et puis, il y aura (c’est vers la fin) des « déplacements d’animateurs » (sic), je suppose des animateurs moins « ponctuels », et encore de la « formation d’animateurs ». Et oui !!! Cela touche au sublime. Et qui donc va être le formateur ? Et par quel miracle ceux qui seront ponctuellement non récurrents se soumettront à la « formation », que j’imagine récurrente, offerte gracieusement (j’imagine aussi, à moins que je ne sois encore trop naïf) par les administrateurs de leur ponctualisation ?
Voilà, j’ai du matériel là pour tout un cours sur la sophistique.

8. l'homme du pouvoir et le ronronneur
Ecrit par Agnès. 18-10-2011
Merci au prof de province pour son petit cours de sophistique. C'est vrai qu'on ne comprend pas grand chose à ce charabia essayant de justifier que l'on prend d'assaut le café-philo. Qui ronronnait? Nous? Je viens depuis deux ans, lus ou moins, j'ai souvent trouvé que les débats avaient une très bonne tenue. Et je nai pas vu de ronron. des gens attentifs, beaucoup prenaient des notes. Des interventions engagées. Pas toujours, certes, mais je connais aussi d'autres cafés-philos, où ce qui est rarissime ce sont les bons débats et ce qui est inexistant ce sont les invités. Et il faut dire que l'on en avait au café des phares! Maintenant, comme le démontre de façon limpide Didier, tous deviennent des invités. Qui est chez-soi alors? Le patron? Ca on le savait déjà. Le préposé? Sont adjoint Gohran? Mais avec quelle légitimité? Qui les a demandé quoi que ce soi? Laissez-moi donner une impression personnelle, mais purement subjective: s'il y avait un qui ronronnait ici c'était Günter Gohran, avec les mêmes citations à longueur des débats, que "l'on habite poétiquement le monde", que "c'est le non encore advenu... qui donne sens", ou que "le dernier homme veut son petit plaisir". Ca c'est du ronron! Comment ça se fait que c'est lui, avec son chef, le DRH de l'animation, qui décide de ce que ce fait ou ce que ne ce fait pas au café-philo?
Pour ce qui est des incohérences de P. Hardy dans son power point méprisant: Je ne me sent pas du tout, mais alors pas du tout prisonnière d'une pensée qui ne serait pas la mienne. Je ne suis pas philosophe, certes, mais lui, alors? Quelle est sa qualification? C'est lui qui dicte que je suis aliénée, qu'il faut me réveiller? Bravo! Et s'il prenait avant un petit cours de logique avec Didier? et une petite leçon d'animation avec Daniel Ramirez (franchement tout le monde sait qu'avec lui, personne ne s'endors)?

9. sophistications stériles du dit "prof "
Ecrit par invité/visiteur. 20-10-2011
Qu'il soit en province à Paris ou dans les TOM DOM, tout professeur est payé par nos impots pour apprendre 2 choses à nos enfants :
- parler un français correct ("la question est-il vrai cela" = incompréhensible, simple échantillon.)
- ne jamais juger sans connaître.
Espérons que les élèves de Didier sont assez intelligents pour comprendre que, de son lointain sud-ouest, leur "prof'" ne voit que la face émergée de l'iceberg : 10 pour cent du problème des Phares. Les 90 pour cents immergés lui échappent complètement et personne ne perdra de temps l'en informer. Pas d'intéret, pas d'action.

Je sais bien que les professeurs veulent maintenant donner à nos enfants une "éducation citoyenne", si en plus on leur demande de leur apprendre quelquechose ......

10. Gesticulations stériles du dit "invité"
Ecrit par Caféphiliste. 21-10-2011
Quelle que soit la façon de l'écrire (je ne voit pas le problème), la question reste: cela est-il vrai? Est-il vrai que le café-des Phares ronronnait? Est-il vrai aussi qu'il y avait menace de fermeture? On croi savoir que c'est totalement inventé. Autrement dit un mensonge! Et on accepte que ce monsieur Hardy et son adjoint Gohran s'auto désignent administrateurs du café-philo, qu'il nous disent ce qu'il faut faire.
Et quelles sophistications? Pointer les incohérences abyssales du power point qui tient lieu de pensée à Pascal Hardy n'a rien de stérile. C'est quoi, d'après vous le 90% du problème du café des Phares. Ca c'est du vrai bla-bla, le visiteur non "invité". Ca aussi peut servir pour un cours de sophismes: dire que ce n'est que la partie émergée sans rien dire de ce qui reste immergé.

11. "Immergé" le café-philo, oui
Ecrit par Bernard Lavelle. 21-10-2011
Cela n'a rien d'un 10 pour cent que le café-philo soit sous tutelle à présent! Il est devenu entièrement "immergé" par une masse d'animateurs inexpérimentés ou carrément incompétents. Cela pour quoi faire? Pour la gloire de qui? Pour écarter qui? Comment des gens peuvent être dupes à ce point et continuer à se dire amis de la philosophie?

12. "Juger sans connaître", c'est ça!
Ecrit par Participant habituel. 22-10-2011
Ne jamais juger sans connaître, dit le ridicule visitant. Didier commente un texte publié, c'est tout. Supposer qu'il y a des arcanes insondables qu'il faudrait connaître est une mystification. Ce texte se présente comme "un projet" et il est un amas d'incohérences comme le montre Didier très bien. Ce qui prouve très bien que ce n'est une distraction pour faire passer la pilule qu'il a pris le contrôle du café-philo. Il est vrai que Pascal Hardy n'est prof de rien du tout, n'a pas non plus la moindre formation philosophique, ce qui se voit tout de suite à son écriture et ce qui se voyait parfaitement quand il animait des cafés-philo. D'où les tentatives de potasser, d'annoncer le sujet, etc. Le fait qu'il ne soit pas payé par nos impôts ne l'autorise pas à mépriser la logique, la philosophie, l'éthique et la légitimité. Même s'il y en a qui plient l'échine.

13. Indignons nous
Ecrit par Se-tait-fan Haie-sel. 25-10-2011
Avec un peu de courage et de volonté, nous pouvons connaître la vérité.
Quoi faire ?
Protester chaque dimanche en prenant la parole et en disant :
Je suis contre cette nouvelle démarche.
Le risque encouru est de connaître la vérité.
Et tout le monde sait que la vérité n'a pas de camp.
Donc cette vérité peut nous déplaire, par exemple:
la fermeture du café philo des phares.
Ou se rendre compte que nous les mécontents sommes minoritaires.
Ce qui nous ferai passer pour des emmerdeurs notoires.
Alors je préfère critiquer et me plaindre cacher.
La la la

14. La vérité rend libre (Jésus)
Ecrit par Caféphiliste. 25-10-2011
La fermeture du café-philo a été un mensonge. On le sait, maintenant. Demandez aux gérants. Alors, connaître la vérité n'a rien d risqué, sauf pour ceux qui mentent. Et passer pour des emmerdeurs n'est pas non plus un problème. Quel serait le risque? Se faire virer? C'est un café-philo, donc un lieu de parole. Si on commence par interdire la parole, cela ne passera pas.
Je ne crois pas non plus que nous soyons minoritaires. C'est la passivité et le conformisme (critiqués dimanche après dimanche) qui font que la majorité ne se prononce pas.

15. Forum 104
Ecrit par Lili. 06-11-2011
Je connais pas mal de gens et pas des moindres intellectuellement, selon moi, qui me mettent plus les pieds à ces phares sans lumières.
Que les imposteurs, opportunistes Gunter et cie périssent dans leur bêtise et leur radotage.
J'invite tout le monde à aller désormais dans le lieu de la continuation des phares, Marc Sautet, au forum 104 !

16. Innover, oui bien sur!
Ecrit par Un habitué. 11-11-2011
Trop drôle la pancarte en page d'accueil de ce site: Pascal Hardy et Günter Gohran ont pris le controle du café des phares pour soi-disant faire de l'innovation, de l'"événementiel", et si j'ai bien compris, pour faire bouger les méthodes d'animation. Or l'innovation ça se passe ailleurs, leurs invités ne font que la même chose qu'avant, souvent en moins bien. Mais quelle innovation dans les méthodes d'animation on a eu?

17. Des "cofondateurs" comme s’ils en pleuvaient
Ecrit par Caféphiliste bien ob. 24-11-2011
On en trouve des choses sur le net! Cet été, plusieurs intervenants se sont ému qu’un dénommé Pascal Hardy se soit présenté comme co-fondateur du café-philo des Phares, en circonstances que tout le monde sait que c’est Marc Sautet qui a été le seul fondateur. Du moment où dans son récit très détaillé du début du café-philo, dans "Un café pour Socrate" Marc Sautet ne mentionne même pas au détour d’une page, le nom d’un certain Pascal Hardy, on pourrait croire que l’affaire est réglé. Que nenni ! On peut parier que le même insistera de se présenter comme co-fondateur chaque fois qu’il n’y aura pas de personnes regardantes ou des anciens du café-philo dans la salle. Et ça passera.
On en trouve même d’autres prétendus cofondateurs. Comme s’il en pleuvait ! Voici la pioche du moment, au hasard du net : On découvre en même temps que Günter Gohran anime des cafés-philo chez Meetic (!), mais de ça, chacun aura son opinion. Ce qui intéresse ici est ceci : ce monsieur, devenu le second dans l’administration de l’animation aux Phares, est présenté dans la feuille du programme comme "celui qui a co-fondé le premier café philo du monde en 1992, qu’il continue d’ailleurs à dynamiser place de la Bastille". Et oui, ça ne s’invente pas. Vous pouvez le constater par vous-même en copiant ce lien : http://www.bestofmeetic.fr/2008/10/16/nouveau-cafe-philo-by-meetic-a-paris-le-dimanche-19-octobre/
Quand on sait qu’au début du café-philo des Phares, Günter Gohran n’était même pas là (il est arrivé quelques mois après), alors, il ne faudrait pas s’étonner qui en apparaissent d’autres co-fondateurs dans un futur proche. Chaque fois qu’il y a quelque chose à prendre, la vérité passe au second plan.
J’ai été ainsi choqué mais pas totalement surpris de voir que dans les dernière journées de la philo à l’Unesco, ce même monsieur Gohran est présenté comme "Philosophe et professeur de droit, fondateur des cafés philo avec Marc Sautet". Meetic et l’Unesco n’auraient pas pu se concerter pour inventer ça que ce monsieur est fondateur ou cofondateur. Il est évident que c’est lui qui se positionne comme ça, tout comme Hardy.
Quand on disait qu’il n’y avait même pas l’ombre d’un Pascal Hardy dans le livre de Marc Sautet, vous aurez aussi le loisir de réviser à la loupe, que vous ne trouverez trace non plus d’un Günter Gohran. Et pour cause, il n’était pas là quand tout a commencé ! Mais bon Dieu, qu'est-ce qu'ils ont tous à se dire cofondateurs du café-philo? Petit problème de légitimité peut-être?
Peut-on se dire philosophe quand on a un rapport si… particulier à la vérité ? Ah, mais j’oubliais ; il n’y a pas de vérité, seulement des interprétations, n’est-ce pas ?

18. Fantastique!
Ecrit par Demoiselle. 25-11-2011
Des cafés philo chez Meetic ! C'est la meilleure!Des nos jours pour rencontrer quelqu'un il faut faire de la philosophie. Mais laquelle? Est-il plus glamour Niezsche que Sarte? Y a-t-il plus de charme Descartes ou Hegel? Kant n'en parlons pas. Kierkegard n'étaiat pas très galant, non plus lui qui a délaissé sa copine pour penser sa foi. Socrate? Ah oui, au moins il savait draguer des jeunes hommes.

19. Relisons l'Eclésiaste !
Ecrit par gtissier. 29-11-2011
A propos de Meetic et de Gunter -cofondateur des phares -je lève un coin du voile. J'ai été sollicité,il y a 5-6 ans, en tant qu'animateur des phares pour animer un café-philo dans une soirée Meetic. Pensant que ce dispositif était peu adapté,j'ai alors proposé un échange collectif sur le mode "regards croisés." Faire parler alternativement des hommes et des femmes sur des points touchant leur relations mutuelles me paraissait une bonne idée.Ce fut le cas car la première expérience a très bien marché à la grande satisfaction des organisateurs.
Puis, il s'est trouvé qu'ayant déménagé, les gens de Meetic n'ont pu me recontacter pour une autre soirée.Ils ont donc fait appel à un autre animateur des phares :Gunter, qui a lui aussi accepté.
Cette fois-ci, il y a eu beaucoup plus de gens e recrutés ( une centaine pour le chiffre d'affaire ) et les gens durent payer une entrée beaucoup plus "salée" pour en être.
Gunter a animé un café-philo des plus classique dans le style qui est le sien et je crois pouvoir dire- sans l'offenser- que ce ne fut pas au goût de tous au regard des attentes et du prix demandé. Après cela, l'expérience ne fut pas renouvelée.
Que mon collègue se soit fait passer pour un des co-fondateurs du café des phares m'a toujours étonné.En quoi cela était-ce nécéssaire? En avait-il besoin puisque mon modeste statut(de simple animateur )avait suffit une premlière fois. Etait-ce pour justifier le prix? du simple marketing ?

Pour avoir été participant trois mois après le début des phares (en janvier 1993)je sais que cela n'est pas vrai et j'en témoigne. Au fond, c'est peut-etre pour cela qu'il n'est plus mon collègue animateur des phares mais celui qui décide aujourd'hui qui a le droit d'animer ce café-philo " historique".

bref, chacun construit son rapport à la vanité comme il l'entend.Où comme il peut,c'est selon.



20. Vanité des vanités
Ecrit par Un amateur de philo. 29-11-2011
A mon avis cette véritable obsession de se dire cofondateur doit venir d'un petit complexe. Qui sommes-nous enfin de comptes? C'est le problème de beaucoup de personnes. Certains ont pris les cafés philosophiques comme une table de salut: "je suis animateur", "je suis quelqu'un". Ce qui explique le besoin parfois lassant de certains animateurs de faire de mini conférences,on l'a bien vu dernièrement avec les invités de la nouvelle administration: sujets annoncés d'avance pour que l'animateur potasse,exhibitions égocentriques, quand ce n'était pas de la simple incompétence. Mais comment ce présenter quand on va être animateur ailleurs et quand c'est fort bien payé? Si on n'est pas professeur, on n'a pas de livre publié, on n'a pas d'oeuvre... Chiche! "Co-fondateur", ça sonne bien ça. Que ce soit pas vrai, c'est pas le problème, ça passera. C'est pour ça qu'"il en pleuvent de co-fondateurs".
Tout le monde sait que c'est Marc Sautet le fondateur. Des copains ou des remplaçants venus après, ne peuvent pas se dire cofondateurs, c'est être vraiment sans gêne et ne pas avoir le moindre égard envers la vérité. Les autre animateurs ne se disent pas cofondateurs, malgré leurs qualités. Qui a besoin d'enjoliver la réalité comme ça?



 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 invité en ligne

personnes ont visité ce site.