A qui l'avenir pose-t-il question ?

 

 

Suite à la réunion publique du 15 janvier et aux dernières nouvelles, le "renouveau", aurait la forme définitive du maintien de l'existant et d'une nouvelle catégorie d'animateurs : les « animateurs maison ». 

Ils sont au nombre de 15   (parmi tous ceux qui ont animé en 2011). Cette liste intègre les  « historiques » : Gunter, Daniel, Sylvie et moi (depuis  16 ans et 14 ans). Pascal Hardy qui en fût, n'y figure pas...

Ce dernier  propose à ces animateurs maison "de poursuivre" en organisant les choses sur la durée pour donner une visibilité à tous et éviter une gestion arbitraire ou dans l’urgence ». Ce processus est des plus étonnant est, en même temps, de plus décourageant.

Comment peut-on procéder de la sorte puisque l’écoute des participants devait logiquement aboutir à un infléchissement d’un « renouveau » (expression trouvée et répétée  par Gunter Gorhan). Ce « renouveau»  –faut- il le rappeler – à été annoncé, sous la volonté exprimée publiquement d’un fondateur  (sic) à «ouvrir l’animation» (déclaration publique aux phares de Pascal Hardy le 5 juin2011).

Que Pascal ne figure pas sur la liste « maison » est la preuve qu'un pouvoir est institué –au moins celui d’informer de ses décisions- est qu'il n'est partagé que par deux personnes parmi quinze autres.

Comment l'opacité quant aux finalités (améliorer la qualité des débats et faire venir de nouvelles personnes - ceci est mon témoignage de ce j’ai entendu) peuvent-ils avoir un sens quelconque si cela ne consiste qu’a  détruire  l’idée d’un collectif d’animateur  plus ou moins élargi  par des invités et des participants tel que cela était pratiqué ?

Comment peut-on encore, de la part des acteurs  du « renouveau» se protéger derrière une « demande » du patron des phares (auquel nous devons  la pérennité du café philo mais qui est « chez lui » et peut donc soutenir un tel ou untel contre tel ou tel. 

Cette demande du patron est en fait une contre- vérité  de plus et j'en témoigne pour avoir été convoqué le 5 juin 20011 à une réunion présentant la genèse des choses et leur finalité sous le projet « les phares 3.00 » construit par Pascal Hardy et discuté en amont avec les gérants et le  patron avant d’être soumis in fine pour , adhésion à Gunter Gorhan, (seul animateur historique à avoir été consulté).

Vis- à- vis de ces animateurs en titre « maison», comment une instance qui décide et les choisit peut-elle fonctionner sans que les personnes élues ne  se constituent en collectif avec un droit de paroles sur la finalité et le régulation de l'ensemble ?

Comment- ces gens choisis et cooptés- vont-ils se sentir dépositaires d'une autorité, d'une responsabilité, d'une reconnaissance? 

Et comment les animateurs « maison » vont-ils partager quelque chose entre eux, se respecter, se considérer comme pairs  concernés par l’avenir  en étant animateurs  deux fois par an ? 

Sommes toutes, est-on obligé (la question m’inclut)  de  prendre ce que l'on vous donne si la contrepartie reste non dite ? Si le fondement, la légitimité d’un ordre nouveau  reste opaque ou indéfini ? Que signifierait  le simple fait d'accepter s’il rend légitime l'ordre fondé par ceux qui donnent après avoir pris ?

Comme l'écrit  Gunter « Toute institution, quelle qu’elle soit, formelle ou informelle est menacée par la loi de l’entropie, par la sclérose, voire la nécrose. Pour qu’une institution reste vivante, il est indispensable de la refonder régulièrement, de retrouver son état naissant, l’énergie des commencements ; un amour, par exemple, qui ne passe pas par de tels renouveaux, s’évente et ne survit – pour ne pas dire “végète”, à la fin, que par le souvenir (mélancolique) du début magique et merveilleux… »

Oui, mais de quoi parle-t-il s'agissant des phares ? Du passé?, Du présent? Ou de l'avenir? 
Pour certains, l'espoir est un droit à l’espérance d’un mieux  Pour d'autres, c’est  un devoir qui ne s'accomplit qu'à marche forcée. Contre les résistances, les aigris et les « mélancoliques » du passé. Ceux qui  savent  le bien pour les autres  et sont prêts à servir leur idéal par les moyens qu’ils jugent efficaces ne sont pas là  pour  tenir compte de l’avis des uns et des autres. Cela affadirait la pureté de leur intention !    

C’est ainsi que les révolutions se détruisent dans la dynamique et la perte de valeurs  qui les rongent.

Spinoza nous dit que nos  passions sont tellement immodérées que nous oscillons sans cesse entre la crainte et espoir … Oui, mais  sachant déjà ce que l’on peut craindre, qu’est- ce qui nous reste à espérer ?

 

 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. Une réunion pour rien!
Ecrit par Un participant à la. 24-02-2012
La réunion n'aura été qu'un leurre donc? Il n'y a pas eu d'infléchissement? Les promesse n'engagent que ce qui les croient, disait un homme politique bien connu. On voit qu'il a fait des disciples.
La question de Gérard "comment les animateurs « maison » vont-ils partager quelque chose entre eux, se respecter, se considérer comme pairs concernés par l’avenir en étant animateurs deux fois par an ?" est la bonne question. On voit déjà qu'il n'y a aucun qui se sente responsable puisque dimanche après dimanche nous devons subir la sono infecte qui déforme les voix et ne permet la compréhension que de la moitié des propos. S'il y avait un collectif responsable cette situation surréaliste n'aurais pas duré au-delà d'une semaine.

2. la sono est infecte ça c'est vrai
Ecrit par autre participant. 27-02-2012
Les micros sont nuls, faut les réparer en urgence. On voit beaucoup de participants partir avant la fin à cause de ça.

3. Devinette
Ecrit par Conteur. 29-02-2012
Mais comment réparer les animateurs quand ils sont nuls? De plus en plus souvent des animateurs nuls avec des micros nuls, voit-on le "renouveau" quelque part? Le café des Phares est mort.

4. Nul comme un micro non réglé
Ecrit par Un participant. 05-03-2012
A en juger par la café-philo d'hier, la réponse est non. Les animateurs nuls ne peuvent pas être reparés comme les micros. Cela faisait quelques semaines que je ne venais plus, découragé par le défilé de soi-disant animateurs. Le résultat? Dramatique. Le café-philo sur la solidarité hier, animé par Claudine (la relève?). Une suite interminable de clichés, sans aucune remise en question, pointés par des commentaires au raz de paquerette par l'animatrice. Pas de problématique, pas de raisonnements, pas de dialectique. Qu'est-ce qu'on est loin de la philo! Solidarité-solidité. Il faut distinguer (tout en les confondant) solidarité de charité, bravo! La grande trouvaille! C'est drôle, dans les actualités ici, au lieu du nom de l'animateur, il y a la question "le café-philo sera-t-il animé?" Je ne comprenais pas cette question avant de venir voir. C'est claire maintenant.

5. animateurs nuls
Ecrit par claire. 09-03-2012
Pour les animateur nuls, le gérard est attibué à GERARD ! ! on le voit plus lui, c'est déjà ça. Après faut voir.

6. je dors ..
Ecrit par Gérard. 10-03-2012
Il faut rendre à César ce qui revient à César. Moi,c'est le "Gérard d'or". Et je dors,en effet, mais sur mes lauriers ! Merci Claire.

7. Et le "projet"?
Ecrit par Participant attentif. 27-03-2012
J'arrive pas du tout à trouver le blog où Pascal Hardy, l'administrateur de l'animation, avait soumit à la discussion le projet des Phares. c'est voulu? On ne pourrait pas publier ici ce projet, qu'on en discute?

8. le projet de Pascal Hardy
Ecrit par le nouvel observateu. 28-03-2012
le projet tel qu'il se présentait le 25 Juin 2011 sous la plume de Pascal Hardy :

voici quelques précisions sur la démarche initiée il y a quelques semaines :

L’objectif est de redévelopper un PROJET pour les Phares et de le mettre en œuvre.
La méthode de la phase initiale était certes autoritaire mais justifiée par l’urgence d’un arrêt programmé du débat, et par la difficulté à faire évoluer les choses rapidement dans le contexte actuel. Je n’ai pas vocation à garder cette posture autoritaire au-delà de la mise en œuvre effective de l’évolution, c’est-à-dire quelques mois. Je resterai néanmoins bien présent dans le nouveau dispositif.
Voici les étapes : la phase initiale laisse maintenant place à la phase d’élaboration du projet (principes et objectifs). Elle comprend notamment la consultation des animateurs historiques, des participants (en septembre), et d’animateurs ou d’observateurs extérieurs, invités, etc. Parallèlement, seront redéfinies les modalités (avec quels moyens, avec qui, etc.). Enfin nous mettrons en place la nouvelle gouvernance des phares. Je souhaite que nous réalisions ces étapes avant fin 2011.
En l’état actuel des consultations, voici les principes sur lesquels je travaille actuellement :
1 – Renforcer la spécificité et les enjeux de participation à un tel café philo pour les participants : les phares comme lieu symbolique de l’engagement de chacun dans le débat philosophique, très différent de la philo-spectacle des plateaux télé ou de la philo-consommation des conférences-débat.

2 – Un lieu de rencontre pour les animateurs et intervenants de « philosophie dans la cité » : les Phares comme point historique et de référence sur les cafés philo

3 – Un lieu d’expérimentation de formules variées de débats (a la manière de tel ou tel animateur, disputatio, débat autour d’une œuvre d’art, etc.) : les Phares comme lieu vivant de la mise en œuvre des variations de la formule du café philo. C’est selon ce principe-là qu’intervient l’idée d’ouvrir plus le planning. Cette ouverture n’est pas une fin en soi, et nous verrons bien à l’usage combien d’animateurs sont capables d’incarner des formules intéressantes. De manière transitoire, Gunter et moi organisons ce planning.

4 – La capacité à attirer et à retenir des participants variés : les Phares comme débat pouvant s’adresser à tous (âge, milieu, etc.)


9. Daniel Ramirez est docteur en philosophie
Ecrit par gtissier. 29-03-2012
J'ai le plaisir d'annoncer le titre de docteur en philosophie avec mention très honorable décerné ce jour par Paris Sorbonne à Daniel Ramirez. La thèse soutenue s'intitule :Identité culturelle et dimension éthique.Une réflexion à partir de la pensée de Charles Taylor.
Félicitations.

10. le projet de Pascal Hardy
Ecrit par curieux de nature. 29-03-2012
il faut compléter l'info 8) par ceci qui se trouve sur projetphares.blogspot.fr :
La réflexion actuelle
POUR AMORCER LES CONTRIBUTIONS ET SUITE A LA REUNION PUBLIQUE DU 15/01 VOICI DES ENJEUX SUR LESQUELS CHACUN EST APPELE A SE PRONONCER; LA LISTE EST SOUMISE A CRITIQUE ET N'EST PAS EXHAUSTIVE:
> S'ouvrir à différents animateurs et différents styles d'animation
> Mettre en valeur la spécificité du Café Philo
> Toucher un public varié
> Mettre en lumière l'enjeu politique d'un débat accessible à tous
> Etre un lieu d'innovation
> S'associer à la réflexion sur la philo dans la cité
> Se projeter vers l'extérieur

Bravo pour Daniel Ramirez qui a été ramené au rang des animateurs "maison" et qui a bien raison de ne pas se prêter à cette mascarade.

11. Petite chronique du débat sur la nouvelle gouvernance
Ecrit par Gérard. 08-04-2012
Un caporalisme au café des phares ?
Je cite Carlos sur www.paris-philo.com :" Habituellement, depuis le prématuré et regrettable décès de Marc Sautet le 2 mars 1998, le sujet de la bavette hebdomadaire, au Café des Phares®, a été choisi par l’animateur qui en était chargé, le jour même du débat, parmi une dizaine d’autres propositions, en général des interrogations. Ces moments de réflexion, entrelardés d’autres, conduits par des personnalités indiscutables du milieu intellectuel, se sont donc poursuivis le long des années, dans une logique d’entente entre les six animateurs historiques, jusqu’au moment où, l’été 2011, sous prétexte de « ronronnement », un Nouvel Ordre fut imposé par quelqu’un que, hélas, l’infortune avait temporairement éloigné d’une activité dont la noblesse lui tient à coeur. Or, il se trouve que n’étant pas inclus dans le planning qui établit l’Ordre du Jour du Régiment, de février à novembre 2012, élaboré par lui-même, ni dans le dortoir où patientent les domestiques, dans une soudaine démonstration de caporalisme, Pascal Hardy a décidé d’animer lui-même, le 18 mars 2012, un sujet de son cru, « La fabrication du réel »."
Au vu de ces paroles courageuses, j'ai tenté de soumettre un commentaire. ll a été supprimé deux fois de suite et sous deux formes différentes. La troisième fois, j'ai pris des gants et je me suis contenté d'un " je suis d'accord avec ce que dit Carlos". Loupé: mon texte n'a pas été retenu ( je ne dis pas censuré car le site n'est pas un média-loin s'en faut )
Tout ceci m'a donné envie de relire " le système totalitaire" de Annah Arendt. J'y ai retrouvé certaines idées qui éclairent beaucoup de choses. Comme la logique de la loi. Celle,implacable des règles qui s'imposent dès lors qu'elles sont énoncées, cette énonciation fondant ipso facto leur légitimité celle- ci reposant sur la nécessité de la Loi comme ordre naturel. Sur le site en question la Loi sont « les nouvelles règles de modération » savoir : pas de propos qui "détournent de la philo dans la cité")

Je pense aussi au " rendre compte" (de qui tu es, de ce que tu as fait avant, ) propre à la Terreur.Comme dans un décret défendu par Saint-Just en 1794; " la Convention décrète que le comité de sureté générale est investi du pouvoir de mettre en liberté les patriotes détenus.Toute personne qui réclamera sa liberté rendra compte de sa conduite depuis le premier mai 1789." (8 ventôse -an 2 de la République).

Autrement dit, celui qui n'est pas dans le bon camp, qui n'a pas suivi le bon mouvement, ne peut êe considéré. Il doit avoir prouvé qu'il est des notres ( les patriotes en 1794) 

Si Carlos parle de "caporalisme" il a sans doute mauvais esprit mais qui fera des comptes-rendu si on lui retire sa liberté de parole? Moi, modeste animateur durant 12 ans aux phares, j'ai sûrement, aussi, un mauvais esprit,un coté frondeur. Donc cela est sain de ne pas me donner la parole..
Carlos dit quelque chose et cela, de fait, est public ( publié sur un site) et il est interdit de dire qu'on est d'accord avec lui ? Fallait le faire ! Est ce que nos censeurs savent au moins ce qu'ils font ?


12. Matinée culturelle?
Ecrit par Caféphiliste bien pe. 13-04-2012
Caporalisme et infantilisation, puisque le café-philo vient d'être transformé en conférence culturelle. La même chose qu'on trouve à profusion dans les Mairies, les médiathèques, dans les musées, un peu partout, un conférencier qui nous explique un artiste, comment regarder le tableau, que doit-on penser. Et à chacun de rattraper ses lacunes culturelles, ou d'essayer de placer ses références.
Le café-philo dans tout ça? Ne demandez pas ça, voyons, c'est le renouveau. Cela devient un café-philo par l'immanquable phrase "c’est poétiquement que l’Homme habite le monde", ça fait heideggerien, quant à "la vie étant elle-même une œuvre d’art", peut-être, en tout cas pas aux Phares ce dimanche.

13. Débats inutiles
Ecrit par participante déçue. 28-04-2012
Après la discussion sur "qu'est-ce qu'un mariage", en pleine campagne politique, bravo! et ensuite "peut-on se comprendre?", on peut se demander si le café-philo sert encore à quelque chose. On n'aurait pas pu faire une suite thématique à propos des principes de la démocratie ou de la justice ou de la liberté, que sais-je. Mais quelque chose en rapport avec un moment si important de la vie en République? Qu'aurait dit Marc Sautet?

14. C'est qui Marc Sautet ?
Ecrit par spectateur. 28-04-2012
"On peut se demander si le café-philo sert à quelque chose" , mais à quoi voulez-vous qu'il serve ?
En "pleine campagne politique" 2007 c'était vive Ségolène Royal (ouf on l'a échappé belle) , en pleines élections américaine c'était vive le beau mec et bel orateur Obama , et la démocratie a prouvé ses limites quand Adolphe Hitler a été élu par les allemands : je ne vois pas ce qu'un café-dit-philo peut avoir à ajouter.
Les philosophes du dimanche ont leurs habitude , il y a ceux qui parlent il y a ceux qui assistent au spectacle ( pour le prix d'un café c'est pas cher), et je doute qu'ils aient la prétention de "servir à quelque chose".

15. Organisation démocratique et efficacité
Ecrit par Jean-Jacques. 30-04-2012
Bonjour,
Etant moi-même plus ou moins animateur du Café-Débat de Saint Quentin en Yvelines depuis plusieurs années, j'ai lu avec intérêt, mais avec une certaine déception ce qui se passe au Café des Phares, dont je suivais l'activité au travers du site et des enregistrements audio. Apparemment beaucoup se plaignent d'une "prise de pouvoir" non démocratique des Phares, conduisant à une situation certes nouvelle et différente, mais dont l'intérêt ne semble pas évident par rapport à la situation antérieure.
Aussi, sur le seul plan de l'organisation, je me permets de vous suggérer de constituer une association Loi de 1901. Les habitués pourraient ainsi y adhérer, élire leur Conseil d'administration, puis le Bureau, et donner un avis en Assemblée Générale. De plus, avec une modeste cotisation, les problèmes matériels tels que renouvellement des micros et magnétophones seraient vite résolus. Il y aurait ainsi de la démocratie, et de l'efficacité.
Bien sûr, dans le climat actuel, la difficulté est bien de former une "Constituante" afin de rédiger les Statuts de cette association, mais si tout le monde veut effectivement aboutir à un compromis satisfaisant comme je l'ai lu, vous devriez pouvoir y arriver.
Si cela vous intéresse, nos Statuts sont sur le blog du Café-Débat : http://quentinphilo.over-blog.com
Chez nous, on est sans doute moins pointus philosophiquement, mais le climat est très convivial...
Amicalement
Jean-Jacques

16. Relire le Contrat Social
Ecrit par Un ancien de Philos. 10-05-2012
Cher Jean-Jacques, est-ce le fait de partager le prénom du célèbre Genevois qui vous rend bien intentionné mais naïf? Une association a déjà existé dans le temps, elle s'appelait "Philos", fondée par Marc Sautet. Les différentes tendances se retrouvaient, en effet, non sans conflit, mais cela fonctionnait. On éditait notamment un journal qui reliait des dizaines de cafes-philo dans le monde. Jusqu'à que les mêmes qui se sont emparés du pouvoir maintenant (eh oui, les mêmes!) fassent une opération pour qu'il n'y ait plus, justement, toutes les tendances. Cela mérite une petite explication: en voyant qu'ils avaient la majorité le jour de l'AG, ils ont tout d'un coup changé les règles (en votant à main levée) pour qu'il soit exigé de présenter des listes fermées aux postes du CA de l'association. Tout de suite après ils ont présenté une liste. Tous les autres ont été pris de court évidemment. Ils se sont ainsi emparés de tous les post du CA. Un an après l'association cessait d'exister, le journal s'arrêtait... Ils ne se sont pas entendus eux-mêmes. Tout ceci est historique et tout le monde peut s'en informer. Maintenant, ce n'est même pas le vote de la majorité qu'ils invoquent comme source de légitimité, c'est l'autorité du patron du café. Pas très glorieux pour de "philosophes", n'est-ce pas? De plus, il n'y a pas un groupe, mais seulement deux personnes (je crois que vous savez qui, n'est-ce pas?) qui décident de tout, de qui anime, de ce qui se fait, etc.

17. Sujets prédigérés
Ecrit par Digestion difficile. 17-05-2012
Le coup de l'animatrice du dimanche, au demeurant aussi scolaire que d'habitude, qui arrive avec son sujet pré-potassé, ce n'est pas la première fois qu'elle le fait. "A quoi sert le pouvoir?" On l'a dit pendant le débat: ça sert à nous imposer son sujet prédigéré, où elle se sent sure. C'est triste pour ce café-philo qui nous avait habitué à des animateurs capables d'improviser, de traiter n'importe quel sujet. Il aurait été honnête au moins qu'elle nous dise quel manuel de philosophie elle a consulté.
Ce qui est encore plus étrange est que le même sujet est annoncé aussi pour son café du samedi 19 à la porte d'Auteuil (voir actualités). Comme ça, au moins elle n'aura pas encore a re-potasser. D'une pierre deux coups!

18. Le café des Phares au tout début
Ecrit par Simon. 24-05-2012
C'était génial. Nous étions peu nombreux, tout au plus une dizaine. Marc Sautet était assis sur une table en train de siroter son café. Nous discutions de spiritualité, de vraie philosophie. Les propos étaient très enrichissants. Et tout le monde s'écoutaient.
Aujourd'hui, les discussions se sont politisées, et ce ne sont souvent que des sujets qui fâchent ou qui tournent en rond.
Günter a raison, La céfé des phares est menacé d'entropie, simplement parce qu'un groupe d'aveugles discutent simplement de ce qu'ils sont capables de voir, oubliant tout le reste !
Et celui qui Voit ne sera plus écouté...
Mais le Café des Phares reste une institution. Tout est parti de là. Et grand merci à Marc Sautet.

Simon http://www.blogdesidees.com

19. Décadence
Ecrit par Pierre. 26-05-2012
C'est très drôle Simon, vous avez en partie raison dans votre diagnostique: ça tourne en rond. Mais le Günter en question est un des responsables de la décadence dans laquelle se trouve le café des Phares. Depuis qu'il a pris le contrôle de l'animation avec Pascal Hardy, on a droit à des non animateurs. Il est évident que les débats dérivent, que les habitués plus répétitifs balancent leurs poncifs politiquement corrects et une collection de lieux communs très étoffée. Il faut des animateurs philosophes, comme l'était Marc Sautet ou comme Daniel Ramirez, qui n'a pas été invité à participer dans la nouvelle clique, pour qu'un débat ne tourne pas en rond. Eux avaient une vrai exigence, qui était apprécié par beaucoup. Aujourd'hui c'est la complaisance.

20. Politisé ou pas, il faut faire de la philo
Ecrit par Un participant. 31-05-2012
Ce n'est pas parce que les discussions sont politisées, comme dit Simon, que ça tourne en rond, mais parce que l'animation est approximative. Beaucoup de ces animateurs qui défilent n'ont pas de méthode et souvent pas de formation philosophique. C'est vrai que dans les cafés -philo c'est un peu la norme, mais aux Phares, quand même, il y avait un autre niveau.



 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 3 invités en ligne

personnes ont visité ce site.