Le vouloir et le désir
Écrit par Carlos Gravito   
19-02-2007

 Une sorte de chaleur que l’on retrouve au café des Phares nous fait y retourner comme des hirondelles chaque dimanche, et ainsi fut le 18 février, où l’animateur, Daniel Ramirez, soumit à notre cogitation l’assertion : « Peut-on vouloir ce que l’on ne désire pas ? », alors que l’on ne veut justement que ce dont on manque, mais enfin... Lorsque j’entends « Peut-on… », je frémis, m’attendant au « Peut-on passer la tondeuse le dimanche ? » (ce qui conduit au conséquent « Qu’en dira-t-on si… ») et je me suis retranché dans la conviction que l’on peut tout faire, même subir l’attrait du désir jusqu’à y perdre la raison sans jamais posséder suffisamment son objet, mais que l’on ne peut en revanche rien vouloir, la volonté étant une délibération de l’âme que l’on ressent ou à la rigueur qu’on affirme ne pouvant toutefois rien désirer sinon par le passage du « faire » cependant, Nadia, qui avait proposé le thème, donnant à savoir qu’il s’agissait d’un sujet présenté à des candidats du Bac philo dont elle surveillait le déroulement, j’ai fait lâchement profil bas, me faufilant parmi les cancres près du radiateur au fond de la salle.

Pourtant, Nathalie décela aussitôt qu’il s’agissait là d’un paradoxe et, pour une fois, son « paradoxe » se justifiait parfaitement. Ce n’était en effet pas faux mais, quelqu’un ayant affirmé que de dire « maman, je voudrais, je voudrais… » est superficiel et que l’on peut désirer sans avoir envie car « vouloir » est plus fort que « le désir », l’animateur déclara  que « la volonté » est un thème central de la philosophie de Schopenhauer, ce qui a eut pour effet de geler toute contestation et on passa à jouer dans la cour des grands : Saint Augustin, Spinoza, Nietzsche et compagnie. Après tout, il n’est pas interdit de délirer, mêmes’il ne faut pas s’attendre à vouloir ce que l’on ne désire pas ; pourquoi le vouloir, alors ? Le rêve d’une heureuse surprise ?

Pas étonnant que l’on en soit venu au suicide, « un geste que l’on ne désire pas mais dont on cherche à s’acquitter »et, une fois évoqué le désir différé, Victor ajouta un brin d’eau de rose à la problématique demandant si on « peut aimer celle ou celui que l’on ne désire plus ».

 - Quand on est vieux on désire moins que quand on est jeune, se hasarda quelqu’un, provoquant une vague de protestations calmée par Daniel qui ne voyait pas « pourquoi les désirs des enfants seraient plus superficiels, ceux des jeunes plus profonds et ceux des vieux sans valeur », ce qui n’a pas pu empêcher Nathalie de protester, du haut de ses 84 ans et six mois, qu’elle « assurait, question désir, tout autant que les jeunes gens ».

Vers midi, Gérard nous joua une sorte d’intermezzo vif et désinvolte et, reprenant le côté paradoxal de l’exercice, appela à ce que l’on dépasse la contradiction, catégorisant les deux termes de l’énoncé, « l’action de non désir n’existant pas » ; il y aurait « tout au plus, absence de désir ».

 - Je me demande ce que cela donnerait si l’on inversait la question, insinua par la suite Marie-Sylvie, « Peut-on désirer ce que l’on ne veut pas ? », ce qui est d’ailleurs une découverte fréquente au cours d’un trajet psychanalytique, et Claudine proposa l’exemple d’un chirurgien qui exerce de façon intègre sa volonté dans sa spécialité et peut désirer couper son voisin en morceaux.

 - Nos désirs ne sont pas toujours conscients, conclu-t-elle, l’animateur ajoutant que « la volonté est du côté du conscient et le désir de l’inconscient, d’où la contradiction, désirer coucher avec sa mère tout en ne le voulant pas ».

C’est bien connu que quand il s’agit de désir « on ne pense qu’à ça » et, étrangement, il n’est venu à l’esprit de personne de s’interroger sur le désir du savoir, et pour cause, Eve, ayant eut une telle velléité, se trouva hors des limites de la loi, qui lui interdisait d’approcher l’arbre dela connaissance. Chatte échaudée ?

Toujours est-il que, près du radiateur, je songeai aussi aux « ailes du désir », le film où Wim Wenders fait figurer un ange, Damiel, qui emballé par le charme de la trapéziste Marion, décide de devenir un humain, malgré l’inexorabilité de la mort, puis à un conte du Père Antonio Vieira : un sapin se morfondait dans sa pinède lorsqu’une fée qui vint à passer par là lui demanda « Que veux-tu ? Fais trois voeux et je les exaucerai ». Vue l’atmosphère magique, le sapin n’hésita pas et demanda à avoir des feuilles d’or, ce qu’il obtint, mais des malfrats qui se cachaient dans la forêt les lui ont volées ; se plaignant auprès de la fée, il obtint d’exprimer un deuxième souhait, avoir des feuilles de cristal, hélas, une forte tempête se leva les brisant toutes en petits morceaux ; un troisième vœu lui permit d’arborer des feuilles de velours ce que les chèvres se firent un plaisir de dévorer. Une dernière volonté lui fut tolérée et, ramené à la sagesse, le sapin désira retrouver enfin ses fines et verdoyantes aiguilles.

Que dire, donc, des dernières volontés ? Allons, une ultime cigarette ; une cibicheet « Vive la France !!! »

Écouter des extraits du débat : c'est ici.

Sujet connexe : Peut-on vivre selon son désir ? par Carlos ; par Marc

 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. Peut -on vouloir ce que l'on ne désire pas ?
Ecrit par Nadia. 21-02-2007
Vouloir, c'est l'exercice de la liberté, c'est raisonner dans le silence des passions. Le désir est quant-à lui au coeur des passions. Comment résoudre le dilemne ? La volonté ne peut être soumise au désir et il en est de même pour le désir qui a mon sens ne peut l'être à la volonté. Pour clore le sujet, je dirai que la volonté est le Désir absolu mais aussi l'Absolu du désir. Le désir en tant que tel est à placer du côté de la conscience et de la responsabilité. Il peut être contrôlé, maîtrisé, différé et ne répond en rien à l'impulsion. Je ne le situe pas du côté de la nature mais de la civilisation, de la culture et de son raffinement. A un autre niveau, la volonté comme désir absolu est l'expression de l'être, notre transcendance. Bonne journée Carlos !!!

2. de très jolies formules
Ecrit par toto. 23-02-2007
De jolies formules dans l'article et dans le commentaire*.Ente le Desir de savoir et la passion du vrai, les mots se glissent entre nous comme une caresse de l'esprit sur notre volonté d'être.

Ecrivez votre commentaire ici:

Titre
Écrit par
Code aléatoire
Vérification du code aléatoire
 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 1 invité en ligne

personnes ont visité ce site.