La nature a-t-elle besoin de l'homme ?
Écrit par Marc Goldstein   
18-03-2007

Le barrage des Trois GorgesPourquoi le nier, le sujet choisi ce 18 mars 2007 m'irrite particulièrement. Évidemment que la nature n'a pas besoin de l'homme ! 4,5 milliards d'années que la Terre tourne, et 2 millions d'années seulement que l'homo habilis la squatte, avec des moyens réduits (un cerveau de 600 cm3)… L'homo sapiens sapiens  - parce qu'il est deux fois moins sage que les autres ? - ne fait son apparition qu'il y a 35 000 ans, avec un cerveau qui a doublé de volume. L'homme est donc bien le petit dernier de la nature, et si l'on ramenait l'évolution à une période d'un an, la date de la formation de la Terre étant le 1er janvier, l'homme ne serait apparu que le 31 décembre à 23 heures… Alors non, non et non ! la nature s'en fiche bien pas mal de l'humanité. Et puis c'est quoi ce questionnement anthropocentrique où il serait question d'un besoin de la nature ? La nature a-t-elle des besoins, d'abord ? Pour moi, le débat était plié avant même d'avoir commencé. Je décidais de rester quand même, je n'aime pas me déplacer pour rien.

En introduction au débat, l'auteur du sujet se demande si, finalement, nous ne faisons pas fausse route depuis 5 000 ans. C'est vrai, l'homme n'a eu de cesse que de vouloir se rendre maître de la nature, et maintenant l'humanité tout entière doit faire face à la menace d'un réchauffement planétaire. Juste retour des choses ? Essayons tout d'abord d'examiner si la dichotomie homme-nature a un sens. En d'autres termes, y a-t-il une nécessité d'envisager une même réalité à deux facettes, humanité d'un côté, nature de l'autre ? Certains prétendent que non : l'homme fait partie intégrante de la nature, comme un maillon fait partie d'une chaîne. Et partant, la nature a besoin de toutes les espèces qu'elle crée, de tous ses rejetons, a fortiori du fils prodigue.

On se demande bien alors pourquoi les dinosaures ont disparu. Dame nature doit certainement être inconsolable… L'animatrice enchérit : « La biodiversité doit-elle être préservée pour le bonheur de l'humanité ? » Tiens, je m'attendais plutôt à « … pour le bonheur de la nature », mais bon… « La nature on s'en fout, après tout », lâcha le père du sujet. Le débat touchait le fond, me suis-je dit, et la suite ne pouvait être que meilleure.

En effet, la discussion roula sur la question de l'intentionnalité, du sens, de la finalité de la nature. L'idée que l'intentionnalité a émergé de la vie, et que la vie doit se perpétuer, se fit jour. Il y aurait dans l'évolution créatrice un désir de renouveau et une complexité accrue du vivant. Mais dans quel sens doit-on entendre le mot sens dans le « sens de la nature » ? S'agit-il de la signification, de la direction ou de la perception ? Je n'ai pas pu le savoir. On a tour à tour opposé tout ce qu'on pouvait opposer, s'agissant du monde qui nous entoure : Platon à Spinoza, l'évolutionnisme au créationnisme, le matérialisme au mysticisme, en passant par Sartre, l'en-soi du monde et le pour-soi de la conscience humaine à ce monde. Nous y voilà : pour que la nature existe, il faut qu'une conscience humaine la fasse exister. L'honneur est sauf : on a pu placer les noms de cadors de la philosophie dans le débat. Ouf ! Si les arbres avaient des oreilles, ils auraient sans doute été pliés de rire…

Quoi qu'il en soit, l'antinomie cartésienne  « homme / nature » semble bel et bien dépassée de nos jours. Dans ces conditions, l'humanité peut-elle être, comme certains le prétendent, le cancer de la nature ? Pas nécessairement : si nous faisons partie de la nature, pourquoi la nature n'aurait-elle pas besoin de nous ? pour les mêmes raisons que d'autres, comme les constructivistes, croient qu'il est tout à fait possible de se passer d'elle. L'homme « hors sol » n'en finit pas de s'opposer à l'adorateur de Gaïa. Il semble pourtant que la nature a besoin de l'homme pour s'enrichir, si tant est qu'il entretient un rapport d'intelligence avec elle. Et puis, l'humanité est passée peu à peu d'une harmonie immédiate avec la nature, à ses origines, à un conflit ouvert de nos jours. N'est-il pas temps de retrouver une seconde nature, celle-là même qui nous ferait redevenir copain-copain avec notre mère nourricière ?

Pour ce faire, encore faut-il que nature et humanité rament dans le même sens, aient le même but. Mais comment avoir une finalité commune avec quelque chose qui nous dépasse, qui nous embarque et nous inquiète ? Comment échapper à l'alternative soit de fuir en vivant hors sol, soit de s'harmoniser sans chercher à comprendre. Le débat n'est-il pas davantage celui de la culture contre la nature que celui du rapport de l'homme à son environnement ?

Une piste de réconciliation pourrait venir de l'action conjointe d'une prise de conscience des dégâts causés par l'homme et de la responsabilité qui lui incombe de préserver la nature. Comme elle et au sein d'elle-même, nous sommes les garants de notre survie : si la nature a besoin de l'homme, ce serait peut-être en tant que conscience. Pourquoi pas ? Charge à nous de faire le choix d'en être la bonne.

 

Écouter le débat : c'est ici.

 

LISTE DES COMMENTAIRES...


1. L'Homme va-t-il détruire la Nature ?
Ecrit par Invité/Visiteur Bois. 21-03-2007
Hubert Reeves suggère que l'Homme est devenu capable de détruire la totalité de la vie sur terre à l'occasion d'un holocauste atomique mettant en orbite suffisamment de poussières pour obscurcir suffisamment le ciel pour produire cet effet.
Ce serait de cette façon que les dinosaures auraient disparu.
S'il en est ainsi n'y a-t-il pas urgence à empêcher la prolifération nucléaire et à répondre à la question posée: oui, la Nature a besoin de l'Homme.

2. Réponse à 1.
Ecrit par Invité/Visiteur. 22-03-2007
Je réagis à l'intervention 1. et plus particulière à sa conclusion "oui, la Nature a besoin de l'Homme". En fait la question présuppose, l'existence d'une intentionnalité au sein de la Nature, et il y aurait fort à dire sur ce présupposé passablement absurde et à mon sens ringardissime. Mais bon, admettons. Dans ce cas puisque l'efficacité de l'emprise de l'homme sur la Nature n'a d'égale que son irresponsabilité, la seule conclusion logique serait, que l'unique besoin envisageable, ce serait celui de voir l'homme disparaître. En effet, dans 10'000 ou 50'000 ans que la civilisation aura disparue, plus de réchauffement climatique intempestif, plus de déchets nucléaires ni de déforestation. Je formule cette conclusion, non pas comme un souhait de voir cette disparition se réaliser, mais pour mettre en exergue l'absurdité d'un débat qui ne mérite pas ce nom, qui part de prémisses nébuleuses pour se terminer dans des conclusions expurgée du moindre soucis de cohérence et de logique. La philosophie sous son jour le plus affligeant, du verbiage creux et mondain...

3. Moi je suis optimiste
Ecrit par Charles. 22-03-2007
Cher ami. J'ai beaucoup de mal à utiliser cette quincaillerie (?) alors pardon pour les fautes. La nature a-t-elle besoin des hommes ? Cette proposition peut certainement faire l'objet d'un débat philo, O.K. Cependant la nature a-t-elle des « besoins » ? O.K. donc pour une discussion, sous réserve que nos philosophes causent de ce qu'ils connaissent ; éviter par exemple de causer réchauffement climatique et polluer la réflexion Spinoza et Platon à l'appui (pourquoi pas les bébés phoques ?) dans un domaine qui relève à mon avis exclusivement de la compétence des scientifiques (problème éthique). Une approche scientifique du problème me semble seule légitime quitte à assumer les sarcasmes de nos philosophes. Je vais la tenter. Selon l'ami Alfred, la teneur en carbone de l'écorse terrestre serait de 5°/°°. On peut penser que 80% de ce carbone sont immobilisés sous forme de carbonates, donc sans effet sur le réchauffement. Reste 1°/°° sous forme combustible : charbon, pétrole, schiste, tourbe, gaz, dont on peut penser que la moitié seulement serait exploitable, soit moins de un dixième du carbone total. Et par ailleurs, je sais que les produits fossiles ont une teneur en 14C quasi nulle, ce qui devrait avoir pour effet d'affaisser le rapport dans l'atmosphère 14C/12C. Ceci devrait être facilement mesurable. Autre facteur plaidant contre le réchauffement : quand on brûle du carbone, on obtient du gaz carbonique, mais outre les mers, il existe sur terre des millions de km2 de sols à oxydes métalliques capables de fixer le gaz carbonique produit par nos bagnoles. Moi je suis optimiste et j'ai tenté de montrer les raisons de mon optimisme en m'excusant de n'avoir pas cité Messieurs Platon, Spinoza, etc.

4. Un peu de chimie/physique pour 5.
Ecrit par un non-philosophe. 23-03-2007
Ce n'est certes pas l'endroit idéal, mais concernant l'intervention 5 qui se voudrait scientifique, je ne peux m'empêcher d'intervenir sur "le rapport dans l'atmosphère 14C/12C". Cher ami vous trouverez dans n'importe que livre de physique ou de chimie élémentaire de votre choix la notion d'isotope que vous semblez manipuler de manière bien cavalière. Sachez donc que les propriétés isotopiques d'un élément n'interviennent pas dans les caractéristiques des réactions chimiques. Encore moins dans le réchauffement climatique. La différence entre la philo et la science, c'est justement qu'en science on ne peut pas dire n'importe quoi. La démarche scientifique est indissociable de la soumission à la sanction du réel. Sanction dont beaucoup de philosophes du dimanche et même une grande partie des "pro" souhaitent être exonérés. Ce qui réduit 95% de la philo actuelle à un divertissement mondain. C'est rigolo mais vain. Sinon, je vous recommande le film d'Al Gore à des années-lumières de ce verbiage stérile.

5. verbiage ?
Ecrit par Invité/Visiteur. 23-03-2007
oui, il est creux, oui, il est stérile, mais ce verbiage n'est ni scientifique ni mondain : il est drôle, c'est tout !

6. pourquoi ces polémiques ?
Ecrit par un philosophe du dim. 23-03-2007
tout le monde sait que le dimanche au café des phares se retrouvent des habitués, qui on l'illusion d'exister en donnant leur point de vue sur tout et n'importe quoi. Il est de bon ton d'avoir un avis sur tout. Bien sûr les scientifiques sont au Collège de France, les philosophes rue Descartes, et les mondains, qui ont l'art de parler pour ne rien dire, se gardent bien de metre les pieds là-dedans. Alors laissez-nous essayer d'imposer nos points de vue : que l'on soit retraité ou chômeur, on a encore le droit de s'amuser, non ?

7. chimie / physique / polémique
Ecrit par Invité/Visiteur. 23-03-2007
"futile + un tantinet égocentrique ". . il s'agissait de quoi déjà ? d'une recheche d'éthiquette au café-philo ? Je ne sais pas si Ramirez a trouvé, mais on est mal barrés.

8. A l'esprit fort...
Ecrit par fzanone. 24-03-2007
...qui dénonce le verbiage creux, stérile, superficiel, mondain,et qui semble très supérieur aux autres, je dis certes nous sommes tous peu ou prou celà. et alors? Nous nous enrichissons en discuttant ensemble à partir de ce que nous sommes.

9. réponse à fzanone
Ecrit par Invité/Visiteur 7. 25-03-2007
non, non, pas mondain. Seulement creux et stérile. Superficiel si tu veux. Rigolo mais vain comme disait le non philosophe 6.

10. l'environement
Ecrit par Invité/Visiteur. 17-05-2007
voila je voulé savoir si il était possible que la deforestation puisse etre stoper???merci de me repondre

cordialement Bastien 15 ans,picardie

11. Solutions à la déforestation [10]
Ecrit par Marc. 17-05-2007
Bonjour Bastien,
Je t'invite à lire l'article sur la déforestation sur le site de Wikipédia. Il y est notamment fait mention de solutions par le biais d'actions individuelles, collectives ou gouvernementales.

12. Rire pour ne pas pleurer
Ecrit par Invité/Visiteur. 19-07-2007
J'au dû mal à rire de ce débat. Peut-être parce que je ne suis pas un habitué des café-philo et que je suis arrivée là au hasard d'une recherche sur le devenir de l'homme. Ce dernier sujet est tout sauf drôle. Je rejoins ainsi le colistier qui postule que la seule façon pour l'homme de rendre service à la nature est de tirer sa révérence. Ce n'est pas moi qui regretterai la disparition de l'humanité. En tant que membre de l'espèce la plus violente que la planète ait jamais compté, je conçois sans frémir ma propre disparition ainsi que celle des 6 Milliards d'individus qui la peuplent.
Certes, dans notre sépulture nous entraînerons tous les grands mammifères et nombres d'espèces moins médiatiques. Mais une autre chance sera donnée au vivant.
Pardon pour la naïveté de mon propos, je ne suis pas philosophe.

13. réponse à 12
Ecrit par un philosophe. 28-07-2007
suis entièrement d'acord avec ton intervention. Maintenant si tu veux confronter ton point de vue avec de vrais philosophes, ce n'est pas sur ce site qu'il faut naviguer : tu vois bien que tu tombes sur des touristes ici. Des déracinés qui passent 2 h le dimanche matin à boire un pot ensemble. C'est un point de ralliement comme un autre, mais sans compétences réelles sur le plan philosophique.

14. la nature a telle besoin de l homme?
Ecrit par geraldine. 16-11-2007
bonjour, je suis en premiere ES, je cherche a faire un TPE sur ce sujet pouvez vous me donner des informations suplementaires mais aussi un avi personnel. pourvez vous egalement, vu mon niveau scolaire, simplifier vos dires. merci.

15. Réponse à Géraldine [14]
Ecrit par Marc. 16-11-2007
Bonjour,
Tu trouveras des informations supplémentaires sur Internet. En revanche, pour l'avis personnel, il me semble que c'est à toi de te le forger à partir des éléments que tu auras rassemblés. Quant à simplifier nos dires, j'essaie d'écrire en veillant à être aussi clair que possible. Je ne sais pas si cette réponse t'aidera beaucoup. La frontière entre "aider" et "faire à la place de" n'est pas toujours évidente.
Bon courage.

16. L INTERVENTION DE L HOMME A LA NATURE DANS LA PROCREATION
Ecrit par NAWAL. 13-02-2008
MON SUJET DE TPE S APPUIE SUR L INTERVENTION DE L HOMME ALA NATURE. MA PROBLEMATIQUE EST LA SUIVANTE: "EN QUELLES MESURE PEUT ON DIRE QUE L ICSI(UNE TECHNIQUE DE PROCREATION ARTIFICIELLE INVENTEE PAR L HOMME)EST ELLE EN FAVEUR DE PROBLEMES DE STERELITE DE L HOMME?" COMMENT JE PEUT REPONDRE A CETTE PROBLEMATIQUE EN INSERANT L HOMME ET LA NATURE??? MERCI

17. Réponse à Nawal [16]
Ecrit par Marc. 14-02-2008
Bonjour Nawal,
L'ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection) a pour vocation de traiter certaines infertilités masculines. Mais cette pratique non naturelle est-elle sans danger pour l'Homme en général et l'enfant en particulier ? Tu trouveras un éclairage sur les questions éthiques soulevées par l'ICSI ici : http://www.ccne-ethique.fr/docs/fr/avis075.pdf

18. l intervention de l homme a le nature
Ecrit par nawal. 15-02-2008
on a deja trouve et recherche les informations necessaires et on a acheve notre dossier de tpe. on n a pas choisi le cote ethique pour ne pas avoir des problemes avec la juries. on s interraisse donc au coté scientifique seulement. il me reste la fiche de synthese personnelle. ce que je demande est donc comment rediger une bonne synthese repondant a la problematique que j avais deja posee lautre fais:"en quelles mesure peut on dire que l icsi est en train de resoudre les problemes de sterelite de l homme". je veux impressionner la jurie par ma synthese(elle est notee sur 6 points). comment faire??? merci beaucoup pour votre aide. j attend votre reponse

19. Procréation artificielle vs procréation naturelle
Ecrit par Marc. 15-02-2008
Nawal, il me manque beaucoup d'éléments pour pouvoir t'aider. Une synthèse doit normalement reprendre les grandes idées contenues dans le dossier de TPE. Donc, si le dossier ne répond pas à la problématique, la synthèse n'y répondra pas davantage. Par ailleurs, si vous avez mis de côté les questions éthiques, quel lien faites-vous entre une PMA comme l'ICSI et « l'homme et la nature » (le sujet de ce fil) ?

20. L INTERVENTION DE L HOMME A LA NATURE DANS LA PROCREATION
Ecrit par nawal. 18-02-2008
SALU
"L'HOMME ET LA NATURE" EST LE THEME QU'ON A CHOISIT. POUR REPONDRE A LA PROBLEMATIQUE CHOISIE IL FAUT REVENUR AU THEME CHOISI. JE SAIS QUE C'EST DIFFICILE DE M'AIDER. JE VAIS ESSAYER DE TRADUIRE UN RESUME DES INFORMATIONS QUE J'AI RETROUVE: L'ICSI(INTRS CYTOPLASMIC SPERM INJECTION)EST UNE TECHNIQUE D'AMP(ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION) QUE L HOMME A UTILISER POUR LIMITER CES PROBLEMES DE STERELITE ET D'INFERTILITE. OR CETTE TEHNIQUE ET BEAUCOUP D'AUTRES TECHNIQUES DE FECONDATION IN VITRO NE FONT QU'APPARAITRE DES RISQUES A LA DESCANDANCE ET AU COUPLE PRIS EN CHARGE DE CETTE TEHNIQUE. EN PREMIER LIEU, DES RISQUES SPECIFIQUE LIES AL LA TECHNIQUE ELLE MEME (C.A.D A LINTODUCTION D'UN MATERIRL ETRANGER DANS LA CELLULE). EN SECOND LIEU DES RISQUES NON SPECIFIQUES REVELES PAR LA DESCANDANCE (MALFORMATIONS, HYPOTROPHIE, SYNDROMES, NEOPLASIE....). ET ENFIN DES RISQUES GENETIQUES REVELES SURTOUT PAR LA TRANSMISSION DE FACTEUR D'INFERTILITE. DONC CETTE TECHNIQUE AU LIEU QU'ELLE LIMITE LES PROBLEMES DE STERELITE DE L HOMME ELLE EN TRAIN DE LES ACCROITRE CAR GRACE A CETTE TECHNIQUE LA STERELITE ET BEAUCOUP D'AUTRES MALADIES SONT DEVENUES TANSMISSIBLES ALORS QU'EN L'ABSCENCE DES TECHNIQUES D'AMP BEAUCOUP DE MALADIES AURAIT ETE LIMITES ET ARRETES CHEZ LA PERSOONE QUI LES A INITIALLEMENT CAUSES.VOUS POUVEZ REPRENDRE TOUS CE QUE J'AI DIT EN INSERANT LE POUVOIR DE L'HOMME ET SON INTERVENTION A LA NATURE ET AVEC UN LANGUEGE ET UNE METHODE QUI PEUT IMPRESSIONNER LA JURIE???



 
< Précédent   Suivant >

Qui est connecté

Il y a actuellement 2 invités en ligne

personnes ont visité ce site.